• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

DALVP

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 17/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 56 171
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires


  • Blogamax 12 décembre 2008 21:10

    Laura,

    Je tenais tout d’abord à vous remercier pour votre intervention sur mon article rédigé et publié il y’a presque un an ; ainsi, je suis quelque peu étonné d’avoir un nouveau commentaire sur cet article. En outre, votre commentaire n’est pas désintéressant, tant s’en faut ! Je me dois donc vous répondre afin de trouver interlocuteur face à votre "frustration". Votre commentaire relance la vive polémique sur le fait que les baccalauréats technologiques et professionnels sont inappropriés pour l’université, et c’est en cela que réside tout l’intérêt de votre commentaire.

    D’une part, il me semble que les "quelques idées" vous paraissant comme "un peu catégoriques" ne sont véritablement que mon propos sur les baccalauréats technologiques et professionnels, puisque c’est le seul qui retient visiblement votre attention. 
    Je comprends votre frustration de voir et de revoir écrit que les bacs technologiques et professionnels sont inappropriés à l’université. Au risque d’insister, ce propos n’est point de moi mais des doyens d’université, des chefs de département d’université ainsi que de nombreux rapports sur les causes de l’échec en faculté. Mais là où le propos est catégorique c’est qu’il prétend à l’affirmation, là où ce n’est qu’une partielle affirmation. Car il est vrai, que certains baccalauréats technologiques réussissent leurs études universitaires. Mais voyons les chiffres de l’université de Rouen par exemple :

    La licence 1 de Droit c’est 176 inscrits provenant du bac STT (STG), 49 présents lors des sessions d’examens et 6 reçus en deuxième année. Donc sur le nombre de présent aux sessions d’examens, seul 12 % des bacs STT valide leur première année. Pour continuer et nous permettre de comparer : Bac pro, 34 inscrits, 9 de présents aux examens et 2 personnes de reçues. Bac S, 158 d’inscrits, 107 présents aux examens et 77 personnes de reçues soit 72 % de réussites pour les bacs S, 56 % pour les bacs L et 52 % pour les bacs ES. 
    (http://www.univ-rouen.fr/98346896/0/fiche___pagelibre/#8)

    Il me semble, au regard de ces données, qu’il y’a une très nette différence entre les chances de réussite entre un bac techno et un bac général. Je ne pense pas devoir commenter ces résultats, puisque les chiffres parlent d’eux-mêmes. 

    Mais là où je vous rejoins totalement, c’est la possibilité maigre mais réelle de pouvoir réussir ses études universitaires pour un bac technologique ou même professionnel. Car quelques personnes y arrivent, pourquoi pas vous ?

    Je suis issu d’un baccalauréat technologique promotion 2007 - 2008, et plus précisément celui du baccalauréat STG. J’ai obtenu mon bac STG avec la mention bien (cette option vous place dans les 3% des meilleurs bacheliers en STG : donc soyez-en satisfaite si elle vient sanctionner votre année de terminale) sans beaucoup de travail ; mais je suis un passionné de philosophie (18 au bac smiley ), de politique, de psychologie, d’économie, de droit... Bref, j’ai beaucoup de passions qui ont, il me semble, contribué à l’acquisition d’une certaine qualité d’expression orale et écrite mais surtout une qualité d’analyse et de réflexion.

    Etant passionné par le droit, la licence de droit fut l’objet de toute mon attention. Mais convaincu que la licence n’était pas à ma portée, je me suis orienté vers le DUT Carrières Juridiques : deux mois sont passés, mes premières notes sont satisfaisantes car j’arrive dans les matières juridiques en tête de classe (1er ou 2ème). Alors que cette classe est constituée à 90 % de bacheliers avec mention, issus pour la majorité d’entre eux du baccalauréat ES. Mais le problème c’est que le DUT Carrières Juridiques est « parasité » par un nombre important de matières n’attirant nullement mon intérêt, en outre, il propose une structure relativement similaire à celle du lycée, très encadré, très scolaire : nous sommes maternés !

    L’âme philosophe, aspirant à l’autonomie et à la liberté j’ai claqué les portes du DUT pour m’inscrire avec deux mois de retard pour suivre la licence de droit. C’est pour moi osé l’inimaginable : la faculté de droit pour un baccalauréat technologique ! Mais je me suis rassuré en DUT, j’ai constaté que je n’étais pas plus bête qu’un baccalauréat général, et qu’il m’était même possible d’obtenir de meilleur note qu’eux. 

    Je ne vous cache pas que j’ai un retard conséquent et qu’il me sera impossible de valider mon premier semestre, mais j’espère et je pense pouvoir validé mon deuxième semestre. J’ambitionne même de suivre l’année prochaine une double licence : poursuivre la licence de droit et commencer une licence de sociologie pour le plaisir. C’est pour vous dire à quel point j’ai changé de regard sur les baccalauréats technologiques et généraux.

    Et je peux vous affirmer dans toute sa grandeur et sa splendeur, ce n’est pas le contenu du baccalauréat qui détermine votre réussite mais votre état d’esprit, votre maturité et votre capacité à l’autonomie.
    Je vous invite vivement à ne pas douter de vous si vous ambitionnez l’université. Actuellement, presque un an plus tard, je ne peux que modérer mon propos. Bon courage dans vos études !

     

    Amicalement.

     




  • Blogamax 29 juillet 2008 10:01

    "Suprématie Noire...
    Nation de l’Islam

    Allez voir sur Internet quel est leur program
    "

    Un commentaire dénué de tout intérêt, un commentaire incitant à l’ignorance et aux discours propagandistes. (Nous pouvons parler du KKK, mais cela ne relève pas le débat !)
    La "suprématie noire" n’est qu’une réponse, loin d’être la meilleur, face à la suprématie blanche, à l’esclavagisme et aux états ségrégationnistes. Rappelons-nous des marches non-violentes du pasteur King, notamment à Birmingham et la réaction des policiers, représentant de l’Etat et de ses lois.
    Une marche non-violente où les représentants de l’ordre lâchent les chiens de défense, employant les lances à eau sur des manifestants non-violents, des enfants, des jeunes et des adultes ne prônant que l’amour et le respect de ses frères blancs. Sommes-nous si ingénus que nous sommes incapables de comprendre une réaction plus violente de la communauté noire ? Regardons les faits historiques...
    Après l’article de l’auteur porte sur Malcolm X, et il a l’intelligence de présenter Malcolm X dans ses derniers combats, suite à son pèlerinage. Mes felicitations !
    Nous sommes trop souvent aveuglés par le noir de la violence, qui encercle les débuts de Malcolm X, oubliant ainsi la lumière de l’amour, de l’intelligence, du savoir que Malcolm X fut porté en valeur universelle peu avant son assassinat.
    Ce qui caractérise Malcolm X c’est cette nécessité du savoir, la nécessité de "connaître" pour se libérer des chaînes de l’esclavage de facto. Car c’est cette privation de l’éducation à la communauté noire qui a permit à la communauté blanche d’avoir cette suprématie sur l’homme noir, durant des siècles. Et non la pseudo supériorité, soi disant scientifique, intellectuelle de l’homme blanc.
    Nous retrouvons aussi ce problème dans certains pays privant les jeunes filles, jeunes femmes d’avoir accès à la culture. Pourquoi ? Pour les emprisonner dans l’ignorance et les soumettes, les rendrent esclaves de leurs moindres mouvements, de leurs moindres pensées.
    Pouvons-nous dire le moindre mal d’une personne qui fût, celui qui représente l’extrême nécessité de la culture et de la connaissance pour être libre ? D’ailleurs, Malcolm X affirma qu’il ne fut jamais aussi libre qu’en prison !
    Soyons des amoureux du savoir, de la fraternité et libérons-nous des mailles de la doxa.

    Pour l’auteur, votre article est remarquable malgré l’impasse dans votre article sur les désaccords entre Martin Luther King et Malcolm X dans leurs combats, dans la forme et dans le contenu. Cela faisait longtemps que je n’étais pas venu sur Agoravox, pour des raisons de dégoût principalement mais votre article me fait le plus grand bien. Chassons un peu l’actualité et revenons à la base, avec des faits historiques marquant encore notre époque.
    Felicitations !

    Blogamax,
    http://blogamax.free.fr


  • Blogamax 7 mars 2008 22:25

    Voyons, ne me dites pas « en bon représentant de la maturité » si je ne suis point mature. Comment représenter (et être bon) une chose que nous sommes pas ? Je prends facilement la mouche ? Mais la votre était puante et parasite, il est normal que je la repousse d’un revers de main. Rappelons juste que pour une « broutille » vous avez remis en cause parents et professeurs. Es-ce ça être mûr ? Tirer des conclusions un peu vite... Pour le commentaire de Vincent, lisez donc son commentaire. J’essai d’avoir une réponse sur le sens du mot mature et lui me parle de ma fiche d’identité et ne s’exprime que sur une phrase à propos de mon article. Sans justifier le pourquoi du comment. Mais pour le simple plaisir de critiquer !

    Le problème n’a pas été sur votre définition de « mûr » mais de mature. Même si cela n’est pas reconnu dans le « Littré » ni de l’académie, donc pas présent dans un véritable dictionnaire académique, le mot mâture avec un accent ne correspondra jamais à ma question. Donc il y avait bien une erreur de votre part, en parlant de mâture avec accent. Que celui-ci soit du jargon ou pas, le mot mâture n’a pas de sens dans son contexte. Alors que le mot mature est comme même plus en rapport avec mon article.

    «  »Mature« m’apparait donc comme un mot issu d’un jargon (absence des dictionnaires académiques). Je nourris une certaine aversion pour l’emploi, en public, de quelque jargon que ce soit... ça me fait saigner les oreilles comme je l’ai dit (enfin écrit... soyons précis, vous avez raison). »

    Il est donc si difficile d’admettre son erreur ? Nous sommes donc certain par l’illustration de votre mauvaise foi ambiante, que l’Homme descend du singe et essai de s’accrocher à chaque branche qu’il aperçoit (Je plaisante...). Car vous n’avez pas méprisé le mot « Mature » car il est issu d’un jargon, vous l’avez méprisé car vous n’avez vu aucune existence de ce mot en rapport avec la maturité. Par un accent de trop. Dommage !

    Pour l’âge biologique, il y a un minimum avant de prétendre à être sage. Le minimum c’est l’expérience. Et à 17 ans, il est difficile d’avoir connu une foule d’expérience nous menant au statut de sage. Mais bon vous arrivez si tard, qu’un autre Agoravoxien a répondu à ma question. Il n’est pas académicien, mais à trouver un excellent article sur la maturité et ses différentes formes.

    Donc le débat n’est pas à la sagesse ou autre. Je ne me suis pas penché sur la question. Et à vrai dire, je n’ai pas envie d’éterniser le débat à travers des commentaires. Ce qui m’étonne c’est la diversité des réponses qu’a déclenchées cet article sans grande prétention. Tout le monde m’affirme avoir la réponse, pourtant tout le monde ne dit pas la même chose. Certains répondent que maturité (dans le sens que j’emploi) c’est pour le végétal, d’autre non pas compris que cet article n’était pas une éloge à mon égard en me prétendant mature, d’autre m’ont incité à lever le nez du dictionnaire et vous vous me dites de plonger le nez dans le dictionnaire. Alors que cet article était un article seulement pour trouver une réponse précise à ma question de départ : « Peut-on parler de maturité chez les jeunes ? » J’ai du attendre « Looping » pour avoir une réponse répondant exactement à la question. Une question d’ordre psychologique et non purement académique, car cette question n’aurait plus de sens alors si je souhaite qu’un sens purement académique.

    Bonne soirée. Ne prenez pas la peine d’étayer votre commentaire précédent j’ai eu ma réponse !


  • Blogamax 7 mars 2008 21:36

    Ah de la modération... Comme c’est plus agréable ! Je vais donc être beaucoup plus modéré dans mon commentaire.

    Je n’ai pas le temps de vous répondre tout de suite !

    Merci pour votre modération. Dommage qu’elle arrive si tard.


  • Blogamax 7 mars 2008 17:22

    Pourquoi avoir de la rancune ? Je trouve sa plutôt marrant... même si vous avez trop souvent tort ce qui me facilite donc la tâche ! Je plaisante ! Merci pour votre défintion de mature.

    A bientôt dans un autre débat !







Palmarès