• dimanche 20 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

bluebeer

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 289 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Cet auteur n'a pas encore publié d'article

Derniers commentaires

  • Par bluebeer (---.---.93.165) 22 mars 2013 07:27
    bluebeer

    Bonjour.

    Bon article, comme d’habitude.

    Et vaste sujet. L’idéologie libérale actuelle est une fraude. Elle tire sa « légitimité » de postulats divers, comme l’autorégulation des marchés, le darwinisme économique, la supériorité inéluctable de l’intérêt personnel sur l’altruisme, etc. La déconfiture des économies planifiées et la dérive autocratique des sociétés socialistes ou communistes a apporté de l’eau à ces moulins, et contribué à enfoncer profondément l’idée dans nos crâne que there is no alternative.

    Pourtant, ce système dans lequel nous vivons et auquel nos dirigeants ont prêté allégeance est une faillite à tous les niveaux. Il a engendré une nouvelle oligarchie apatride, une nébuleuse de multinationales et de consortiums banquiers qui se partagent le monde tout en luttant férocement entre eux pour la suprématie. Une nouvelle caste de seigneurs, de grands féodaux, qui tiennent pour rien les vilains que nous sommes, et qui poursuivent leur guerre aveuglément, indifférents aux maux dont ils nous accablent. Wall Street et la City, et tous leurs petits clones, nos nouveaux seigneurs.

    En démultipliant les stratégies pour s’enrichir et obtenir l’avantage sur leurs concurrents, ils ont transformé la finance et l’économie mondiales en un vaste casino boursier, une arène de la spéculation et de la manœuvre occulte. Leur avidité les a poussé à remplacer les salaires par du crédit, car la dette enrichit bien plus que tout autre investissement dans l’économie réelle. La finance a décollé et perdu contact avec la réalité. Aujourd’hui, elle s’écroule. La valeur de l’argent s’évapore, les échafaudages financiers et les économies s’effondrent, la mondialisation n’a profité qu’aux profiteurs.

    La délocalisation a sonné le glas du consensus social qui avait fini par émerger dans les pays industrialisés. Le spectre du chômage a réduit les aspirations sociales, a lentement détricoté le principe de solidarité. Insidieusement, nous avons glissé dans la mentalité libérale : individualisme, matérialisme, opportunisme. Nous sommes précarisés, déstabilisés, désolidarisés. Nous avons accès à davantage de gadgets, mais le prix des denrées alimentaires, de l’éducation et du logement ont explosé. Il n’y a plus de distinction entre ce qui est futile et ce qui est indispensable. Bienvenue dans l’univers de la surproduction, de la surconsommation, du surgaspillage.

    Cerise sur le gâteau, si la délocalisation autorisée par la mondialisation chère à nos oligarques a été un premier coup de tronçonneuse dans notre contrat social, le tsunami de l’automatisation et de l’informatisation galopantes n’a encore été évoqué sérieusement par aucun gouvernement. Le travail disparaît, point barre. Et personne n’aborde ce problème fondamental qui lamine définitivement notre conception de l’organisation sociale. L’économie de marché devient obsolète parce que la plupart des gens n’auront tout simplement plus accès à du travail. Mais comme il nous est interdit de rêver d’économie planifiée et de juste répartition des avoirs, nous sommes désormais arrivés au bord du vide. Le capitalisme et le libéralisme ne sont pas des projets de société, ce sont des modèles de gestion du capital, incidemment destinés à entériner l’émergence d’une classe dominante sur une base économique. Rien n’est prévu pour les bouches inutiles, si ce n’est le néant.

    La thèse de Jorion est que la perte progressive du pouvoir d’achat, et la substitution des salaires par l’accès au crédit, scie la branche sur laquelle le capitalisme est assis. Ses contradictions internes vont finir par le faire chuter, et après la chute du mur de Berlin, finira par arriver la chute de la rue du mur. « Marx avait raison », constat amer qui nous laisse devant les ruines d’un monde à reconstruire. Quand la bataille sera terminée, car pour l’instant, ceux qui possèdent tout se battent avec rage pour ne rien perdre. Et j’ai le sentiment que ça va être une longue bataille, dont ma génération ne verra pas l’issue.

    Je ne suis plus chrétien, mais je suis allé au catéchisme. Petit, je ne comprenais pas pourquoi Jésus s’était tellement emporté contre les marchands du temple. Maintenant, je sais : ils avaient transformé la maison de son père en un repaire de voleurs.

  • Par bluebeer (---.---.205.214) 16 mars 2013 20:58
    bluebeer

    Bonsoir,

    Bon article salutaire.

    En ce qui concerne la métaphore des clous et du marteau, je pense qu’il s’agit d’une allusion aux révélations de Wesley Clarke concernant l’agenda d’invasions US au Proche Orient :

    http://www.youtube.com/watch?v=U6y8...

    A 1’36« , W ; Clarke dit quelque chose comme »je pense qu’ils ne savent pas quoi faire avec le terrorisme, mais nous avons une bonne armée qui peut renverser des gouvernements, alors si nous avons l’outil, un marteau, je suppose que nous avons envie qu’ils aient l’air de clous".

    L’argument est donc ciblé.

    Par rapport au manque total d’objectivité de notre presse sur les positions russes en général, j’ai trouvé cet article sur la rencontre entre Hollande et Poutine très intéressante :

    http://www.realpolitik.tv/2013/03/l...

    Notre presse, c’est un teckel qui aboie chaque jour sur le facteur. C’est pavlovien.

  • Par bluebeer (---.---.94.31) 10 mars 2013 23:08
    bluebeer

    Bonjour,

    je l’ai écrit ailleurs, mais je le redis ici. Ce qui me fascine, c’est qu’on consacre des fils entiers pour décider de la réalité vénézuélienne, exactement comme dans l’avant guerre ou comme à l’époque du rideau de fer on se crêpait le chignon pour décrire la réalité soviétique ou de l’europe de l’est. Et encore, je dirais qu’on était plus objectifs à l’époque, même dans le camp anticommuniste. Là, pour l’instant, c’est le niveau Tintin au pays des Soviets.

    A ma connaissance, rien n’interdit à un journaliste de prendre un visa puis l’avion, et d’aller se rendre compte par lui-même. Mais apparemment, ils sont très peu à se donner la peine. Pareil pour l’Iran. S’il est possible d’y faire du tourisme, rien n’empêche d’y faire du journalisme, non ? Mais manifestement ça ne vient plus à l’esprit de grand monde de procéder à une enquête normale. Les empilements de slogans suffisent. C’est donc tout ce qu’est devenu notre journalisme garant de notre démocratie, une usine à slogans. Qui dira le contraire ? Voici quelques petits liens que j’ai trouvé intéressants :

    http://www.monde-diplomatique.fr/20...

    Maurice Lemoine est décrit comme autodidacte et atypique à la rédaction du monde diplomatique. Ce n’est rien de le dire... Des faits, des témoignage, des statistiques, des analyses, c’est Noël et c’est possible ! Et au monde diplomatique encore ! Mauvaise conscience de certains, ou bien un petit vertige de dissidence ?

    http://www.wikistrike.com/article-l...

    Un reportage avec 76 minutes de témoignages et d’interviews. Byzance.

    http://www.dedefensa.org/article-no...

    Une analyse de ce que l’auteur appelle la Presse Système et qui en analyse notamment les contradictions.

    Et pour terminer, un petit rappel de manipulation prise la main dans le sac. Que vaut donc une cause dont le choix délibéré est le mensonge et la propagande ?

    http://www.arretsurimages.net/vite....

  • Par bluebeer (---.---.205.188) 8 mars 2013 07:50
    bluebeer

    Wperrad,

    merci et bravo pour une réponse courtoise et de l’ordre du débat...

    Mais comme je le disais, qui redevient systématiquement idéologique. Vous me parlez libéralisme vs. socialisme. Le thème de l’article est la réalité des bienfaits apportés par Chavez à son peuple lors de ses mandats successifs, au nom du socialisme « bolivarien ». Et si je suis le fil de cet article, j’obtiens quelques indices et éclaircissements, mais malheureusement contradictoires et souvent péremptoires, qui finalement brouillent les cartes plus qu’elles ne les simplifient.

    En grattant un peu, je découvre Maurice Lemoine que Wikipédia présente comme un journaliste autodidacte et atypique du monde diplomatique, qui se singularise précisément par une sympathie ouverte pour Chavez. Surtout, avant de consulter Wikipédia, j’ai bien aimé son article qui répondait à mes attentes en termes de journalismes : des faits et des analyses, sur lesquels on peut commencer à réfléchir.

    Sinon je suis d’accord avec votre vision selon laquelle un point de vue extérieur est souvent précieux pour mieux percevoir sa propre société (j’ai également été expatrié et ai rencontré de nombreux étrangers). Je ne prétend pas que l’Amérique du Sud est plus complexe que les autres continents, simplement qu’elle a ses particularités globales qui façonnent en partie la réalité vénézuélienne.

    Je ne rentrerai pas dans le débat libéralisme vs. socialisme ici par faute de temps. Il existe bien évidemment un socialisme démocratique et le socialisme n’existe pas uniquement de manière violente. Si je devais argumenter plus avant, je le ferais sur la réalité de l’humain en tant qu’espèce animale sociale, orientée évolutivement vers la coopération, dotée à cet égard d’un dispositif intéressant qu’on appelle les cellules miroir. J’insisterai que la plupart des entrepreneurs self made man qui s’assument redeviennent des petits garçons face à la maladie et à la perspective de la mort, et font appel à l’équipe - pas le choix. Qu’une équipe qui gagne est celle qui arrive à amener les talents à coopérer (je viens du rugby où un homme seul est très peu de chose). Et puis, j’ajouterai que ceux qui me connaissent dans la vie réelle me trouvent horriblement têtu et individualiste. Mais « socialiste ».

  • Par bluebeer (---.---.205.188) 7 mars 2013 19:19
    bluebeer

    Tiens, finalement, en creusant un peu, j’ai dégotté ceci :

    http://www.monde-diplomatique.fr/20...

    C’est ce genre là que je cherche...

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération