• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bobac

Bobac

Docteur Ingénieur. Chercheur depuis 12 ans dont une thèse et 8 ans à l’étranger. Je suis interessé par la Connaissance, l’Innovation scientifique et l’Ecologie. Avec un groupe de jeunes docteurs, nous avons créé un blog sur ces thèmes très en vue dans la campagne présidentielle.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 6 151
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Bobac Kubrick 6 mars 2007 18:53

    L’article sur le réchauffement se base sur des publications scientifiques et ne défend aucun lobby. Il ne cherche qu’à montrer toute la compléxité de l’influence du Soleil sur la Terre, et que la contribution de celui-ci dans l’état actuel n’est peut-être pas négligeable. Ceci afin de pousser la poursuite de recherche sur les mécanismes contrôlant l’activité solaire et sa variabilité et son impact sur notre Terre. Ceci est un problème de physique fondamentale basé sur des faits avérés et étant au coeur de discussions parmi la communauté des physiciens solaires, et en aucun cas un problème politique. Aujourd’hui de toute facon nul ne peut affirmer qu’elle est la contribution exacte du Soleil car même des pontes de la communauté semblent en désaccord. En aucun cas, la crédibilité du GIEC n’est d’ailleurs remise en cause et ses conclusions sont on ne peut plus pertinentes et vraies. Oui l’homme dérégle le climat, mais à ce déréglement pourrait s’ajouter une composante naturelle. Vous ne pensez qu’il est tout aussi important de comprendre cette contribution purement solaire (pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui comme ce qui pourra se passer dans 500 ans) que de développer des moyens pour de réduire nos émissions d’effet de serre ? Le développement de ces moyens est lui lié à une volonté d’innovation, de comportement de nous tous et de politiques.


  • Bobac Bobac 6 mars 2007 17:16

    Voici quelques références citées pour justifier cet article, parues dans des revues internationales :
    - Mendoza, Total solar irradiance and climate, 2005, Advances in Space Research, Volume 35
    - Lean, Reconstruction of solar irradiance since 1610 : Implications for climate change, 1995, Geophysical Research Letters, Volume 22
    - Solanki & Krivova, Can solar variability explain global warming since 1970 ?, 2003, Journal of Geophysical Research (Space Physics), Volume 108
    - Solanki et al., Unusual activity of the Sun during recent decades compared to the previous 11,000 years, 2004, Nature, Volume 431
    - Usoskin et al., Reconstruction of solar activity for the last millennium using 10Be data, 2004, Astronomy and Astrophysics, Volume 413
    - Solanki, Harold Jeffreys Lecture : Solar variability and climate change : is there a link ?, 2002, Astronomy & Geophysics, Volume 43


  • Bobac Bobac 6 mars 2007 16:47

    A toutes celles et tous ceux qui se permettent d’insulter et de d’accuser cette note de pseudo-science, je tiens à préciser que cet article : - ne déresponsabilise en aucun l’impact de l’homme sur son environnement ; - montre en s’appuyant sur des articles parus dans des journaux et revues internationales d’astrophysique (c’est-à-dire avec comité de lecture, tous les articles sont donc approuvés par des pairs) qu’il existe une incertitude plus grande qu’on ne le dit sur l’influence réelle du Soleil sur la Terre. Je peux mettre à disposition de tous ceux qui le souhaitent des articles et revues de références, rédigées par des scientifiques (docteurs ès sciences, professeurs) reconnus les sources utilisées, et donc qu’il ne s’agit en aucun cas de « pseudo-science » mais de l’exposition à un large public de faits scientifiques débattus actuellement ;
    - parmi les scientifiques memebres du groupe de travail I du GIEC, il ne figure qu’un seul astrophysicien, qui plus est, spécialsite du Soleil et qui a effectué des travaux montrant l’influence du Soleil sutr le réchauffement terrestre ;
    - n’est en aucun un outil de propagande pour un parti politique quelqu’il soit et indépendant de toutes convictions politiques ... le rayonnement solaire et les calottes glaciaires sont toujours, à ce que je sache, indépendante des affaires politiques qui occupent la France actuellement ;
    - met le point sur un sujet de l’astrophysique peu mis en avant, la compréhension de l’activité solaire,des variations de sa luminosité et de son impact sur la Terre. Autant que je sache, ce ne sont pas les géophsyiciens du GIEC qui étudient le fonctionnement du Soleil ;
    - n’est en aucun une vérité absolue. Il s’agit de Science : il existe des arguments minimisant l’influence du Soleil, il en existe montrant explicitement son influence direct et réel. En l’état nos connaissances des mécanismes agissant au coeur du Soleil et sur le climat terrestre ne permettent de conclure avec certitude de la contribution exacte du Soleil ;
    - n’affirme en rien que l’homme n’est pas responsable ; c’est tout le contraire. Le rapport du GIEC montre clairement et de manière irréfutable l’impact de l’activité humaine. Nous souhitons ici mettre en avant la possible contribution du Soleil et l’éventuelle conjonction de l’influence humaine et d’une activité solaire exceptionnelle (celle-ci est d’ailleurs avérée, cf. Solanki et al. 2004 dans Nature, la revue scientifique de référence).

    Tous les articles utilisés pour rédiger cet article sont directement accessibles sur la page de la note sur le blog en question, prouvant ainsi l’hônneté scientifique et intellectuelle de notre démarche.


  • Bobac Bobac 6 mars 2007 12:42

    Correct. Mais si vous avez lu le rapport du GIEC et assisté à sa présentation, la partie « solaire » a été couverte en 1 transparent et très rapidement. En tant que scientifique, je suis simplement troublé par les conclusions du GIEC qui vont à l’encontre de travaux scientifiques réalisés par des astronomes du soleil très compétents (je ne suis pas l’un d’eux !). Face à un problème aussi grave que le réchauffement climatique, il est important de faire un bilan le plus raisonable possible des contributions de l’homme et de la nature. Concernant les bovins, entièrement d’accord. Les américains déjà responsables à un très haut niveau de l’effet de serre devraient également manger moins de viande. Par contre un certain nombre de micro-organismes dans le forêts tropicales sont également responsables. Cet article veut simplement démontrer la complexité du problème.


  • Bobac Bobac 6 mars 2007 12:02

    Non il faut bien sûr revoir notre consommation et production d’énergie car nous sommes responsables des dérèglements climatiques, mais il faut également regarder de près les nuisances créés par la Nature elle-même pour éviter d’y contribuer encore plus. Le méthane est un autre exemple de nuisance créée massivement par les micro-organismes, les bovins et les ovins...à nous de ne pas y ajouter notre propre contribution.







Palmarès