• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

brome

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 5 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • brome 17 avril 2008 21:00

    Juste un exercice de style :

    regardez sur google tous les articles parlant de ce débat, il ya ceux qui ont la petite publicité Leclerc et ceux qui ne l’ont pas et en regardant meme rapidement on remarque les commentaires très acerbes de ceux qui ont la pub Leclerc

    Les pharmaciens attaquent Leclerc, le nouvel obs ose meme : un campagne anti leclerc des pharmaciens.

    Je crois qu’on peux tous s’accorder sur le fait que c’est bien les pharmaciens qui sont attaqués, et la certains journalistes avec l’éthique dans la chausette renverse complétement la situation : c’est leclerc le bouc émissaire, le spolié, le petit face aux méchants pharmaciens. J’admire la campagne presse, Le nouvel obs mentionne l’argent dépensé par les syndicats de pharmaciens mais oublie celui de Leclerc. Sournoisement, on commence à sentir une sympathie pour Leclerc avec son pull à 20 euros dans ses rayons, fort très fort


  • brome 17 avril 2008 16:55

    en passant, pourquoi on limite les boites de paracetamol à 8g, vous vous etes deja posé la question ?

    On la limite car c’est la limite nette de toxicité, au dessus on entre dans le domaine des problémes hépatiques graves et il est démontré que les suicidaires (la revue prescrire) ne prennent que très rarement plus d’une boite de médoc.

    Le modéle américain, cité par beaucoup, avec ses boites de 800 paracétamol à 500mg, c’est la mort assurée, en soi beaucoup s’en foutent, c’est pas votre frere qui aura réussi son suicide avec une boite comme ca.

    Pour Alceste, 1.6% des effets indésirables, ca fais beaucoup pour des problémes de santé anondin sur le total par rapport au total des médicaments sans et avec ordonnance, mais ce qui serait vraiment intéressant, ce serait de comparer ce taux au pourcentage en officine, s’il n’y a pas de différences, alors ouvrons le marché,

    Si à cause au chevalier Leclerc, la consommation des médocs grimpent avec encore plus d’effets indésirables, alors évitons cette betise ( pas la peine de se baser sur l’avis de monsieur tout le monde), on a la chance d’avoir des pays qui ont ouvert ce marché, profitons en :

    Regardons vers les états unis, faisons une étude, si il y a un risque,pour la protection de la santé ne donnons pas ce nouveau marché à ce prédateur de Leclerc. Basons nous sur des faits scientifiques, les médicaments, c’est pas des petits bonbons 


  • brome 17 avril 2008 16:25

     

    c’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut la fermer

    c’est pas parcequ’on y connait quasiment rien, qu’on doit la fermer

    la semaine prochaine, je parle d’informatique, j’y connais rien mais Mehdi l’a osé pourquoi pas moi/

    le médicament délivré en Leclerc par un vendeur sous la responsabilité d’un pharmacien,

    très bien en pharmacie ce sont des préparatrices diplomées avec un diplome fait en deux ans, ca donne quand meme une autre sécurité. les médicaments meme en rayons dédiés seront pas loin du rayon charcuterie, mais ca ne banalisera pas le médicament, si Mehdi le dis.

    La commission européenne est pour une ouverture du monopole, c’est juste, mais c’est uniquement par principe économique de libre concurrence, et sous la pression de lobby puissant (plus puissant que ceux des pharmaciens, bien plus puissants). Où est le débat santé ?

    n’y a t’il aucun risque de banalisation, de destruction du tissu officinale, de risque pour les femmes enceintes, de surdosages par l’usage de médicament contenant la meme molécule (paracetamol notamment, une quasi vingtaine de médoc le contienne, pouvez vous en citer ne serait ce que 8 sans aller voir dans le vidal ?), pas de risques, si le vendeur vous le dis.

    Pour les prix 20 à 30% plus cher, michel semble avoir fais des émules, ca sens presque la propagande

    on es loin des 1% d’augmentation vu par la dgccrf sur les médicaments conseils. Pas de risques particuliers dans les autres pays, pourtant des gens meurent des effets indésirables des médicaments, et pas seulement ceux sur ordonnances mais c’est vrai que 1 mort pour un million ou 10 millions de personnes traitées, personne n’en parlera. Tout ca pour soigner un probléme bénin, ca me rend triste. En soi que l’argent des pharmaciens diminue, c’est deja le cas avec la baisse des marges des médicaments remboursés mais la on leur enleve la seule possibilité de soigner en ayant le choix de leurs actions. Après l’ouverture du monopole le patient nous rétorquera : merci pour le conseil je vais l’acheter au Leclerc. En soi on en mourra pas, c’est juste que pris entre les médoc ordo ou on agit uniquement en cas d’interactions ou de surdosages, la cosméto que tout le monde peux délivrer, si on nous enleve les médoc conseil, que nous reste il comme prérogatives ? six ans d’études pour etre encore moins et plus mal utilisé par la société, triste pour les futurs pharmaciens

    La france est championne de consommation des médicaments, la aussi vous etes mal informés, ici 90% des consultations finissent par une prescription. C’est le pharmacien qui rédige les ordonnances ?non aux dernières nouvelles. Beaucoup se joue dans les comportements des patients et des médecins, accuser les pharmaciens, c’est faire preuve de beaucoup de mauvaise foie. Leclerc améliorera t’il cette surconsommation, un commercant voulant faire autre chose que vendre beaucoup on crois rever.

    Le gouvernement est de notre coté, c’est lui qui a ouvert la boite de pandore pour mettre les médicaments à portée de tous pour la comparaison des prix (en soi c’est peu critiquable, c’est avec votre argent que vous vous soigniez, votre liberté) mais c’est au gouvernement de protéger la santé des gens donc de choisir les voies qui lui semble les plus à meme de garantir une forte sécurité avec un service de bonne qualité.

    Le réseau officinale a fais les preuves de son efficacité, livraison deux à trois fois par jours, gardes assurées, médicaments non contrefaits (en france, il n’y a quasiment pas de contrefacons en officine). les médicaments en libre services en se basant sur le réseau officinale de pharmaciens et préparateurs, c’est une mesure permettant la libre concurrence, vous pronez la révolution ou plutot un retour en arriére

    En connaissant son histoire, les pharmaciens ont fini par obtenir qu’ils soient les seuls à pouvoir délivrer des médicaments, éliminant les épiciers et leurs réseaux peu sur, on essaie de revenir en arriére en présentant ca comme une évolution naturelle, tout le monde pourra bientot vendre des médicaments car pourquoi s’arreter à Leclerc, les pharmaciens survivront, mais est ce que ce sera le cas de la santé de tout le monde ?


  • brome 17 avril 2008 15:08

    un article intéressant qui va au fond des idées. On sors de la superficialité de certaines idées.

    Juste répondre à certains contradicteurs :

    à Hélios, le numérus clausus, c’est le nombre d’étudiants admis en deuxiéme année. Le maillage régulier du territoire s’appelle le quorum.

    pour les gardes, on passe par le commissariat, car la pharmacie est un lieu latent d’attaques à main armé, donc par protection, ca passe par la police, ca n’enleve rien au service du pharmacien, c’est un service d’urgence, en soi qu’il faille une ordonnance, ca parait justifié

     Vous oubliez d’autres services, l’obligation de soin du pharmacien en cas de besoin (il m’est arrivé d’intervenir en urgence ou pour un soin), l’obligation d’obtenir le médicament dans le plus bref délai si la personne est en ordre (ordo etc...) ca aussi c’est un service. Sans droits pas de devoirs, si on enleve aux pharmaciens leurs monopoles, on enléve aussi les obligations de santé ou on les paye à juste valeur pour ca et la fini, la prime de garde à 5 euros, ca montera à 40, pareil pour les autres services

    Pour vous soit un médicament est remboursé soit ce n’est pas un médicament, avec cette définition, l’industrie pourrait sortir n’importe quelle molécule et demander son remboursement au motif que c’est un médoc, belle conception. on n’est pas plus cons que 350 millions d’américains mais est on aussi con, c’est ca la question. Consultation à 100 euros minimum, nouveau médoc hors de prix, publicité fausse sur les médicaments (d’ordonnance) à la télé, c’est beau un modéle.

    Un médicament est remboursé en fonction de ce qu’il apporte à la santé, en faisant la balance entre ses effets indésirables et ses effets bénéfiques et en fonction de la pathologie (pourquoi prendre en charge un rhume, bénin et peu genant pour la société), et une molécule est défini comme médicament si elle posséde des propriétés interagissant avec les fonctions humaines en vu de les restaurer ou de les soigner, la tisane de boulou n’est pas un médicament

     

    Jason, on a bien compris que vous ne pleurerez pas sur 1 ou 2 qui y ont laissé des plumes, mais vous etes loin du compte, il y a eu 700 faillites en 10 ans (source DGS conseil), à ces pharmaciens, on a pas serré la main et on leur a dis bonne chance, ca se passe pas comme ca.

    Quand les médocs seront en supermarché, on ne reviendra plus en arriére, ca n’est jamais arrivé, d’ailleurs vous aurez peut etre remarqué que quasi tous les articles concernant cette histoire sont accompagnés de la pub Leclerc d’ailleurs vu les titres (pharmaciens attaquent Leclerc, contre Leclerc), on peux se demander le parti pris, mais qui est attaqué dans ses fonctions par une publicité nous montrant en docteur maboule et en voleur (comparer la pharmacie à une bijouterie) ?

    Pour Annie, en ce qui concerne les boites entiéres, je suis complétement d’accord avec vous, mais c’est depuis longtemps plus entre nos mains, l’industrie pharmaceutique nous appartient plus depuis longtemps, et eux n’accepteront jamais qu’on découpe leur petites boites. Pourtant faire comme au canada et donner le traitement juste, ca parait une très bonne idée de santé et financiére aussi. Pour les génériques, ce sont les pharmaciens, qui en grande partie, ont réussi à les imposer (partiellement vu la résistance). La question est en effet hypocrite, la vraie question c’est comment sécuriser le circuit du médicament en demander plus aux pharmaciens, pour que la santé en bénéficie...

    Ce qui m’embete, c’est combien de gens vont etre mieux soigner avec de l’ibuproféne, combien de femmes enceintes auront des problémes avec cette molécule tout ca pour quelques maux de tetes ou douleur plus vite soigné. Meme 1 ou 2 embryons subissant les effets délétéres de cet ains, n’est ce pas trop pour l’effet bénéfique théorique qu’on peux attendre d’une vente au Leclerc ("comme je suis un salaud de pharmacien, la santé je m’en fous" comme dirait un internaute)

    En passant, les pharmaciens mettent en place le dossier pharmaceutique pour mieux encadrer les prises médicamenteuses des gens, Leclerc le fera pas.

     


  • brome 9 juin 2007 09:23

    Ce texte joue sur une confusion des idées et est une grande simplification et a une faible connaissance du monde de la pharmacie.

    D’après monsieur dussart, le pharmacien semble etre quelqu’un d’uniquement vénal, dont l’objectif doit cacher quelque chose de pas net en lien avec le marketing. le bien etre du malade semble etre une propriété exclusive du médecin, aurevoir les autres infirmières, pharmaciens, aide soignantes....

    L’idée que les mutuelles remboursent une consultation pharmaceutique, ca ne peut pas etre lié au fait que les assureurs y gagnent en objectif de baisse des frais de santé lié au tabagisme tout simplement. cette consultation est certainnement lié à une formation spécifique du pharmacien, mais la aussi on lui dénie ce droit à la compétence En passant les substituts nicotiniques sont en vente libre en pharmacie, elle nécéssite un conseil adapté que le pharmacien est tout à fait apte à donner. Ces substituts ont démontrés une efficacité certes modeste mais réelle (cf prescrire), on passe quand meme de 10% à 18% de réussite totale pour l’arret du tabac, c’est pas négligeable et surtout vous confondez le besoin de fumer lié à la nicotine à l’effet toxique des cigarettes essentiellement lié au goudron et aux dizaines de susbtances contenus à l’intérieur dont des toxiques très puissant comme le cyanure ou le benzéne.

    Ne confondez pas non plus s’il vous plait les pharmaciens avec l’industrie pharmaceutique, le jour où cela sera possible, cette dernière n’hésitera pas à envoyer directement les médicaments chez les patients en éliminant les officinaux, c’est aussi ca la réalité et les tentatives de l’industrie pour diminuer la marge du pharmacien sont constantes.... (les leurs augmentent alors logiquement)

    Que les pharmaciens puissent servir mieux la société en se servant de leurs capacités et droits de conseil pour le patient, n’est ce pas une bonne chose ? Que cette compétence et ce service soit rémunéré, n’est ce pas normal ?

    Maintenant, après des dizaines d’années d’autres professionnels de santé commencent à avoir des droits de prescription tels les kinés pour des dispositifs médicaux ou les infirmières pour des poches de stomies. Moi j’approuve complétement, ces professionnels connaissent et utilisent tous les jours ces systèmes, pourquoi la société devraient elles payer une consultation médicale pour approuver ces prescriptions faites alors que des personnes très expérimentés dans ces domaines peuvent le faire. Attention il ne s’agit ni de diagnostic ni de prescription de médicament sur ordonnance, c’est strictement limité à des renouvellements et à des choix justes de prescriptions de dispositifs...

    je continue sur votre argumentaire : les médecins à qui on dissimule la vérité cf vioxx. Il fallait avoir des oeillères pour ne pas voir ce drame arriver. Rien n’interdit aux médecins de se renseigner, les revues indépendantes existent et elles ont prévenu dès 1999 les médecins des doutes concernant cette molécule. D’autres scandales arrivent, le ketek l’avandia et d’autres encore, on le sais. Le médecin un tant soi peu curieux le sais. Pour ce qui concerne la lecture critique lors du concours de l’internat, ce sont les étudiants en médecine eux memes qui l’ont coulé et pas big pharma comme vous le dites.

    Mais en y réfléchissant, votre texte est insidieux, cela part d’une bonne idée, les pharmaciens reconnus pour ce qu’ils font deja, conseiller et aider à l’arret du tabac. Il n’y a pas de diagnostic à faire, juste une dépendance à mesurer et à essayer de traiter le mieux possible notamment avec les substituts nicotiniques. Le fait qu’il soit rémunèré pour ce conseil le rendra moins dépendant de la vente de son médicament donc l’incitera à plus d’indépendance. L’interet de l’assureur : éviter les complications du tabac. En passant, elle ne fricote pas avec big pharma, quel interet pour elle, ce serait idiot.

    Ensuite une attaque en régle sur les médecins et le fait de pleurnicher sur le bon vieux temps avec un médecin indépendant dévoué comme s’ils ne l’étaient plus de nos jours.. dirigé par big pharma comme vous dites. Puis l’attaque sournoise sur l’industrie pharmaceutique et son désir infini de profit alors que c’est le but de toute industrie... comme toutes les entreprises, avec un sous entendu sur les causes médicamenteuses des 15000 décès de l’été. Puis on réhabilite des médecines parallèles n’ayant jamais fais la preuve de leur efficacité, l’homéopathie, l’acupuncture etc... Au bout du compte qu’est qui vous gene dans cette reconnaissance du pharmacien, qu’elle gene la santé public ou qu’on vous détourne la clientéle cher consultant en tabacologie ? Loudiere artus pharmacien







Palmarès