Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile


Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 4276 184
1 mois 0 45 0
5 jours 0 5 0





Derniers commentaires

  • Par BA (---.---.---.142) 22 novembre 19:18

    Samedi 22 novembre 2014 :

    Alain Juppé hué par les partisans de Nicolas Sarkozy à Bordeaux.

    Au meeting de l’ancien chef de l’État, le maire de Bordeaux a irrité l’assistance lorsqu’il a évoqué la place des centristes dans l’UMP et l’idée d’une primaire ouverte en vue de 2017.

    Alain Juppé défié dans sa propre ville. Le maire de Bordeaux, intervenant en ouverture du meeting de Nicolas Sarkozy organisé samedi dans sa ville, a été hué par les militants alors qu’il évoquait le « rassemblement de la droite et du centre » et la « primaire ouverte » en vue de la présidentielle 2017.

    « Je suis convaincu qu’il faut un large rassemblement de la droite et du centre si nous voulons battre la gauche », en 2017, a lancé Alain Juppé, devant une foule de plus de 4000 personnes, dans une ambiance surchauffée. Aussitôt, des « hou hou » ont fusé, couvrant la voix du maire de Bordeaux, tandis que la foule scandait « Nicolas, Nicolas ».

    http://www.lefigaro.fr/politique/2014/11/22/01002-20141122ARTFIG00150-alain-juppe-hue-par-les-partisans-de-nicolas-sarkozy-a-bordeaux.php

  • Par BA (---.---.---.142) 22 novembre 19:17

    Samedi 22 novembre 2014 :

    Alain Juppé hué par les partisans de Nicolas Sarkozy à Bordeaux.

    Au meeting de l’ancien chef de l’État, le maire de Bordeaux a irrité l’assistance lorsqu’il a évoqué la place des centristes dans l’UMP et l’idée d’une primaire ouverte en vue de 2017.

    Alain Juppé défié dans sa propre ville. Le maire de Bordeaux, intervenant en ouverture du meeting de Nicolas Sarkozy organisé samedi dans sa ville, a été hué par les militants alors qu’il évoquait le « rassemblement de la droite et du centre » et la « primaire ouverte » en vue de la présidentielle 2017.

    « Je suis convaincu qu’il faut un large rassemblement de la droite et du centre si nous voulons battre la gauche », en 2017, a lancé Alain Juppé, devant une foule de plus de 4000 personnes, dans une ambiance surchauffée. Aussitôt, des « hou hou » ont fusé, couvrant la voix du maire de Bordeaux, tandis que la foule scandait « Nicolas, Nicolas ».

    http://www.lefigaro.fr/politique/2014/11/22/01002-20141122ARTFIG00150-alain-juppe-hue-par-les-partisans-de-nicolas-sarkozy-a-bordeaux.php

  • Par BA (---.---.---.142) 22 novembre 19:16

    Samedi 22 novembre 2014 :

    Alain Juppé hué par les partisans de Nicolas Sarkozy à Bordeaux.

    Au meeting de l’ancien chef de l’État, le maire de Bordeaux a irrité l’assistance lorsqu’il a évoqué la place des centristes dans l’UMP et l’idée d’une primaire ouverte en vue de 2017.

    Alain Juppé défié dans sa propre ville. Le maire de Bordeaux, intervenant en ouverture du meeting de Nicolas Sarkozy organisé samedi dans sa ville, a été hué par les militants alors qu’il évoquait le « rassemblement de la droite et du centre » et la « primaire ouverte » en vue de la présidentielle 2017.

    « Je suis convaincu qu’il faut un large rassemblement de la droite et du centre si nous voulons battre la gauche », en 2017, a lancé Alain Juppé, devant une foule de plus de 4000 personnes, dans une ambiance surchauffée. Aussitôt, des « hou hou » ont fusé, couvrant la voix du maire de Bordeaux, tandis que la foule scandait « Nicolas, Nicolas ».

    http://www.lefigaro.fr/politique/2014/11/22/01002-20141122ARTFIG00150-alain-juppe-hue-par-les-partisans-de-nicolas-sarkozy-a-bordeaux.php

  • Par BA (---.---.---.142) 20 novembre 20:13
    Sarkozy-Kadhafi : la vérité qu’ils veulent étouffer. Une corruption étrangère au plus haut niveau de la République.

    Pour étouffer une information, il suffit de ne pas la reprendre. Et le degré d’intensité d’une démocratie se donne à voir dans ces renoncements où des journalistes oublient qu’ils en sont aussi les acteurs et les gardiens, par leur respect sans concession du droit de savoir des citoyens. Il faut donc que la démocratie française soit bien mal en point pour que soit tue la révélation qu’un collège d’experts a authentifié sans aucune réserve un document planifiant une corruption étrangère au plus haut niveau de la République.

    Comme nous l’expliquions dans notre article du 14 novembre (le retrouver ici), les trois experts judiciaires mandatés par les juges Cros et Legrand, renforcés par l’expertise d’une arabisante, ont comparé à celle du document en cause plusieurs signatures de l’ancien chef des services libyens qui avait été entendu par les magistrats au Qatar où il s’est réfugié. Leur conclusion est sans appel : toutes ces signatures sont de la même main, celle de Moussa Koussa. Ce document dont ce dernier confiait déjà, sur procès-verbal, que « son origine, son contenu » n’étaient « pas faux », ne l’est donc pas non plus par sa signature qui est authentique.

    Autrement dit, l’un de ceux dont Nicolas Sarkozy et son entourage brandissaient le démenti lors de la révélation du document (c’est à retrouver ici) est aujourd’hui confondu par la justice française comme étant bien le signataire de cette attestation de l’accord secret franco-libyen.

    Bref, la procédure calomnieuse lancée par l’ancien président contre Mediapart se retourne brutalement contre lui : le faux qu’il évoquait, de meeting en meeting, pour se présenter en persécuté de médias fraudeurs et de juges inquisiteurs, se révèle tout simplement vrai comme nous l’affirmions, attestant ainsi d’un des plus gros scandales qu’ait connus la République au niveau de responsabilité qui fut le sien.

    Dans une démocratie vivante, une telle information s’imposerait évidemment à toute notre vie publique. Les agences de presse, et notamment l’AFP qui remplit une mission de service public auprès de ses abonnés parmi lesquels la presse régionale, l’auraient relayée, faisant savoir qu’une expertise judiciaire confirme l’authenticité d’un document accablant pour l’ex-président de la République. Les autres médias auraient suivi, assaillant de questions Nicolas Sarkozy et son entourage. Et le monde politique, dans sa diversité, aurait été invité à réagir et à commenter.

    Au lieu de cela, rien. Rien de rien. Le lourd silence des démocraties affaissées et affaiblies, ayant renoncé à être exigeantes avec elles-mêmes.

    Sauf à lire Mediapart ou à suivre les réseaux sociaux (voir sous l’onglet « Prolonger » la protestation de Fabrice Arfi, plébiscitée par les internautes), nos concitoyens ne sauront pas que le long feuilleton de l’affaire libyenne a connu un épisode judiciaire décisif qui donne crédit à notre enquête et conforte les faits de corruption qu’elle a mis au jour.

    Il faut parfois se battre pour qu’une information qui dérange des intérêts et des pouvoirs fasse son chemin dans l’espace public. C’est dans cet esprit que, destinataire à mon domicile, par courrier recommandé des deux juges d’instruction, d’une « notification des conclusions d’expertise », j’ai choisi d’en rendre public in extenso le contenu (allégé des annexes).

    C’est une information d’intérêt public sur un scandale d’État. La voici :

    http://www.mediapart.fr/journal/france/171114/sarkozy-kadhafi-la-verite-qu-ils-veulent-etouffer?page_article=2

  • Par BA (---.---.---.142) 20 novembre 19:22

    Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, la création de monnaie par les banques centrales n’a eu aucun effet positif sur l’économie réelle.

    En revanche, cette énorme augmentation de la base monétaire a eu des effets positifs pour :

    1- les Bourses : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans la Bourse, ce qui a créé de gigantesques bulles boursières.

    2- les dirigeants politiques : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans les obligations d’Etat, ce qui a fait baisser le taux des obligations d’Etat. Conséquence : les dirigeants politiques ont pu continuer à emprunter des centaines de milliards supplémentaires, ce qui a créé de gigantesques bulles de dette publique.

    Les trois questions qui se posent :

    1- QUAND ces bulles boursières vont-elles éclater ?

    2- QUAND ces bulles de dette publique vont-elles éclater ?

    3- COMMENT se protéger lorsque ces bulles éclateront ?

    Personne ne sait la réponse des questions 1 et 2. Mais nous avons deux indices concernant la question 3.

    Ces derniers jours, nous avons appris que l’ancien président de la banque centrale des Etats-Unis, Alan Greenspan, avait déclaré : « Les QE n’ont pas aidé l’économie, le dénouement sera douloureux, achetez de l’or. »

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/marches-quand-alan-greenspan-broie-du-noir-601385.html

    Et nous avons appris que la présidente de la banque centrale de Russie, Elvira Nabiullina, avait déclaré que la Russie achetait de plus en plus d’or. Elle a ajouté que la Russie allait continuer à acheter de plus en plus d’or.

    Regardez le graphique :

    http://www.zerohedge.com/news/2014-11-19/gold-rises-after-unusual-russian-central-bank-gold-buying-announcement







Palmarès



Agoravox.tv