Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile


Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 4557 184
1 mois 0 21 0
5 jours 0 1 0





Derniers commentaires

  • BA (---.---.---.142) 22 mai 08:07

    Requiem pour l’espèce humaine.

    “Notre génération a modifié la composition de l’atmosphère à l’échelle globale en [...] augmentant régulièrement la quantité de gaz carbonique résultant de combustibles fossiles.” [Président Lyndon Johnson, message spécial au congrès en 1965]

    http://www.les-crises.fr/clive-hamilton-requiem-pour-lespece-humaine/

    Mais ça, c’était en 1965.

    On savait où était le problème en 1965.

    On connaissait la gravité du problème en 1965.

    ET POURTANT ON A CONTINUE A BRULER DES COMBUSTIBLES FOSSILES DEPUIS 1965.

    Autrement dit : l’espèce humaine est placée tout en haut d’un très grand arbre. L’espèce humaine est assise sur une branche. Elle est en train de scier la branche. Elle sait qu’elle va finir par tomber. Et pourtant elle continue de scier la branche.

    L’espèce humaine est tellement stupide qu’elle a choisi l’auto-destruction.

    L’espèce humaine est tellement stupide qu’elle a choisi le suicide collectif.

    Bilan de ces années 1965 – 2015 :

    Mercredi 6 mai 2015 :

    La concentration de CO2 dans l’atmosphère atteint un niveau record.

    Selon la NOAA, la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a dépassé pour la première fois en mars le seuil des 400 ppm.

    La concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère a atteint un niveau record au mois de mars, un signe évident du réchauffement climatique, selon l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) mercredi. En mars, la concentration mondiale moyenne mensuelle de CO2 dans l’atmosphère a ainsi dépassé pour la première fois le seuil des 400 parties par million (ppm).

    « Ce n’était qu’une question de temps », a souligné Pieter Tans, le principal scientifique chargé de la surveillance des gaz à effets de serre à la NOAA. Celui-ci a précisé que les stations de mesure de l’agence avaient déjà mesuré des seuils supérieurs à 400 ppm dans l’Arctique au printemps 2012 et à Hawaï en 2013. "Atteindre le seuil des 400 ppm en moyenne dans l’ensemble du monde est significatif", a estimé ce scientifique.

    Jusqu’à la révolution industrielle et le recours massif aux énergies fossiles, ce taux n’avait pas dépassé les 300 ppm durant au moins 800 000 ans, selon des prélèvements effectués dans les carottes de glace polaire. "Cela montre que la combustion du charbon et du pétrole a entraîné une augmentation de plus de 120 ppm des concentrations de CO2 depuis l’ère préindustrielle, dont la moitié depuis 1980", a insisté Pieter Tans.

    L’Agence internationale de l’énergie a annoncé le 13 mars que l’augmentation des émissions mondiales de C02 provenant de la combustion des énergies fossiles s’était arrêtée en 2014 pour se stabiliser au même niveau qu’en 2013. Mais stabiliser le taux des émissions des gaz à effet de serre n’est pas suffisant pour empêcher le changement climatique, a souligné Pieter Tans. En outre, les données de la NOAA montrent que le taux moyen d’augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère a été de 2,25 ppm par an de 2012 à 2014, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré au cours de trois années consécutives.

    Signe que la tendance est toujours à la hausse, l’observatoire hawaïen de la NOAA, à Mauna Loa, a continué à mesurer un taux supérieur à 400 ppm en avril. L’observatoire de Mauna Loa, qui date de 1958 et est la plus ancienne station de mesure du monde, a constaté un taux de 401,3 ppm, alors qu’en 2013 le cap des 400 ppm n’avait été franchi que durant deux jours.

    Les concentrations moyennes mensuelles sont calculées à partir de mesures continues. Il existe environ 130 stations de mesure du CO2 réparties sur la planète.

    http://www.lepoint.fr/environnement/la-concentration-de-co2-dans-l-atmosphere-atteint-un-niveau-record-06-05-2015-1926750_1927.php

  • BA (---.---.---.142) 15 mai 07:54

    Vendredi 15 mai 2015 :

    « Charlie Hebdo » : Zineb El Rhazoui « scandalisée » de sa mise à pied.

    Zineb El Rhazoui, journaliste membre de la rédaction de Charlie Hebdo, a reçu, mercredi 13 mai, un courrier de la direction la convoquant à un entretien préalable à un licenciement pour faute grave, a appris Le Monde. Elle est d’ici là mise à pied.

    Contactée, la direction refuse de commenter « une procédure en cours et interne », mais insiste sur le fait qu’il ne s’agit que d’une convocation à un entretien, pas d’un licenciement effectif. La décision intervient dans un contexte de tensions entre la direction et la rédaction.

    Au fond, Mme El Rhazoui s’estime aujourd’hui victime d’une « mesure punitive » pour avoir contesté la direction actuelle de Charlie Hebdo. Elle a fait partie des signataires d’une tribune parue fin mars dans Le Mondedemandant une « refondation » du journal et une gouvernance – ainsi qu’une structure de capital – beaucoup plus collégiale qu’aujourd’hui. Le capital est actuellement détenu à 60 % par le directeur de la publication Riss et le directeur financier Eric Portheault. Ils travaillent de façon assez étroite avec le rédacteur en chef Gérard Biard et l’avocat Richard Malka.

    La tribune des journalistes – qui ont créé une association – n’avait pas plu à la direction de Charlie, qui s’est estimée injustement visée. Un e-mail a été envoyé aux signataires, leur demandant de ne pas émettre de critiques à l’extérieur.

    Par ailleurs, les salariés ont été consultés sur leur vision du futur du journal, dans l’optique d’une future nouvelle formule. « Après une phase où on pensait qu’une vraie discussion avait repris, les choses ne passent aujourd’hui pas bien », estime un journaliste signataire de la tribune.

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/05/14/charlie-hebdo-zineb-el-rhazoui-scandalisee-de-sa-mise-a-pied_4633851_3236.html

  • BA (---.---.---.142) 15 mai 07:51

    Vendredi 15 mai 2015 :

    « Charlie Hebdo » : Zineb El Rhazoui « scandalisée » de sa mise à pied.

    Zineb El Rhazoui, journaliste membre de la rédaction de Charlie Hebdo, a reçu, mercredi 13 mai, un courrier de la direction la convoquant à un entretien préalable à un licenciement pour faute grave, a appris Le Monde. Elle est d’ici là mise à pied.

    Contactée, la direction refuse de commenter « une procédure en cours et interne », mais insiste sur le fait qu’il ne s’agit que d’une convocation à un entretien, pas d’un licenciement effectif. La décision intervient dans un contexte de tensions entre la direction et la rédaction.

    Au fond, Mme El Rhazoui s’estime aujourd’hui victime d’une « mesure punitive » pour avoir contesté la direction actuelle de Charlie Hebdo. Elle a fait partie des signataires d’une tribune parue fin mars dans Le Mondedemandant une « refondation » du journal et une gouvernance – ainsi qu’une structure de capital – beaucoup plus collégiale qu’aujourd’hui. Le capital est actuellement détenu à 60 % par le directeur de la publication Riss et le directeur financier Eric Portheault. Ils travaillent de façon assez étroite avec le rédacteur en chef Gérard Biard et l’avocat Richard Malka.

    La tribune des journalistes – qui ont créé une association – n’avait pas plu à la direction de Charlie, qui s’est estimée injustement visée. Un e-mail a été envoyé aux signataires, leur demandant de ne pas émettre de critiques à l’extérieur.

    Par ailleurs, les salariés ont été consultés sur leur vision du futur du journal, dans l’optique d’une future nouvelle formule. « Après une phase où on pensait qu’une vraie discussion avait repris, les choses ne passent aujourd’hui pas bien », estime un journaliste signataire de la tribune.

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/05/14/charlie-hebdo-zineb-el-rhazoui-scandalisee-de-sa-mise-a-pied_4633851_3236.html

  • BA (---.---.---.142) 13 mai 07:12

    19 mai 1974 – 19 mai 2015 : les années de construction européenne.

    Le 19 mai 1974, il y a 41 ans, c’était l’élection de Valéry Giscard d’Estaing. C’est une gigantesque rupture dans l’histoire de France. L’européiste Valéry Giscard d’Estaing succède aux souverainistes Georges Pompidou et Charles de Gaulle.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France, sans interruption.

    Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

    Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l’Europe, mieux ce sera.

    Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes ...

    ... mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

    Depuis mai 1974, cette construction européenne aboutit à un désastre industriel, à un désastre économique, à un désastre financier, à un désastre social, à un désastre moral, à un désastre démocratique, à un désastre politique.

    Mais cette période se termine.

    Dans les années qui viennent, les partis politiques européistes vont être balayés par les peuples en colère, par les passions nationales, par les fureurs populaires.

    Voici ce qui va se passer en France :

    - effondrement

    - et ensuite révolte

    - et ensuite libération de la France

    - et ensuite épuration.

    L’Histoire est un éternel recommencement.

  • BA (---.---.---.142) 13 mai 07:07

    Dans l’Union Européenne, il n’y a pas que la Grèce.

    Neuf pays de l’Union Européenne sont en faillite.

    La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, Chypre, la Belgique, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni sont en faillite.

    Chiffres Eurostat publiés le mardi 21 avril 2015 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2134,920 milliards d’euros, soit 132,1 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 225,280 milliards d’euros, soit 130,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 203,319 milliards d’euros, soit 109,7 % du PIB.

    5- Chypre : dette publique de 18,819 milliards d’euros, soit 107,5 % du PIB.

    6- Belgique : dette publique de 428,365 milliards d’euros, soit 106,5 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 1033,857 milliards d’euros, soit 97,7 % du PIB.

    8- France : dette publique de 2037,772 milliards d’euros, soit 95 % du PIB.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1600,862 milliards de livres sterling, soit 89,4 % du PIB.

    http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6796761/2-21042015-AP-FR.pdf/7466add3-3a70-4abb-9009-bc986a5d2c0a







Palmarès



Agoravox.tv