• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bruno R.

Bruno R.

Blogueur/étudiant/utopiste extraverti. Auteur du blog cinemarium.fr et rédacteur chez ActuRevue.com. Sur Twitter : @cinemarium

Tableau de bord

  • Premier article le 07/08/2009
  • Modérateur depuis le 15/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 43 137
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Bruno R. Bruno R. 17 novembre 2011 15:25

    Bonjour,

    Merci à vous de m’avoir lu. En effet, le Cloud computing, mal réglementé, est potentiellement dangereux (principalement sur la sécurisation et l’utilisation des données hébergées). Bien sur, il permet aussi de nombreuses amélioration de productivité et de praticité. Je pense faire un article prochainement sur le sujet, si mon emploi du temps me le permet.

  • Bruno R. Bruno R. 17 novembre 2011 14:55

    Bonjour,


    En effet, la raison avancée par Google concernant le retrait de lesoir.be de son index était qu’il appliquait la décision d’une juridiction belge l’obligeant à respecter le choix du quotidien de ne pas apparaître dans Google News. Mais cette volonté ne relevait que de la partie News du moteur de recherche, et en aucun cas elle concernant les résultats du moteur de recherche « classique ». Or, Google s’est fait un plaisir de montrer toute sa suprématie en supprimant le site du quotidien de Google News et du moteur de recherche, alors que la décision judiciaire ne concernait que l’apparition du site dans Google News.

    Devant la polémique suscitée face à un tel abus de position, Google a finalement réintégrer lesoir.be dans son moteur de recherche mais pas dans sa rubrique News. Ce qui prouve que, d’un point de vue purement technique, il s’agissait d’une possibilité largement réalisable. 
    Il suffit d’aller sur la version belge du moteur de recherche (www.google.be) : dans la partie moteur de recherche, le site du quotidien apparaît. Or, dans Google News, aucune allusion au Soir, conformément à la volonté de ce dernier et à la décision de justice. Google a donc perdu son bras de fer mais à réussi à démontrer toute sa puissance.

  • Bruno R. Bruno R. 23 décembre 2010 19:04

    Excusez-moi d’utiliser des termes qui ne vous conviennent pas... mais qui traduisent tout de même la réalité.

    « Evènement » dans le sens où cette exposition est une première mondiale : jamais la chevelure au cinéma ne fut étudiée, que ce soit dans les livres ou dans les musées, alors que le thème s’y prête parfaitement. De plus, l’exposition est parsemée d’œuvres d’art plutôt attrayantes (Un tableau d’Andy warhol, une sculpture de Rodin : ce n’est pas rien tout de même). Enfin, comme dit dans l’article, des cinéastes de grande envergure ont réalisés des films pour l’exposition.

    Le travail réalisé par la Cinémathèque française est énorme. Définitivement, cette exposition est un évènement.


  • Bruno R. Bruno R. 16 novembre 2010 17:58

    Il est vrai que la performance de Romain Duris est pour beaucoup l’un des points forts du film. Loin d’être mauvais, je l’ai trouvé très déséquilibré : très bon dans la dernière partie, je le trouve particulièrement fade durant toute la première heure du film. Finalement, je pense que c’est plus le personnage, par son histoire, qui élève l’acteur et non l’inverse. Après, l’appréciation d’un acteur est d’une subjectivité importante et chacun aura son propre avis.

    Les seconds rôles, comme vous le soulignez, ne sont pas en reste (le nom de l’acteur est Niels Arestrup, vu dans l’excellent Un prophète d’Audiard).

  • Bruno R. Bruno R. 11 novembre 2010 13:01

    @FRK44


    Vous vous trompez totalement lorsque vous affirmez que les allocations chômage, étant financées par les cotisations du salarié, ne sont qu’une partie du salaire qui est mis de coté pour pouvoir ainsi assurer les besoins d’un futur chômage.
    Réflexion plutôt grotesque, dans le sens où, et il en va de même pour le régime actuel des retraites, ce sont les travailleurs qui payent pour les chômeurs : cela s’appelle un système de répartition. Dans ce sens, il s’agit bien évidemment d’ une solidarité.






Palmarès