• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

buckshot

buckshot

Ingénieur dans un grand groupe industriel français et passionné de technologie.

Tableau de bord

  • Premier article le 02/08/2006
  • Modérateur depuis le 13/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 9 142
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • buckshot Buckshot 29 novembre 2006 20:59

    Si j’ai bien tout suivi, un bloggeur et un journaliste sont deux individus différents. Mais alors, comment considérer le blog d’un journaliste, sachant que beaucoup en possèdent un ? Lorsque ces journalistes/bloggeurs relatent des faits, analysent, et tout ça sur leur blog, que font-ils, du journalisme ou pas ? Mais au final, quel est le problème ? Voici, en synthèse (merci www.mediasinfos.com) les conditions d’obtention d’une carte de presse : « L’article L761-15 du code du travail et un décret en Conseil d’Etat définissent les modalités concernant l’obtention de la carte de presse. Pour résumer, peuvent prétendre à la carte de presse toutes les personnes dont les revenus provenant du journalisme dépassent 50 % de l’ensemble de leurs revenus et dont les autres activités ne sont pas incompatibles avec la profession de journaliste. Lorsque ce chiffre est supérieur à 75 %, l’obtention est automatique. Dans le cas contraire, le dossier est soumis à l’appréciation des commissaires de la C.C.I.J.P. »

    Prenons un cas fictif : un bloggeur qui commenterait, analyserait l’actualité et qui se ferait rétribuer via des dons sur son site qui représenteraient la majorité de ses revenus, alors journaliste ou pas ? peut-il prétendre à une carte de presse ?

    Prenons un autre exemple, les fondateurs d’Agoravox qui exercent une activité de rédacteurs en chef, peuvent-ils avoir une carte de presse en imaginant que la publicité sur Agoravox est leur première source de revenus ? Mais alors, où est a limite entre bloggeur et journaliste ? Hormis l’ego, je n’ai pas encore compris quel était le problème.



  • buckshot buckshot 16 novembre 2006 14:30

    Votre article est très intéressant, toutefois votre analyse sur la transformation de l’OTAN fait abstraction d’un acteur majeur : l’ONU. Aujourd’hui, même si l’OTAN est indépendant, son engagement est depuis les Balkans sous mandat ONU.



  • buckshot buckshot 15 novembre 2006 17:56

    Certes il aurait mieux fait de rester humoriste militant, car contrairement à Coluche, il n’a absolument pas su gérer sa communication, ni ses alliances puisqu’il n’en a pas.



  • buckshot buckshot 7 novembre 2006 11:44

    Je suis allé dans mon comissariat local et j’ai demandé des infos à l’agent présent. La réponse fut : « oh ça, c’est pour faire la sortie des écoles, ce genre de choses »



  • buckshot buckshot 6 novembre 2006 12:02

    Je n’ai pas connaissance du contrat, mais il semble qu’il n’y a qu’en France que le principe des Offsets n’est pas appliqué. A la vue des différents articles sur le contrat SNCF-Bombardier, il semble que l’équipementier canadien a inclu dans son offre la réalisation d’une grande part de la production en France sans s’engager lourdement. Le principe des Offsets est simplement d’imposer contractuellement la réalisation d’une partie d’un contrat (une part du chiffre d’affaire) dans le pays acheteur, avec parfois du transfert de technologie, etc. Il semblerait alors qu’il y a qu’en France que l’on n’a pas à apprendre de la technologie des autres pays et que notre industrie suffit largement pour employer toutes les forces vives de la nation.

    Plutôt étonnant, non ? Surtout lorsque Alstom ne peut pas répondre aux appels d’offres canadiens, comme le signale l’article.

    D’autres pays européens imposent ces offsets dans leurs appels d’offres, pour quelles raisons la France n’applique pas les mêmes principes ? Parce que c’est un mot anglais ?







Palmarès