• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ça m’intéresse

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • ça m’intéresse 25 février 2008 16:49

     

    A propos de Note2be... ai-je peur d’être notée ?

    Examen des conditions de cette évaluation et de quelques présupposés sur lesquels elle est fondée...

    1./ Ce site prétend donner aux élèves un pouvoir : noter leurs professeurs, comme une revanche qu’ils pourraient exercer contre les enseignants. Ce faisant il part d’un principe faux : les professeurs ne notent pas les élèves, mais leur travail, ou plus exactement le résultat de leur travail, ce qui n’a rien à voir !

    2. Les critères proposés sont totalement subjectifs, ce qui n’est pas le cas des critères de notation du travail des élèves. Les critères de notation d’un travail se déduisent en effet d’une consigne, laquelle implique de la part de l’élève une attitude et l’utilisation d’un certain nombre de connaissances et de savoir-faire. Le travail d’un professeur n’a rien à voir avec celui d’un élève qui répond à une consigne. Chaque critère choisi peut-être critiqué, mais ne prenons que "intéressant"... les professeurs de mathématiques ne m’ont jamais intéressée (et pourtant, j’ai eu de bons enseignants parfois... que j’ai désespérés...pourtant). En réalité, il n’y a rien d’intéressant en soi, il n’y a que des sujets auxquels on s’intéresse ! Ne privons pas les élèves de leur initiative, de leur démarche personnelle dans les apprentissages.

    C’est en effet mépriser beaucoup les élèves, leur libre-arbitre, leur intelligence, leur esprit d’initiative que de leur faire croire que leur réussite dépend du seul professeur... ou c’est aller dans un sens très opportuniste : quand les élèves réussissent, s’intéressent etc... est-ce grâce à l’enseignant ou à leur dynamisme personnel ? et quand ils échouent ? à qui la responsabilité. Non, M. Cola les choses ne sont pas si simples.

    3. "Prends le pouvoir : note tes profs"... invitation démagogique, qui a heureusement disparu du net, mais pas des esprits. Est-il bien malin de faire croire aux élèves qu’ils ont une quelconque puissance par ce biais ? S’ils l’ont, elle est malsaine. Combien de professeurs qui entrent actuellement la peur au ventre en classe ne passeront plus la porte tranquillement à partir du moment où ils auront été notés anonymement ? Par ailleurs entretenir l’idée que les relations profs-élèves sont des relations affectives uniquement est relativement nuisible... pour les élèves. Le travail d’un enseignant n’est pas d’aimer les élèves, ni celui des élèves d’aimer leurs professeurs : il s’agit d’enseigner et d’apprendre.

    4. Noter le travail d’un élève, ce n’est pas exercer un pouvoir. C’est exercer un jugement sur le résultat d’un travail. Cela ne peut se faire qu’avec un certain recul et dans la suite d’une préparation.

    5. Les notations attribuées aux travaux des élèves par les enseignants ne sont pas publiques. Elles ne sont pas publiées sur internet (c’est d’ailleurs interdit, pour protéger la vie privée de l’élève). Elles ne sont pas anonymes. Seuls les résultats aux concours et examens nationaux sont publiés : les notes ne sont accessibles qu’aux intéressés munis de leur INE ou de leur n° de candidat...

    6. Les évaluations des salariés de l’industrie ne sont pas non plus publiées sur le net, pas plus que celles concernant les médecins, les avocats etc...

    7. Dans l’industrie, pour ne prendre que cet exemple, le salarié est évalué après un entretien qui fixe des objectifs chiffrables dans le cadre d’une mission : rien de tel ici. Nous n’avons pas peur de l’évaluation, mais ce CETTE évaluation-là !

    8. Le travail d’un élève est noté par 6 à 8 enseignants. Ce que propose le site, c’est que 70 à 600 élèves (un professeur de musique peut avoir en classe TOUS les élèves de l’établissement) notent un seul professeur. Quelle justice !

    9. Le site invite les élèves à faire précisément ce qu’il reproche aux professeurs : des évaluations au "feeling"...

    10. Les professeurs ne sont pas payés en fonction des notes qu’ils mettent aux élèves. Le faire serait d’ailleurs compromettre gravement la qualité de l’enseignement... allez hop ! des bonnes notes à tout le monde pour gagner de l’argent et de la considération... Les notes ne rapportent rien à personne. Un enseignant se désespère plutôt de ne pouvoir mettre des points....

    11. On critique beaucoup les enseignants en ce moment : une société qui tape ainsi sur ceux qui participent à l’éducation et l’instruction de ses enfants se déconsidère. En effet, en incitant les enfants à se retourner contre les enseignants, en installant des relations de pouvoir et des pressions anonymes, elle brise la confiance nécessaire à l’apprentissage. Et que devient une société ignorante où chacun peut exprimer sans garde-fou la moindre de ses impulsions et pensée ?

    12. Si vous pensez que les enseignants ont réellement une vie en or-plaqué-planquée et protégée... passez le concours  smiley  (entre 5 et 20 % de réussite selon les disciplines) et venez vous occuper des enfants des autres... c’est un beau métier ! si-si-si...  smiley  Mais en ce moment, on ne rigole pas tous les jours. En tout cas, dans ma ZEP, c’est animé... Personnellement, j’attends de pied ferme le parent qui viendra me casser la figure, ou l’élève qui me sautera dessus : éventualité à envisager chaque jour, car il n’y a plus de garde-fou. L’enseignant n’est plus respectable, il n’est que méprisable : d’ailleurs la plus haute autorité de l’Etat , qui se prononce habituellement sur tout, n’a pas jugé bon de s’intéresser au problème. Pas la peine d’en appeler au respect des professeurs dans la classe...

    13. L’examen de la participation au site met en évidence que dans les ZEP on vote moins que dans les établissements de centre ville... vous avez dit "fracture numérique" ? En tout cas, c’est un luxe de pouvoir se prononcer sur ses enseignants : un luxe anonyme...

    En somme, M.Cola ignore tout de l’éducation et de l’enseignement, des conditions de l’évaluation et de l’apprentissage, de la vie des classes. Sans doute a-t-il cru bon de répondre à une demande qui n’a même pas été formulée "en haut"... c’est le fait du courtisan que de devancer les demandes du Prince avant même qu’il n’y songe.

    Evidemment, bien des choses peuvent être améliorées, bien des progrès peuvent être faits... mais laissons les intéressés s’occuper eux-mêmes de ces questions. Ils sont les plus à même de juger ce dont ils ont besoin : élèves -qui savent demander, ne vous inquiétez pas !-, parents -qui savent exister, soyez-en sûrs-, enseignants...


    Claire-Marie








Palmarès