• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

canac richard

canac richard

54 ans mes racines sont Tarnaises !
Chef d'entreprise depuis dix ans aprés une longue carriére dans l'industrie.
Trois passions principales les livres , l'écriture et la politique !
j'ai été élu local pendant 15 ans et j'ai moi même démissionné de mes mandats politiques en toute serénité !

Tableau de bord

  • Premier article le 22/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 7 17
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • canac richard canac richard 24 novembre 2008 05:19

    Benoît Hamon s’en prend à Ségolène Royal. Il l’accuse d’instrumentaliser "les médias à des fins politiques" et s’indigne : "on n’a pas le droit de casser le principal parti de France pour une ambition individuelle". Le candidat malheureux à la direction du PS et soutien de Martine Aubry, s’inquiète dans les colonnes de Sud Ouest dimanche, sur "l’existence même" du Parti socialiste et demande aux partisans de Ségolène Royal de "respecter le vote des militants (...) Je craignais effectivement que la situation dégénère, mais pas à ce point", s’alarme le leader de la gauche du parti. "La situation devient grave voire dangereuse (...) Aujourd’hui, l’unité du Parti socialiste est en cause. Et son existence même", estime Benoît Hamon.

    Benoît Hamon appelle les "royalistes" à "changer de comportement" et à "cesser de dresser les socialistes les uns contre les autres". "Je suis d’accord pour que l’on recompte et que l’on vérifie ce que l’on veut. Mais il existe des procédures qu’il faut respecter", poursuit-il avant de s’interroger : "Comment pourront-ils (les royalistes) travailler avec ceux qu’ils viennent de qualifier de voleurs et de tricheurs ?".



  • canac richard canac richard 23 novembre 2008 20:25

    pour qui la question ?



  • canac richard canac richard 23 novembre 2008 20:23

    Tempete dans un verre d’eau

    160.000 militants 40 % d’abstention !!! donc 50.000 votes contre 50.042 comment la population de 2 stades de football peuvent accaparer la vie politique française et l’on parle de démocratie ?



  • canac richard canac richard 23 novembre 2008 12:36

    Je crois que les choses sont claires : que ce soit du côté des "dirigeants" ou "têtes pensantes" du PS, et du côté des militants, personne n’est d’accord, tout le monde s’insulte à moitié, et personne ne propose toujours rien...
    Le monde a changé ; cette idéologie est dépassée.
    Dépassée car elle part du principe que les humains sont bons et honnêtes, justes et loyaux.
    Or, l’humain est imparfait.
    Ceci ne pourra jamais exister !
    Le PS est bien mort, je crois... et il est temps de passer à autre chose, car quel temps de perdu pour plein de gens, avec tout ça !

    Quand on sait que la majorité des militants du PS sont des enseignants , on comprend mieux les problèmes des éléves en calcul !

    MA pauvre SéGO, dommage que vous soyez , la femme du PASSIF,intellectuel !!!!VOUS voyez votre inculture récurrente , vous fait employer les mêmes arguments que GISCARD face à MITTERRAND !!! on connaît le résultat !!!


     



  • canac richard canac richard 23 novembre 2008 10:16

    Après une campagne interne minée par des querelles de personnes et une victoire contestée de Martine Aubry sur Ségolène Royal, le parti socialiste est au bord de l’explosion, selon plusieurs experts et politologues. Coupé en deux, mû par des haines personnelles, divisé entre partisans d’un parti présidentiel voulu par Ségolène Royal et d’une formation social-démocrate qu’entend préserver Martine Aubry, le Parti socialiste risque l’explosion, selon des analystes.
    Après un congrès de Reims désastreux d’où n’a émergé aucune ligne politique majoritaire, le vote des militants jeudi et vendredi pour élire une leader s’est soldé par un résultat sur le fil du rasoir - 42 voix d’avance pour Aubry sur Royal- contesté par le camp de la présidente de Poitou-Charentes.
     

    "Le parti d’Epinay - construit par François Mitterrand en 1971 - est mort "on ne sait pas ce qui va sortir"

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Parti Socialiste






Palmarès