• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

caraïbe

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 128 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • caraïbe 4 décembre 2007 23:51

    La feuille, soit ; elle serait des arts.

    Mais n’a-t-on point noté ce marbre poli , froid et impassible sur lequel repose ce laurier ? Une pureté , une perfection de la matière, vivante par ses veines grisées impalpables car figées dans l’inertie minérale.

    Le souffle de l’art, au coeur du théatre Chaillot, est moins dans le fragile végétal éphémère que dans le lisse albâtre éternel rappelant celui des statues antiques.

    Heureux donc les abonnés du théâtre Chaillot, ce septième ciel de l’esprit !


  • caraïbe 4 décembre 2007 20:21

    Encore un article qui n’a rien à dire ........ on se contentera d’un basta ya hebdomadaire, pour tenir le coup au sarkotidien.


  • caraïbe 2 décembre 2007 19:14

    « L’exploitation de ces fichiers à des fins mercantiles est pourtant soumise... » On en perd les mots raisonnables de ces questionnements sur le net. On n’a jamais pensé qu’agora était une grande firme, c’est une place citoyenne de grande envergure où le média citoyen donne le meilleur pour l’entière satisfaction de chacun.


  • caraïbe 2 décembre 2007 18:41

    @ ddacoudre,

    Merci pour ce commentaire pertinent .On a beau avoir éteint son poste de télé depuis longtemps à l’heure du JT, étant sûr ainsi de n’avoir que son jugement pour se faire une opinion de l’actualité, on s’aperçoit que les réflexes émotionnels ont été dressés à prendre la place de la raison à notre insu.

    On se rappelle le début de ce glissement de la réflexion avec l’entrée de Sarkozy au ministère de l’intérieur : c’était avant les élections de 2002, un père battu à mort sur une place de bus par les racketteurs de son fils. Ce fait divers avait été pris comme preuve du besoin du tout sécuritaire la veille des élections présidentielles. Depuis ce jour-là, le phénomène s’amplifie : les médias partent de l’émotionnel pour abstraire la réflexion et le sens critique, ils dressent chacun à percevoir et à communiquer par ce réflexe inconscient.

    En consultant le site

    http://sarkononmerci.fr

    les autres pièces du puzzle se mettent en place.

    Il semble indispensable d’approfondir les procédés de ce conditionnement insidieux pour mieux le dépasser...Des spécialistes ne pourraient-ils pas s’y consacrer ?

    Ainsi, les médias actuels suivant la volonté du pouvoir nous ravalent au niveau de notre animalité et nous y tombons en masse sans discernement. Pour autant, la répression ne semble pas une solution digne d’une démocratie. Beaucoup d’esprits critiques sont en état de veille et prêts à exprimer leur désaccord avec la démarche officielle. Un réveil citoyen est possible si l’occasion lui est donnée, comme cela s’est produit aux US sur la chaine FOX dans l’émission American Idol :

    http://jeanmarcmorandini.tele7.fr

    Une semblable réaction en France révèlerait une remise en question de la bien pensance des médias officiels et des modèles proposés. Il a suffi d’un citoyen, pris en relais par un journaliste, et d’un site internet pour affirmer la contradiction critique.


  • caraïbe 1er décembre 2007 23:17

    Commentaire intégré. Merci.

    Les causes de l’erreur de jugement sur une 2ème pensée unique contestataire : la masse de données qui la constituent à l’identique de la pensée dominante, et la reprise des mêmes thèmes, même sous forme critique. On trouve là un double en négatif de la pensée dominante. A ce niveau de réflexion, il est indispensable que l’esprit critique propose, en plus de ce double, de nouveaux modes de pensée , comme cela a été fait dans « Sommes-nous devenus des moutons ? ».

    Il semble important que la réflexion, après le doute et une remise en question, puisse se reconstruire suivant des pistes proposées. On ne lâchera pas des idées établies, même consciemment mauvaises, à la faveur d’un vide.

    Ce pas à franchir est long et difficile : faire la part des idées prédigérées et imposées, les abandonner, à condition d’en établir de nouvelles. Compte tenu de la désinformation ambiante à la TV et dans la presse, cela ne peut se faire actuellement qu’avec un investissement personnel.







Palmarès