• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Carine

Juriste de formation, humaniste de conviction ... je n’appartiens à aucun parti politique, aucun cercle de réflexion mais je me sens concernée par tout ce qui concerne les droits de l’homme ...

Tableau de bord

  • Premier article le 13/12/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 18 46
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • Carine 18 février 2009 15:59

    Merci Roseau pour cet article qui change profondément de ce que j’ai pu lire auparavant. Preuve qu’il est très bon, aucun commentaire partant dans tous les sens sur la Corse en général et les corses en particulier ...
    Vous reprenez les points de telle manière qu’il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour parvenir à étayer le contraire. Vous posez également les vraies questions ...
    A tous ces éléments peuvent s’ajouter ceux-ci en vrac que je vous laisse apprécier :

    - Alain Ferrandi peu de temps avant l’ouverture du procès Colonna est roué de coups en prison, son agression n’a jamais été expliquée et aucune sanction n’a été prononcée à l’encontre des agresseurs dont l’identité (sauf erreur de ma part) n’a jamais été communiquée

    - La femme d’Alessandri a eu ses comptes bloqués au moment de l’ouverture du procès ; l’Etat lui réclamant de payer une somme (135 000 € me semble-t-il à vérifier) sans aucune décision de justice en ce sens. Le minimum vital obligatoire si tel avait été le cas (injonction de payer) n’a pas non plus été appliqué ...

    - Versini a été libéré peu de temps après la condamnation de Colonna en première instance, sa demande ayant été introduite (hasard du calendrier) au moment de l’ouverture du procès.

    Toutes les formes de violence sont condamnables, il y a celle qui est tout simplement stupide et fondamentalement inutile, qui s’attaque aux biens et qui ne fait pas grandir les hommes, il y a celle qui s’attaque aux hommes, souvent à un homme, qui écoeure, qui scandalise et qui ne sert à rien et puis il y a celle (celleS ?) sournoise, celle qu’on ne voit pas venir, celle qui se met en marche comme une machine folle qu’on ne peut arrêter, celle qu’on n’attribue à personne mais que l’on subit finalement tous, celle qui dessine le visage d’une société en cherchant sa justification dans une raison supérieure tellement supérieure qu’elle en oublie l’homme, celle qui rend les choses irréversibles, celle qu’on refuse de voir parce qu’elle nous pose des questions sur ce que nous sommes vraiment ...

    Mme Alessandri aurait-elle eu un autre témoignage à la barre si ses comptes n’avaient pas été bloqués ?
    Ferrandi aurait-il fait des révélations s’il n’avait pas été roué de coups ?
    Versini jouait-il sa libération en venant témoigner ?

    Toutes les formes de violences sont condamnables mais il y a celles contre lesquelles on peut lutter au delà de notre colère et que l’on peut sanctionner et puis il y a les autres qui nous font baisser la tête, qui nous empêchent d’avancer et contre lesquelles on ne peut rien faire.

    Je crois que ce procès déchaîne autant de passion parce que nous avons tous conscience des violences que ce drame exerce sur nous et des traces, comme vous le dites très justement, qu’il laissera dans notre société.


  • Carine 22 juillet 2008 13:33

    Merci Bernard pour votre commentaire. Je vais essayer de vous contacter prochainement.
    Bien cordialement


  • Carine 6 janvier 2008 00:47

    A l’auteur : merci pour cet article de fond très intéressant ... il est dommage que vos propos soient fondés sur des interprètations et non des faits réels et probants ... cela s’appelle flirter avec la diffamation ... dommage que tout cela vous fasse perdre de vue le principe de présomption d’innocence dont bénéficie Monsieur Ceccaldi, je vous rappelle également que tous les actes qu’il a pu prendre en tant que Président de la Chambre de Commerce ont tous été soumis au contrôle de légalité (= contrôler par le Préfet de Corse ; et en l’occurence approuvés) je vous laisse conclure ... dommage enfin que votre mépris des corses vous fasse perdre de vue que des corses se lèvent à 5h du matin pour travailler honnêtement, que tous ne sont pas mafieux, voyous et poseurs de bombes, qu’il n’y a aucune honte à être fier de son identité, sa culture et son histoire et qu’il faudrait éviter vos raccourcis et amalgames pour que vous deveniez crédible, que l’omerta n’est pas un mot corse, il a été inventé par des gens comme vous pour se déculpabiliser de balancer son voisin pour de l’argent. Pour conclure je dirai donc qu’après ce très bel article d’investigation j’attends le prochain sur le milieu Varois, le milieu Marseillais, le milieu Parisien et j’espère que vous pourrez bientôt mettre en évidence les millions (milliards ...) détournés par nos élus de l’Assemblée Nationale ... je lirai alors peut-être dans les commentaires (avec autant de stupéfaction je vous rassure) que vos fans « aiment la France mais sans les français » ... (merci à Agoravox d’avoir retiré le commentaire) et on verra si CAMBRONNE considère de fait, que la France ce n’est plus l’Europe (référence à « La corse c’est spécial , on croit être en France mais en fait on a déja traversé la méditerranée ») ... les associations anti-racistes apprécieront ...


  • Carine 19 décembre 2007 13:03

    Merci Mme Fischer pour cet article de fond, inquiétant mais tellement d’actualité ! Cf. le texte qui circule sur Internet écrit par le GENEPI, le SNEPAP-FSU et le Syndicat de la Magistrature qui dénonce un projet de loi en cours d’adoption à l’Assemblée Nationale relatif à la « présomption de dangerosité » (après la présomption de culpabilité ...), texte qui vise donc à instaurer une « rétention de sûreté », c’est-à-dire le prolongement sans limitation de durée, sans peine et sans infraction, de l’enfermement des personnes considérées comme « particulièrement dangereuses ». La qualité de « particulièrement dangereuse » étant attribuée suite à une simple expertise psychiatrique. Les droits de l’homme vont encore en prendre un coup sous couvert de « risque zéro » comme le dénonce ce texte. Or, si fondamentalement ce projet de loi peut être lu comme une protection supplémentaire contre les multirécidivistes, il en devient inquiétant lorsqu’on le confronte à la loi sur l’ADN ; au départ cette loi sur le prélèvement obligatoire d’ADN pour les personnes ayant été condamnées pour délit ou crime, s’est transformée en pratique systématique de prélèvement d’ADN sur toute personne interpelée même si aucune charge n’est finalement retenue. Et elle s’étend tous les jours avec le prélèvement d’ADN sur des mineurs interpelés mais non condamnés ... Le communiqué commence par le rappel de cette phrase de Thomas JEFFERSON : « Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’un ni l’autre. » A méditer ... Pour signer l’appel : contrelaretentiondesurete@genepi.fr


  • Carine 14 décembre 2007 12:40

    Merci M. Lovichi pour cet article, objectif, qui traduit parfaitement le malaise ressenti à l’énoncé du verdict : une profonde inquiétude sur le respect de nos droits à tous dès lors que justice et politique se mêlent et s’entremêlent. Absence de lisibilité sur les motivations d’une telle sanction et le doute qui continue : le verdict a été énoncé à la majorité et non à l’unanimité. Cela signifie donc qu’au moins 1 des 7 juges a considéré que le dossier n’était pas suffisant pour le condamner ... si un magistrat professionnel a considéré que le dossier devait conduire à l’acquitement comment d’autres magistrats professionnels peuvent conclure à la culpabilité ? Et si c’est vraiment lui le coupable quid de la peine de sûreté ? Il serait intéressant de suivre les évolutions de carrière des 7 juges désignés pour cette Cour d’Assises spéciale. Mais ne cherchez pas pour cela Guillaune GASQUIE, journaliste d’investigation mis en examen pour détention et divulgation de documents classés, je crois qu’il a d’autres soucis par ailleurs ... C’était pas tout à fait ça l’image que je m’étais faite d’une démocratie à la française ...

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Citoyenneté






Palmarès



Agoravox.tv