• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

cassandre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • cassandre 30 novembre 2007 21:46

    Bien que long et parfois ardu, votre article ne m’a, à aucun moment, paru dénué d’ intérêt.

    Vous placez, avec autant de prudence que de raison, le problème à un niveau Européen, ou les politiques et les lobbies du capital, consciemment ou non, laissent faire, pour ne pas dire participent, en disant y être containts par la « Mondialisation » à la destruction de ce qui forme notre Civilisation, à savoir : 2000 ans de Culture Judéo-Chrétienne. Il est évident que ces deux millénaires ne se sont pas passés sans quelques vicissitudes, maladies, guerres, exterminations, tueries et autres joyeusetés.

    Cependant vous faites référence à la philosophie grecque et à l’établissement de la légalité romaine. C’ est peut-être oublier un peu vite que ces deux modèles ne sont plus et qu’ on ne les retrouve que dans notre conscience collective et dans de vieux grimoires !

    Comme les hommes et leurs oeuvres, les civilisations meurent et pas nécessairement de leur belle mort.

    Nous vivons actuellement, à notre corps défendant ce que l’ on pourrait comparer à la Décadence de l’ Empire Romain qui n’ a pu résister au poids de ses conquêtes et s’ est laissé circonvenir par les « Barbares » (au sens de ce qui n’était pas Romain, je dis bien Romain et non Italien car les peuplades et tribus du reste de l’ Italie se sont battues contre Rome pour obtenir cette distinction).

    En d’ autres temps et pour d’autres raisons, les Empires sud-américains n’ont pas davantage résisté à l’invasion de troupes espagnoles avides d’or et de richesses, ayant amené dans leurs voyages, les coutumes du temps en faisant une nessécité, quelques bons moines dominicains qui ne se sont pas privés au nom de leur « DIEU » de catéchiser par le bûcher tous ces sauvages impies.

    C’ était le début d’ une colonisation auprès de laquelle les Romains avec leur « MARE NOSTRUM » et ALEXANDRE LE GRAND dans son périple de la Macédoine aux Indes n’ ont été que des apprentis-sorciers.

    Espérant tant en l’ appât du gain qu’ en l’ acquisition d’ espace territorial, poussées par des idées de domination et de pouvoir commercial, toutes les grandes nations se sont établies de par le monde sans se soucier peu ou prou des volontés, coutumes et religions des peuples asservis.

    L’ Amérique semblerait avoir échappé à ce shéma ! C’ est sans compter avec l’ esclavage d’abord fournissant une main-d’ oeuvre plus que bon marché, le dieu-colt ensuite ayant débarrassé les territoires de l’ ouest de leurs occupants légitimes, pour finir par le dieu dollard, le fameux billet vert base jusqu’ à présent d’ une égemonie mondiale mais qui ne les préserve pas d’une immigation hispanique, portoricaine et mexicaine.

    La décolonisation s’ est éffectuée tant bien que mal au sortir de la 2° guerre mondiale et l’ un des pays où le sujet reste tabou est le notre qui, s’il a su négocier son retrait de certains pays d’afrique noire (A.O.F & A.E.F) ainsi qu’avec le Maroc et la Tunisie, n’ a pas pu éviter les bains de sang en Indochine d’ abord, en Algérie ensuite.

    Toutes ces Nations indépendantes aujourd’ hui, exploitées pendant des decennies par la plupart des pays de l’Union Européenne s’ estiment en droit, en sus de l’ expression d’ une repentance, d’exiger en la personne de leurs ressortissants, immigrés illégaux ou choisis donc utile, l’ accès aux richesses que nous sommes sensés possèder.

    Il n’ est plus temps de chercher des accommodements, en cela vous avez raison.

    Depuis l’ histoire de la tour de Babel, on sait qu’ une société multi-raciale,multi-ethnique et multi-religieuse, ça ne peut pas coller !

    Qui aura assez de courage, de volonté, d’entregent pour, dans un média qui ne soit pas quasi confidentiel comme AGORAVOX, exprimer vos propos, expliciter vos craintes et faire comprendre à tous ces zélateurs de l’ immigration, du regroupement familial sans contrôle dans un pays où l’habitat est rare et cher, les possibilités d’ emploi aléatoires, qu’ ils obèrent largement l’ avenir de leurs propres enfants sous prétexte que nous sommes : le PAYS DES DROITS DE L’ HOMME.



  • cassandre 29 novembre 2007 12:02

    Votre interrogation pour personnelle qu’elle soit, pose en effet les bases d’une réflexion à laquelle ni vous, ni moi ne sommes, parait-il, capables de participer n’étant pas « pédagogues ».Je ne pense pas être un de ces nostalgiques des temps révolus des coups de règles sur les doigts, des bonnets d’ânes, des mises au coin ou des retenues, mais je suis fier de ce que m’a enseigné l’Instruction Publique où maîtres et instituteurs nous dispensaient les bases d’un savoir et non une éducation. Sans vouloir revenir au temps des blouses noires, grises ou blanches,il conviendrait peut-être de rappeler que le respect des autres commence par la respect de soit-même, que la propreté corporelle en est une part importante dès la maternelle et l’école primaire (mains, ongles,oreilles) qu’il ne suffit pas d’installer des affiches d’avertissement en cas d’épidémie de poux. Au collège et au lycée, qu’il ne devrait être toléré par personne des accoutrements pour les élèves relevant plus des hardes portées par des SDF que de tenues appropriées à qui prétend acceder après le bac à des facultés sensées former une élite, ou préparer à une vie professionnelle exigente. Cette remarque vaut d’ailleurs pour certains enseignants qui pour paraître « COOLS » et se rapprocher de leurs élèves, adoptent les mêmes tenues, d’autant plus ridicules, vu la différence d’age. Vous parliez aussi du problème des leçons et devoirs ! Des textes existent depuis longtemps, mais c’est à croire que les « pédagogues », pour signifier leurs compétences ne croient qu’en la quantité et non en la qualité, ce qui peut expliquer le poids des cartables que les enfants trainent, sans nécessité, jours après jours. Si, en parents responsables, vous prenez rendez-vous en début d’année scolaire avec l’enseignant en charge de votre enfant, vous vous entendrez dire, classe après classe, que les bases n’ont pas été assimilées et que tout est à reprendre. Ceci explique peut-être le nombre de redoublements, les entrées en 6° d’un nombre considérable d’analphabètes, et les pourcentages élevés de jeunes gens et jeunes filles que l’armée, devenue non-obligatoire mais faisant des campagnes actives de recrutement qualifie d’illetrés.







Palmarès