• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Catafalque

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 16 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Catafalque 28 janvier 2008 14:20

    Mr. Dugué devrait laisser tomber l’écriture au profit de la cosmétique, parce qu’il fait preuve de qualités indéniables dans la fabrication de bains moussants. Il est remarquable de faire mousser à ce point des théories du complot dans lesquelles tout le monde est complice, des politiques aux magistrats.

    Il faut tout de même saluer la prudence de cet article, parce qu’en fait, ce qu’il ne dit pas, c’est que nous sommes prisonniers de la Matrice. Jérôme Kerviel est Neo, qui tente de rejoindre Dugué-Morpheus dans sa lutte contre l’oppresseur. Même sous son visage renfrogné, on reconnaît sans peine Keanu Reeves sur la photo trafiquée qui a été relayée par tous les médias.

    Bien sûr, les prétendus aveux de Neo rendus publics ce matin même et en tous points conformes aux déclarations de la première heure faites par le PDG Bouton ne sont qu’une tentative d’intoxication de plus des machines qui nous maintiennent prisonniers de la matrice.


  • Catafalque 25 janvier 2008 13:35

    Non seulement cet article est sans intérêt, mais il est mal écrit. Les lettres modernes, ça consiste à faire des fautes d’orthographe modernes ? En attendant le DEA d’écriture SMS ?


  • Catafalque 18 mai 2007 08:44

    Je pourrais vous répondre : les analyses des médias du lendemain (et encore plus des jours qui ont suivi, le lendemain, il y avait plus de flottement). Mais vous me direz que nous n’avons pas lu les mêmes.

    Je pourrais vous dire : le sondage du lendemain pour savoir lequel a été le plus convaincant. Un score presque triple pour Sarko. Mais vous me direz que les sondages sont fabriqués de toutes pièces.

    Je pourrais vous dire : les intentions de vote, relevés par d’autres sondages, qui ont montré un inversement de la tendance, qui était au resserrement entre les deux candidats, surtout après l’opération Bayrou, qui a été un joli coup de brassage aérien, de victimisation et de pub pour l’un et l’autre. Mais vous me direz que ces sondages-là aussi sont manipulés. Même s’ils donnaient le résultat depuis des semaines.

    Je vous dirais aussi : le résultat final. Vous me direz sans doute que c’est parce que les gens ont été conditionnés par des sondages eux-mêmes manipulés.

    Je pourrais vous dire enfin : parce que c’est mon opinion, celle des gens de mon entourage, y compris ceux d’entre nous qui ont voté quand même à gauche, ou qui avaient l’habitude de voter à gauche et qui sont allés à droite en se pinçant le nez. Nos opinions valent en principe la vôtre, mais c’est vrai, j’oubliais : nous avons sûrement tous l’esprit étriqué et obtus, c’est bien aimable à vous de nous en faire prendre conscience.


  • Catafalque 18 mai 2007 08:31

    Parce qu’elle n’a pas commencé il y a trente ans, peut-être ? Un petit rappel : votre égérie est même plus âgée que Sarkozy d’un an. Elle est dans les petits papiers de la mitterrandie depuis des lustres, et a bénéficié de divers favoritismes de cet homme à femmes, tels que parachutage pour la députation. Quant à son score « honorable », c’est le score plancher depuis des lustres pour un bloc comme pour l’autre. La différence se fait par les indécis, qui doivent être une dizaine de pourcent. N’importe quelle autre personnalité du PS n’aurait pas fait plus mal.


  • Catafalque 17 mai 2007 18:06

    Nous n’avons pas dû voir le même débat... Nous sommes nombreux à trouver qu’elle a été en dessous de tout, sauf peut-être les encartés du parti socialiste, qui voulaient y croire coûte que coûte.

    S’il s’agissait de prouver qu’elle en a dans le pantalon, c’était réussi (peut-être un peu trop). S’il s’agissait de faire preuve de cohérence, de finesse, de maîtrise de soi et d’esprit d’à-propos, c’était en effet catastrophique.

    Désolé.







Palmarès