• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

cbukate

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • cbukate 19 février 2009 12:06

    Bonjour Annie,

    Tout à fait d’accord avec vous. Ce génocide qui malheureusement est bien réel a été instrumentalisé. Il y a eu autant de hutus que de tutsis tués dans ce génocide. 


  • cbukate 19 février 2009 12:02

    Bonjour Annie,
    Je suis d’accord sur tous les points avec vous. Il y a eu autant de hutus tués dans ce génocide que de tutsis.
    Il y a eu :
    les hutus modérés tués par les extrêmistes hutu pendant le génocide
    les hutus tués au Rwanda par les tutsis dans la zone occupée par le FPR
    les hutus pourchassés dans la forêt et tués au Zaïre (des millions) sous prétexte que ce sont des génocidaires.

    Il ne s’agit pas de savoir quel camp a eu plus de mort que l’autre, mais juste de reconnaître que les hutus ont été également victime au même titre que les tutsis d’un génocide.


  • cbukate 19 février 2009 11:46

    Bonjour Colre,

    Merci pour votre réponse. Je reviens sur la préméditation du génocide. Je pense effectivement qu’il y avait un petit noyau d’interahamwe qui était formé militairement pour parer à toute éventualité et qui était prêts à tuer n’importe qui qui s’opposait au régime. Mais je vous assure que la plupart des gens qui ont tué n’avaient rien planifié à l’avance. Beaucoup de jeunes ont été forcés de tuer par les interahamwe et la garde présidentielle. Ils étaient forcés de passer la nuit aux barrières sous peine d’être tué accusés de complicité avec les tutsis.

    Après le génocide, des millions de hutus rwandais ont été pourchassés comme des animaux dans la fôret équatoriale du Zaïre sous prétexte que ce sont les interahamwe. Les tutsi rwandais et congolais appuyés par certaines puissances étrangères se sont vengés et ont commis à leur tour ce qu’on peut appeler un génocide contre les hutus rwandais (même s’il n’est pas reconnu comme tel car ceci n’arrange pas certaines "puissances"). Certains avancent environ 500 000 hutus morts dans la forêt du Zaïre.

    Il y a certainement des choses que je n’ai pas saisi dans cette guerre mais j’ai appris que l’homme quel que soit sa couleur, son appartenance ethnique peut se transformer du jour au lendemain en animal.

    Bonne journée à vous.


  • cbukate 13 février 2009 16:19

    régnaient au lieu de régnait et dissimulation au lieu de dissumulation. Merci


  • cbukate 13 février 2009 16:11

    A Colre,

    Je suis burundaise et j’ai vécu ce génocide. Je souhaite vous mettre en garde contre des livres qui relatent l’histoire de ce génocide. Je me permets de vous rappeler que tous les hutus ne sont pas des génocidaires et que beaucoup ont été victimes et même surpris par cette horreur et donc n’ont pas participé à sa planification.

    J’ai eu la chance d’échapper à ce génocide. J’ai grandi dans ce pays et je l’ai quitté pendant ce génocide. Je suis née d’un père "métissée "(père hutu et mère tutsi) et d’une mère tutsi. Les sociétés rwandaise et burundaise étant patrilinéaires, je suis donc hutu bien que en réalité je tiens à 75% des tutsis et à 25% des hutus.

    Mon père et ma mère ont quitté le Burundi en 1972 quand l’armée burundaise tutsi a commis un des premiers génocides dans la région des Grands Lacs contre les hutus. Plus de 300 000 hutus ont été tués en quelques mois et ce génocide était tellement bien planifié qu’on n’a vu aucun corps exposé dans les rues. Si vous voulez en savoir plus lisez le livre du Professeur René Lemarchand.

    Auparavant, en 1965 une tuerie à grande échelle contre les mêmes hutus avait été perpétrée par l’armée tutsi et mon grand-père et mes oncles paternels ont été tués à ce moment-là. Ma mère tutsi n’a plus revu sa famille car cette dernière l’a rejetée. Elle aurait été accusée d’avoir souillé le sang pur tutsi de la famille en épousant un hutu(qui était en réalité moité hutu moitié tutsi).

    J’ai grandi dans une famille où on nous a appris que les hutus et les tutsis pouvaient s’aimer (l’exemple de mes parents) et où on ne faisait pas la différence entre les gens selon leur ethnie. Et je continue à penser de cette façon en évitant de généraliser.

    Nous avons été épargné juste parce qu’on était pas rwandais. Néanmoins on a été obligé de se cacher car "physiquement" on ressemblait à des tutsis.

    Au Rwanda pendant et juste après le génocide, j’ai perdu autant d’amis hutus et tutsi tués par les htus et les tutsis. La folie que j’ai vu dans les yeux de certains bourreaux me dit que ce génocide n’était pas du tout planifié. Si il avait été planifié on aurait fait comme au Burundi en 1972 où on venait chercher les gens dans la nuit ni vu ni connu et on ne les revoyait plus jamais.

    Je ne nie pas le génocide qui est malheureusement bien réel. Ce que je conteste c’est sa planification. Il est vrai que pendant la période précédent le génocide, les esprits étaient chauffés à blanc et certains extrêmistes se plaisaient à distiller une haine contre les tutsis. De même certains tutsis restaient très extrêmistes, et telle la famille de ma mère, continuaient à considérer les hutus comme leurs serviteurs se croyant encore au temps des rois où ils régnait sur la majorité hutue.

    Les questions du Rwanda et du Burundi sont d’autant plus complexes que nous avons (tous tutsis et hutus) une culture de la dissumulation (pas seulement les tutsis comme l’affirment Pierre Péan). L’histoire et les faits sont très influencés par l’appartenance ethnique. Ceci biaise malheureusement les récits qu’on peut obtenir autant des hutus que des tutsis par rapport à ce génocide.

    Pour bien comprendre et connaître la vérité, il faut y vivre longtemps et comprendre la culture.







Palmarès