Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Cbx

Cbx

Simple citoyen

Tableau de bord

  • Premier article le 26/11/2008
  • Modérateur depuis le 11/03/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 65 452
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0








Derniers commentaires

  • Par Cbx (---.---.---.20) 24 novembre 2012 12:20
    Cbx

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui lève le mode de fonctionnement de certains comparateurs.

    J’ai pour ma part décidé depuis peu de lancer mon propre comparateur de prix spécialisé dans la location de véhicules utilitaires : www.comparer-louer.fr. C’est en réalité plus un méta-moteur qu’un comparateur puisqu’il effectue des requêtes en temps réel auprès des loueurs pour vérifier la disponibilité des véhicules. La disponibilité des véhicules évoluant très rapidement, c’est un service qui selon moi est aussi utile pour l’utilisateur que la comparaison des prix. Nous essayons également de mettre en avant certains critères qui n’ont pas forcément d’impact sur le prix de base mais peuvent rapidement gonfler la note en cas d’imprévu : prix du kilomètre supplémentaire, prix de la franchise, etc... Le classement par prix peut donc être plus fiable que le classement par popularité, mais un bon comparateur vous donnera également des infos supplémentaires pour connaitre le prix final d’achat (je pense notamment aux frais de ports) et pour départager les ex-æquo.

    Concernant la distorsion des offres, c’est vrai que cela peut paraitre tentant car la rémunération varie entre les différents loueurs. Cela dit c’est relativement dangereux point de vue crédibilité. J’ai déjà eu le cas d’un bug où un les prix d’un loueur étaient sous estimés : dans les 3 jours j’avais un mail d’un utilisateur. La fiabilité des prix affichés est donc primordiale.

    En tout cas selon vos critère mon comparateur est dans les clous smiley ! Pas de distorsions et un classement simple par prix.

  • Par Cbx (---.---.---.197) 29 avril 2011 17:57
    Cbx

    C’est vrai que posé sous cet angle on peut se demander si les parents qui frappent souvent leurs enfant ont vraiment de l’autorité... Je ne pense pas. Banaliser ce geste est clairement un constat d’échec. Ma phrase était mal formulée. Je voulais simplement dire que la campagne actuelle dénonce les parents ayant recours aux punitions corporelles, mais qu’aucune campagne n’a jamais dénoncé les parents démissionnaires, alors que c’est selon moi tout aussi dommageable pour l’enfant.


    Je suis totalement en accord avec l’idée émise par d’autre commentateurs qui évoquent une échelle de sanctions, où la fessée/gifle serait l’ultime degré. Cela implique que chaque réponse de l’adulte est mesurée, et que le châtiment corporel fera plus office « d’arme de dissuasion », et ne sera quasiment jamais utilisée. 

    Et je pense encore une fois que l’interdiction par voie législative ne réglera rien. Ce genre d’évolution de la société doit se faire naturellement, et ne doit pas s’imposer par la loi.
  • Par Cbx (---.---.---.6) 29 avril 2011 17:10
    Cbx

    Comme je l’ai dis en introduction, cet article était plus ou moins une réaction « à chaud ». Et si d’habitude j’essaye d’ouvrir au maximum le débat dans mes articles, je reconnais que celui-ci est clairement orienté.

    Même si cela ne transparait pas dans mon billet, je pense cependant qu’il y a toute une palette de nuance entre « les châtiments corporels (modérés) et la démission », que je n’ai pas développées dans cet article que je voulais concis. Je maintiens cependant que dans certains cas (même si ça doit être le plus rarement possible, voire idéalement jamais) les châtiments corporels peuvent être nécessaires, et que les interdire par voix légale ne fera que rendre les parents encore plus désemparés.

    Le fond de mon article est que l’on pointe régulièrement du doigt les parents qui font preuve d’un excès d’autorité, mais que les critiques envers le manque d’autorité sont plus rares et plus confuses.

  • Par Cbx (---.---.---.6) 29 avril 2011 16:26
    Cbx

    @Carl : Encore une fois il ne s’agit pas d’ériger la punition corporelle comme panacée de l’éducation. Je précise au début de mon billet que mes parents y ont eu eux même très peu recourt, et seulement de façon justifiée. Si vos enfants sont par nature calmes et que vous n’avez jamais besoin d’en arriver là tant mieux ! Pour ma part j’ai toujours eu un caractère affirmé et je me souviens avoir eu des périodes plus conflictuelles où je tentais de prendre le dessus sur mes parents. Et dans ce cas je pense que, malgré leur patience infinie, ils n’avaient pas d’autre choix tant je pouvais devenir insupportable.

    Quand à votre phrase « J’espère que leurs enfants saurons les pardonner. », elle reprend le discours faussement compassionnel et culpabilisant du spot, et a tendance à me faire réagir de façon négative par son coté évangéliste. C’est d’ailleurs probablement un des aspects qui m’a fait réagir négativement à ce spot : l’impression d’entendre un prêche à l’église. Pour ma part j’ai fait mieux que pardonner à mes parents, puisque dans ce billet je le remercie d’avoir su tenir bon et de m’avoir toujours recadré quand c’était nécessaire smiley !

  • Par Cbx (---.---.---.6) 29 avril 2011 11:51
    Cbx

    C’est en effet selon moi un des buts non avoué de la politique de l’enfant roi, qui est hélas partagé par la gauche et par la droite. J’ai lu récemment « Une folle solitude » d’Olivier Rey, et il expliquait cela parfaitement bien :
    * D’un coté la gauche voulait abolir les valeurs bourgeoises (véhiculées selon elle par l’école des années 60) et donner naissance à une génération d’enfants « libres », libérés du carcans de toute autorité.
    * De l’autre, le dogme libéral avait besoin de consommateurs zélés pour faire marcher la machine productiviste. Des consommateurs, comme vous l’avez parfaitement expliqué, qui ne sont pas capables de gérer leur frustration et qui deviennent des acheteurs compulsifs.

    La logique est dans les deux cas mortifère, et aboutit aux même résultats : des individus sans points de repère et qui ne reconnaissent qu’une seule autorité, la leur.







Palmarès



Agoravox.tv