• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Chelyabinsk

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Chelyabinsk 6 novembre 2008 16:11

    Ce n’est pas l’Allemagne qui construit du thermique ce sont les producteurs d’électricité, le bloc soviétique a perdu depuis longtemps la partie face au secteur privé.

    Et ces producteurs d’électricité vont construire du thermique, pour la même raison que EDF construit du thermique et pour la même raison que la France possède une des centrales les plus polluantes d’Europe (Cordemais), parce que la consommation d’électricité augmente plus vite que les capacités des énergéticiens à construire et mettre en ligne des nouvelles centrales, énergies renouvelables incluses.

    En plus en France le nucléaire est incapable de fournir de l’électricité en dehors des besoins de base, et que même en perdant de l’argent à exporter massivement de l’électricité (20% !) à bas prix la France n’est pas capable de se passer des centrales thermiques...

    L’Allemagne va donc se retrouver avec autant de thermique que la France (mais moins par habitant) mais sans avoir à ruiner ses enfants pour démanteler les centrales, pas de problème éthique lié à l’exploitation des mines d’uranium (une des 10 pollutions les plus sérieuses sur la Terre : www.worstpolluted.org ), pas besoin de se préoccuper des déchets, pas besoin de se préoccuper de prolifération nucléaire, pas besoin de se préoccuper de la sécurité des centrales...

    Quant à la soit disante réussite financière, elle serait plus crédible si elle visait un pays à l’électricité subventionnée massivement et où la dette approche les 70% du PIB... Le nucléaire a une réputation mondiale d’être une énergie ruineuse qui n’a jamais réussi à atteindre ses délais et ses couts de production et ce ne sont pas les chantiers en Floride ou en Finlande qui vont allez contre cette réputation.

    Quand à sauvons le climat, vous pouvez vous exprimer, mais il est quand même franchement hypocrite de se camoufler derrière une cause planètaire pour des revendications chauvines (cf les commentaires xénophobes sur l’Allemagne et le Danemark qui parsèment le site de l’association)... En plus fin 70, la France était une des leader mondiale dans les énergies renouvelables et battait des records d’efficacité pour les panneaux photovoltaïque des satellites lancés par la fusée Ariane... Début 80 toutes les personnes qu’on retrouve maintenant dans sauvons le climat ont convaincu le pouvoir politique d’arrêter tous les financements à ces recherches sabotant ainsi toute une industrie de pointe qui aurait pu régler la question climatique avec 30 ans d’avances en faveur d’un nucléaire qui en a été incapable... Il est évident que quand on a fait une bourde pareille on doit être désespéré d’essayer de la camoufler, quitte à sacrifier le climat... Il serait donc un peu plus crédible de la part de cette association d’arreter de s’afficher comme étant "objective" alors qu’elle est une officine de lobbyiste au même titre que Sortir du Nucléaire ou les cabinets de relations publiques travaillant pour Exxon...

    PS : ce n’est pas le CO2 qu’il faut prendre en compte c’est tous les gaz à effet de serre, la france est à 8,9 teqCO2/habitants, l’Allemagne est à 11,9 teqCO2/habitants (7e de l’UE-15). Pour comparaison la Belgique qui est quasiment aussi nucléarisé que la France est à 14,4 teqCO2/habitants.

    L’électricité n’est qu’une petite partie des besoins en énergie et des dégagements de gaz à effet de serre vous devriez le savoir...


  • Chelyabinsk 3 novembre 2008 17:36

    Sigmar Gabriel vient surtout du SPD qui a une forte assise électorale chez les mineurs de charbon allemand ! Il est donc plus vraisemblable que la diminution du charbon en Allemagne puisse être accélérer en cas de changement politique. D’autant plus qu’Angela Merkel a obtenu la fermeture des mines de charbon allemande.


  • Chelyabinsk 3 novembre 2008 16:38

    "Sauvons le climat", curieux assemblage de retraités du CEA, de représentants de la Société Française d’Energie Nucléaire, des faux écologistes (mais vrai staliniens) du mouvement nationale de lutte pour l’environnement et des partisans de l’écologie profonde tendance secte de l’association des écologistes pour le nucléaire... Une étrange alliance qui prône le contrôle des activités humaines par des instances de régulation centralisée, la mise en place de bons de rationnement énergétique et l’enfermement technologique jusqu’à ce que liberté périsse...

    Déjà je remarque que l’auteur de l’article est incapable de donner les vrais chiffres des émissions de centrales à charbon allemand... Il existe pourtant des bases (UE, CARMA—Carbon Monitoring for Action) qui aurait pu lui permettre d’éviter de procéder par ratios. 

    Mais s’il avait pris cette peine, il n’aurait évidemment pas pu écrire sa propagande. Il y a actuellement 40 GW de centrales au charbon en Allemagne qui vont être fermé dans les 10 à 15 prochaines années, ce sont des centrales vieillissantes qui sont parfois même des héritages de l’ex RDA... Ce n’est pas 900 geqCO2/kWh qui sont émises par ces centrales mais 1200 gCO2/kWh.

    On a donc 40 GW à 1200 geqCO2/kWh de moins sur le réseau allemand remplacé par 30 GW (ou beaucoup moins) de nouvelles centrales émettant 900 gCO2/kWh.

    Pourquoi je dis "ou beaucoup moins" ? Parce qu’il existe une énorme opposition populaire aux centrales à charbon en Allemagne. En Allemagne ce n’est pas le gouvernement qui impose la construction de centrales comme en France (quitte à lancer les CRS contre des manifestants en laissant à terre 1 mort et 3 blessés au moment du nucléaire français triomphant), ce sont les opérateurs d’électricité qui doivent convaincre la population d’accepter ces centrales... Et les opérateurs d’électricité n’y arrivent pas, puisque tous les projets de centrales au charbon en Allemagne sont soit en retard soit purement et simplement annulé. En 2007, 5 projets de construction de centrales au charbon allemands ( 4,1 GW) ont été annulé suite à des référendums locaux. C’est le cas de la centrale d’ Ensdorf qui a été rejeté à plus de 70% par un référendum locaux et dont l’impact médiatique est tel qu’on peut se demander si un auteur voulant "sauvez le climat" qui n’en aurait pas entendu parler est bien sérieux**. Et même avec mes maigres connaissances en géographie et en langue flamande, je sais que la centrale d’Antwerpen concerne la Belgique et non l’Allemagne...

    Donc l’Allemagne diminue le charbon (dont la possibilité d’adaptation au stockage de CO2 est rendu obligatoire par l’UE), diminue le gaz naturel, arrête le nucléaire, mais alors comment vont-il réussir à s’en sortir pour leur électricité ?

    Déjà par les renouvelables, que ce soit des énergies variables mais prévisibles comme le photovoltaïque (Q-cells se bat avec Sharp pour la première place mondial de production de cellules solaire) et l’éolien mais aussi des centrales pilotable comme la biomasse, le biogaz et les stockages hydroélectrique... 

    L’auteur a semble-t-il laissé passer toutes les innovations technologiques depuis les années 70, puisqu’il est possible de suivre très précisément les variations de consommations en associant différentes énergies renouvelables et un controle de la consommation au sein de centrales virtuelles ***.

    Et ensuite et surtout, par la diminution de la consommation d’énergie ! L’Allemagne est un des pays qui a le plus diminuée sa consommation d’énergie primaire en 2007 (battu seulement par le Danemark et l’Azerbaidjan)****. En 2020 l’Allemagne a prévu de consommer 11% d’électricité de moins qu’actuellement.
     
    Cet effort de sobriété contraste ainsi fortement avec la France qui vote des lois pour que les logements chauffés à l’électricité soient autorisés à gaspiller plus d’énergie que les autres chauffages...

    * : il s’agit d’ailleurs d’un mouvement mondial, par exemple aux USA, sur 84 projets prévus en 2007, 59 ont pu être annulés
    ** : http://www.reuters.com/article/rbssIndustryMaterialsUtilitiesNews/idUSWEB93 9620071126
    http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Coal_plants_cancelled_in_2007
    *** pour un exemple en test en Allemagne www.kombikraftwerk.de
    **** http://www.spiegel.de/international/germany/0,1518,560681,00.html


  • Chelyabinsk 27 juillet 2008 19:29

    C’est fatiguant tous ces gens qui s’imaginent que la technologie des éoliennes n’a pas évolué depuis 2000/1970/les moulins à vent hollandais (rayer la mention inutile). Et c’est encore plus fatiguant les gens qui ne prennent même pas la peine de se renseigner avant de se permettre de donner leur avis...

    Les danois ont parfaitement su gérer des pointes à plus de 80% de vent fourni par les éoliennes, le vent est d’ailleurs beaucoup plus facile à gérer pour l’opérateur électrique danois que les cogénérations industrielles qui les oblige à importer ou exporter de l’électricité selon le prix du jour de l’électricité scandinave (et si on peut couper une éolienne, on peut difficilement demander à quelqu’un d’arrêter de se chauffer)..

    L’Espagne gere aussi  parfaitement des pointes d’éolien et l’Allemagne également, pourtant ces deux pays ont un fort pourcentage d’électricité qui vient du nucléaire, énergie qui est la moins pilotable de toutes.

    Les variations de très courte durée sont gérée au niveau de l’éolienne, le découplage entre le rotor et la génération d’électricité est effectué par l’électronique de puissance dans les éoliennes à vitesse variable ce qui permet de lisser la production d’électricité en accélérant et décélérant le rotor qui sert de stockage d’énergie sur le court terme.

    Pour des infos techniques détaillés on pourra se référer à cette étude finlandaise...

    http://www.vtt.fi/inf/pdf/workingpapers/2007/W82.pdf







Palmarès