Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

chems eddine Chitour

Je suis Ingénieur de l’Ecole Polytechnique d’Alger de l’IFP, Docteur Ingénieur et Docteur es Sciences. J’enseigne la thermodynamique et l’économie du pétrole à l’Ecole Polytechnique d’Alger.

Tableau de bord

  • Premier article le 30/06/2008
  • Modérateur depuis le 24/07/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 354 120 9510
1 mois 7 1 153
5 jours 1 0 1
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 4 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • chems eddine Chitour (---.---.---.174) 10 mai 12:57

    A Maiboroda
    Votre commentaire m’interpelle, il n’est pas courant de trouver sur le site des internautes aussi objectifs . Vous nous renvoyez dos à dos. les dominants et les dominés Soit.

    Il ne faut pas croire que nous sommes insensibles à la douleur d’autrui de nos adversaires préférés que furent les pieds noirs. Ils eurent eux aussi nous le reconnaissons leurs douleurs suite à l’arrachement d’une Terre où ils naquirent. Il est normal qu’ils aient du ressentiment. Ce qu’ils ne savent pas c’est que le pouvoir colonial qui s’appuie principalement sur les colons pas sur les besogneux que furent l’immense majorité des européens d’Algérie, pour bloquer toute émancipation et ce faisant il fut sourd à toute revendication pour l’égale dignité.
    Nous n’avons rien contre les Europénes d’Algérie en fait des « Algériens » comme nous qui vibrèrent à la même fréquence de la condition difficile des Algériens

    Pour le reste ,nous ne sommes pas des ingrats , si je maitrise la langue de Vauvenargues et de Voltaire, si je suis sensible à la « Ballade des Pendus » de Villon, je le dois à mêmes maitres ces Hussards Noirs de la République qui ne ménagèrent dans leur grande majorité aucun effort pour nous sortir de notre misérable condition par le haut, par l’instruction . Je n’oublie pas d’associer dans la même considération tous les médecins surtout ceux de l’Algérie profonde qui ont soigner au nom de l’humanité et d’une façon indifférenciée les Indigènes comme les autres. Ils appliquèrent avec un zèle de bénédiction , la fameuse phrase de Pasteur  : « Je ne te demande pas quel est ton nom , mais quelle est ta douleur » . Qu’il en soit mille fois remerciés.
    A c*oté d’eux , il y a eu les Bugeaud et les Bigeard les Saint Arnaud et les Aussaresses, les Le Pen et les Rovigo...

    Bon vent

    Prof.C.E. Chitour

  • chems eddine Chitour (---.---.---.240) 21 avril 13:19

    @Minga

    Cher monsieur,
    Mea culpa, « les chemins de l’enfer dit-on sont pavés de bonnes intentions ». Je suis entièrement d’accord avec vos élégantes critiques. Ce qui me change un peu, des attaques ad hominem , hélas, Je vous signale, cependant, que mon intention n’était pas de diaboliser les peuples, ou de donner du grain à moudre à Huntington et à Fukuyama. Je voulais ; simplement ; attirer l’attention sur l’aspect moral de ces meurtres , sur l’aspect dissymétrique et surtout sur l’anomie du monde qui nous fait nous habituer à l’intolérable. Cela me rappelle à juste titre ces fameuses phrases d’un des pères de l’Eglise en l’occurrence Saint Augustin le berbère :

    "A force de tout voir on finit par tout supporter…

    A force de tout supporter on finit par tout tolérer…

    A force de tout tolérer on finit par tout accepter…

    A force de tout accepter on finit par tout approuver"

    Nous ne devons pas perdre notre faculté de nous indigner quelque soient les partis en causes. C’est le sens de mon combat ,peut être certaines fois d’une façon maladroite, mais l’intention d’un plaidoyer pour une humanité apaisée , y est.

    Professeur émérite Chems Eddine Chitour

  • chems eddine Chitour (---.---.---.140) 19 avril 10:39

     A Smilodon

    Ce qui me gêne cher monsieur , c’est la persistance de la bêtise humaine . Car comme le dit si bien Albert Einstein : « La bêtise humaine est celle qui rend le mieux la notion de l’infini »
    Mon statut auquel vous m’avez assigné de « musulman » qui a une fonction péjorative dans votre imaginaire, hélas, trois fois hélas, ne rentre pas en ligne de compte , ce qui me meut est la tragédie humaine. J’aurai mille fois parlé de la même chose si un « musulman » faisait la même chose. Avez vous entendu parler de la bête qui sommeille en chacun de nous ? Moi je vous prend à témoin, qu’il y a aussi une humanité en nous. C’est à nous de ne pas accepter l’inacceptable de quel bord qu’il soit

    Bon vent

    Prof.C.E. Chitour

  • chems eddine Chitour (---.---.---.209) 18 avril 19:13

    A Covadonga722

    Difficile à bien orthographier votre nom !
     Il n’y a ni vilain occidentaux ni orientaux tarés, il y a l’homme un point c’est tout ! Personne n’a fait de commentaire sur le père qui enterre un morceau de chair « comme si c’était son fils ». Je suppose que cela a bêtement échappé à la sagacité aux snippers embusqués sous des prête-noms derière leurs ordi et ils dictent au nom de leur destinée manifeste la norme ; Le bien , le mal. Quand un jeune se fait exploser , pensez vous que c’est moral que par désespoir il s’accorche à un hypothétique paradis, du fait que son temporel est derrière lui. A ceux qui mettent sur le même plan tout le monde, je les invite à lire cette contribution

    Pour  Grégoire Chamayou, chercheur en philosophie au Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) à Lyon, « L’usage de ces engins sans pilote, qui bouleverse les règles de la guerre, ne suscite pas de rejet massif dans l’opinion en Occident, alors que les attentats-suicides apparaissent comme le sommet de la barbarie. Le philosophe Walter Benjamin, poursuit-il, a réfléchi sur les drones, sur les avions radiocommandés que les penseurs militaires du milieu des années 1930 imaginaient déjà. Ce qui les distinguait à ses yeux était moins l’infériorité ou l’archaïsme de l’une par rapport à l’autre que leur « différence de tendance » : « La première engageant l’homme autant que possible, la seconde le moins possible. L’exploit de la première, si l’on ose dire, est le sacrifice humain ; celui de la seconde,  s’annoncerait dans l’avion sans pilote dirigé à distance par ondes hertziennes. » 

    D’un côté, les techniques du sacrifice, de l’autre, celles du jeu. D’un côté, l’engagement intégral, de l’autre, le désengagement total. D’un côté, la singularité d’un acte vivant, de l’autre, la reproductibilité indéfinie d’un geste mécanique. D’un côté, le kamikaze, ou l’auteur d’attentat-suicide, qui s’abîme une fois pour toutes en une seule explosion, de l’autre, le drone, qui lance ses missiles à répétition comme si de rien n’était. Alors que le kamikaze implique la fusion complète du corps du combattant avec son arme, le drone assure leur séparation radicale. Kamikaze : mon corps est une arme. Drone : mon arme est sans corps. Les kamikazes sont les hommes de la mort certaine. Les pilotes de drone sont les hommes de la mort impossible. (...) kamikaze et drone, arme du sacrifice et arme de l’autopréservation, ne se succèdent pas de façon linéairement chronologique, l’un chassant l’autre comme l’histoire la préhistoire. Ils émergent au contraire de façon conjointe, comme deux tactiques opposées qui historiquement se répondent.(..) Drone et kamikaze se répondent comme deux motifs opposés de la sensibilité morale. Deux ethos qui se font face en miroir, et dont chacun est à la fois l’antithèse et le cauchemar de l’autre. »[1]

    Dont acte

    Professeur Chems Eddine Chitour

  • chems eddine Chitour (---.---.---.253) 4 avril 18:54
    On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu !

    Merci Laurent Je ne savais pas cela !
    Où allons nous si on ne peut plus faire confiance à l’Empire qui gère la destinée du Monde ?

    Un célèbre secrétaire d’Etat américain aurait dit aux Européens : « Le dollar est notre monnaie et c’est votre problème » Ceci explique cela. L’intervention de Ricevent est aussi instructive concernant la position de la Chine, qui pourrait, à terme, le nouvel empire aussi aimable que l’actuel...
    Ceci dit quand je disais inaperçu, je pensais notamment à notre site Agoravox..

    Cordialement

    Pr.C.E. Chitour