• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Chris

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 10 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Chris 13 janvier 2008 23:11

    Mais pour soigner encore faudrait-il qu’une maladie soit identifiée.

    Quel type de soin selon vous serait susceptible de vous imposer un changement de sexualité ou de vous contraindre à l’accepter ?

    La sexualité de chacun n’est pas qu’un accessoire de subtitution, elle participe du fondement profond de la personne.

    Cette histoire de soin est un leurre, ils n’ont rien à proposer, on sent bien que si c’était possible les psys n’attendraient pas la 16eme année pour commencer.


  • Chris 11 janvier 2008 21:31

    —> « Quelle conclusion tirez vous du fait que le viol « ne représente pas plus de 1,5% des cas » ? »

    J’en déduis que 98,5% des personnes déjà condamnées ne récidivent pas, ce qui est un résultat probant. Prendre le risque de mettre en oeuvre des mesures limites terrifiantes en imaginant atteindre 0% est illusoire. S’attaquer à une récidive aussi basse ne peut laisser espérer qu’un gain très faible, et surtout ne réduit en rien l’avènement de la première fois (100% des cas).

    — > « Qu’est-ce que cela réprésente en dégat humain, 1 % ? On ne parle pas de voitures volées/cassées là, on parle d’humains bousillés. »

    C’est toute la différence entre un chiffre statistique exact dans son ensemble et la réalité humaine individuelle. On connait par avance les stats criminologiques pour la semaine prochaine, on peut s’en désoler, mais que proposer pour éviter qu’elles se réalisent ? Tout parent qui fait un enfant connait par avance le taux de mortalité infantile, le risque d’anomalie, etc. Que lui proposer pour réduire le risque ? de renoncer à la vie ? Et s’il prend quand même le risque est-ce un reniement des « victimes » ?

    — > « Vous parlez de « condamnation d’un état déclaré dangereux et non pas d’un acte » »

    Oui, la mesure était destinée initialement aux pédophiles, c’est à dire sur la discrimination d’une catégorie de personnes en raison de ce qu’ils sont en priorité sur l’acte, les viols commis par les non pédophiles n’étaient pas visés. C’est pourquoi l’analogie de Guigou, que je supposais qu’elle faisait avec les homos, me semblait évidente : l’homosexuel était indistinctement considéré au mieux comme un malade, au pire comme un criminel. C’est exactement la situation actuelle des pédophiles. Il faudra bien à un moment abandonner le rejet global (et viscéral) pour distinguer le criminel éventuel de sa préférence sexuelle, comme on le fait couramment pour les hétéros (on ne dit pas « un hétéro » pour désigner un violeur de femmes).

    — > « De fait, il y a la prise en compte d’actes et de leur risque de reproduction. »

    D’actes passés, déjà punis et purgés, oui, pour le moment. Mais il s’agit d’une mesure qui s’applique sur une suspiscion de dangerosité (donc un état supposé) et non plus sur un acte distinct. C’est ce qui en fait son danger. On peut craindre dans une dérive sécuritaire qu’elle puisse s’appliquer un jour indépendament de l’acte sur simple dépistage ou suspicion. Après tout c’est déjà le cas de l’internement administratif d’office...

    — > « Dans tous les cas il y a absence de consentement pour qu’il y ait viol. Pour le mineur, on estime qu’il ne peut y avoir de consentement parce que l’on présume la contrainte, menace ou surprise. »

    Oui et de ce fait le viol sur mineur est toujours constitué par principe, l’adulte est présumé coupable, même s’il ne s’agit pas d’un viol au sens réel du terme. Ceci dit je ne nie pas la réalité de viols véritables et réellement traumatisants sur mineurs, je conteste simplement que les deux cas soient confondus sous une même terminologie infamante et condamnés de manière comparable. Je me référais plus haut à un cas réel où le mineur consentant à l’époque des faits (tout juste majeur au moment du procès) est venu témoigner en faveur de son amant adulte (accusé de l’avoir violé donc), peine demandée 11 ans, peine prononcée 13 ans... On voit au passage les conséquences de l’intoxication médiatique. Et il est pas passé loin des 15 ans qui l’auraient aujourd’hui peut-être rendu éligible à la mesure d’extension pour dangerosité, tout ça pour une histoire d’amour consommé... Bel exemple de condamnation au nom de ce qu’est l’accusé en priorité sur ses actes. Et le respect du mineur ? je doute que s’être vu non écouté, jugé traumatisé et présenté en victime malgré lui, et dénié dans son droit d’être et de désirer et avoir vu trainé celui qu’il aimait dans la boue, lui furent profitable...


  • Chris 10 janvier 2008 23:07

    Je faisais allusion à l’état de pédophile que l’on ne choisit pas pour souligner que l’espoir de pouvoir la soigner comme une maladie était plutôt présomptueuse. J’ignore s’il s’agit d’une caractéristique innée ou acquise, probablement un peu des deux. J’ignore si on nait ainsi, ce qui est sûr c’est que parmi les enfants qui naissent aujourd’hui un certain nombre seront pédophiles. Peut-être les notres. Plutôt que d’attendre des enfants parfaits ou normalisés, il serait peut-être souhaitable de faire au mieux avec ceux que la nature nous confie et de leur préparer malgré tout un monde accueillant dans la mesure du possible et qui ne se résume pas à une répulsion, une haine, la peur de ce qu’ils sont, l’étiquetage de monstre ou une perspective d’enfermement reconductible à vie.

    Quel avenir préparons-nous à nos enfants ? quelle est notre responsabilité dans leur devenir ? que faisons-nous pour aider les ados qui se découvrent aujourd’hui cette sexualité maudite ?


  • Chris 10 janvier 2008 21:52

    wieeinstlilimarleen

    — > « Je ne vois pas le rapport entre l’histoire du droit et de l’homosexualité et un débat en 2008 sur la rétention après la fin de peine d’auteurs de viols »

    Le rapport ? dans la condamnation d’un état déclaré dangereux et non pas d’un acte.

    — > « Une relation sexuelle avec un mineur de moins 15 ans qui dit y consentir n’est pas une relation consentie librement selon le droit - c’est donc un viol, la société estimant qu’à moins de 15 ans le mineur n’est pas capable d’un tel consentement éclairé. »

    Absolument. Un viol de majeur implique l’usage de contraite menace ou surprise, pas pour le mineur qui est réputé ne pas pouvoir consentir. Il y a donc toujours viol dès lors qu’il y a pénétration. Le constat est donc réduit aux faits découverts et le mineur ne peut pas s’y opposer. Une respectueuse histoire d’amour entre un majeur et un mineur de 14 ans quand elle est dénoncée par un tier se transforme en viol sur mineur pour la justice (cas réel), et maintenant en risque de détention à perpétuité. C’est cette loi là qui risque d’être transposée aux relations avec un mineur entre 15 et 18 ans qui jusque là étaient libres (hors relation d’autorité).


  • Chris 10 janvier 2008 21:47

    Merci Crapulox. Et dire que ce nouvel excès se veut justifié par le risque de récidive, laquelle pour le viol ne représente pas plus de 1,5% des cas...

    (sources : http://www.agoravox.fr/commentaire_static.php3?id_article=34041&id_forum=1588431)







Palmarès