• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christian Chavrier

Christian Chavrier

Président du Parti Fédéraliste
Président du club "Besoin d’Europe !"
A 41 ans, ce Provençal très attaché à sa région est marié, papa d’un petit Théo et réside dans le Vaucluse. Il exerce le métier de consultant et expert, spécialiste du tourisme.
Séduit par de nombreux engagements comme l’exercice de la citoyenneté, la construction européenne, la solidarité, la maîtrise de la mondialisation, il fonde deux associations a vocation sociale. Il est par ailleurs administrateur et soutien des associations à vocation humanitaire et sportive. Il est le président fondateur du Club « Besoin d’Europe ! ». Portrait.
Autodidacte, de culture provençale, Christian Chavrier après un parcours sportif devient commissaire de bord sur des paquebots et dirigera des équipages de plusieurs centaines de personnes, de plus de 25 nationalités pendant plusieurs années. Il en retirera une connaissance approfondie des relations humaines et conjuguera toujours pragmatisme avec altruisme, dans le respect des valeurs humaines fondamentales. Réussite professionnelle.
Concepteur d’une nouvelle formule de villages de vacances et fin diplomate dans la négociation de "dossiers chauds", il a travaillé notamment auprès de Jacques Maillot (Nouvelles Frontières), œuvrant à la démocratisation de la croisière auprès des Français.
Spécialiste reconnu de l’industrie touristique, il est aujourd’hui consultant et expert. Dans ce cadre, il défend avec passion l’idée de la responsabilité majeure de cette industrie dans les enjeux sociaux, économiques, sociétaux, stratégiques et environnementaux. Il œuvre pour qu’elle prenne toute sa part dans le dialogue mondial des cultures, pour le développement durable et maîtrisé de nombreuses parties du monde, tout autant que sur le territoire national. L’engagement politique.
Grâce à sa vie professionnelle il sillonne la planète depuis 20 ans. C’est comme cela qu’il a forgé une très solide conscience politique.
Il met ses qualités, ses idées et ses compétences au service de ses concitoyens. Son credo : humanisme, respect des identités, des libertés et "du vivre ensemble", Droits de l’homme, mais aussi devoirs de l’homme envers ses semblables et la planète. Il s’est toujours senti "euro-citoyen du monde", que ce soit en France ou à l’étranger.
"Il faut écouter, convaincre, souvent s’opposer mais toujours proposer."
Cet engagement, il le concrétise en politique, même s’il revendique : "être ni coopté, héritier ou énarque, ". « Je le fais car je suis libre, honoré de servir mes semblables et la collectivité », confie-t-il au Président de son comité de soutien : le journaliste Antoine Sfeir.
Il combat avec force les partis, situés aux extrêmes qu’il estime les uns obscènes, les autres simplistes et dans tous les cas tournés vers le passé.
Il croit profondément aux principes du fédéralisme, non de manière dogmatique mais de façon pragmatique, comme étant le seul outil efficace au service de nos régions, de la France et de l’Europe.
Engagement traduit par une phrase qui résume tout son engagement : « Pour une France fédérale dans une Europe qui sera fédérale ou ne sera pas » !
Comme beaucoup de Français, Christian Chavrier ne se reconnaît pas dans l’offre des principaux partis et est d’ailleurs régulièrement courtisé par nombre d’entre eux. C’est pour être en accord avec ses convictions et sa volonté d’indépendance, qu’il a choisi de rejoindre le Parti Fédéraliste.
Tête de liste des Fédéralistes d’Ile de France aux dernières élections régionales (2,91%, presque 15 000 voix), Christian Chavrier et la nouvelle équipe dirigeante du Parti Fédéraliste, poursuivent le travail engagé avec d’autres formations politiques et ce dans la perspective des prochaines échéances électorales.
Le nouveau président du Parti Fédéraliste, élu le 8 octobre 2005 à cette fonction, et investi par les militants comme candidat du PF à l’élection présidentielle le 11 février 2006 a rappelé ses objectifs fondamentaux : une France fédérale dans une Europe fédérale ; le renouveau démocratique, respectueux du principe de subsidiarité ; l’équilibre entre l’exigence de justice sociale et le désir de liberté, plaçant enfin l’homme et son environnement au centre des enjeux politiques. À l’éternelle question du positionnement politique, Christian Chavrier est souvent qualifié de "centriste indépendant". Il préfère se définir au travers de cette formule : « ni à droite, ni à gauche : devant ! »

Tableau de bord

  • Premier article le 10/07/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 7 78
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires


  • Christian Chavrier Christian Chavrier 12 juillet 2006 22:11

    Pas mieux !

    Amicalement,

    Christian


  • Christian Chavrier Christian Chavrier 12 juillet 2006 22:10

    Mercide votre message etd e vos encouragements ! Toutes les énergies pour faire bouger le pays sont les bienvenues. Je vous invite si vous le souhaitez à faire mieux connaissance avec nos propositions sur nos sites web : www.parti-federaliste.fr www.chavrier2007.eu A bientôt peut être !

    Amicalement,

    Christian


  • Christian Chavrier Christian Chavrier 12 juillet 2006 22:06

    Merci de votre message. Vous avez raison les dés sont pipés et il sera très difficile d’être présent au premier tour de l’élection présidentielle. Nous sommes très actifs sur Internet et le courant d’idées que je sers modestement travaille très activement à la réunion de tous ceux qui veulent vraiement faire bouger les choses sans pour auatnt tomber dans la facilité, les idées simplistes et ou populistes. Outre le travail didactique, d’activisme, de lobbying et d’écriture entre autres, le Parti Fédéraliste travaille actuellement à cette réunion de très nombreux mouvements. Une coalition paratageant les même valeurs sera présente aux législatives et aux municipales. Les 3% obtenus aux régionales en 2004 nous donnent matière à espérer. Notre courant de pensée, proche aussi du monde associatif doit permettre aux citoyens de reprendre le contrôle de la vie démocratique. A commencer par lutter contre le carriérisme politique.

    Amicalement,

    Christian.


  • Christian Chavrier Christian Chavrier 12 juillet 2006 21:55

    La fusion n’est pas mon propos. Vous avez raison vouloir fondre les peuples les uns aux autres sans distinction est voué à l’échec. L’Union fédérale permet elle une vie en commun tout en espectant les identités.

    Amicalement,

    Christian


  • Christian Chavrier Christian Chavrier 12 juillet 2006 21:52

    Faire l’Europe c’est d’abord et avant tout continuer l’oeuvre des pères fondateurs pour que plus jamais la barbarie ne meurtrisse notre continent. Ce rêve est enfin devenu réalité, il convient de se battre pour pour qu’il perdure. En Europe là ou la communauté n’était pas présente, l’histoire a s’est répétée et la barbarie fût de retour : les Balkans ! Oublier le passé c’est se condamner à le revivre ne l’oubliez jamais.

    Qui a parlé de la course aux armements ?...! Au contraire devenir expert de la paix, une puissance économique et poltitique majeure c’est ce qui permettra à l’Europe de jouer pleinement son rôle pour la préservation de la paix, le co-développement et bien d’autres sujets alors que les états seuls sont à l’évidence aujourd’hui devenus inopérants en la matière.

    Une Europe politique signifie une politique étrangère, une diplomatie etc... A contrario de ce que vous dites le problème irakien eut été bien défféremment traité si une véritable diplomatie européenne avait pu agir, à l’appui d’une communauté puissante.

    Je rêve d’un monde sans guerre, sans terrorisme, mais il nous faut prendre le monde tel qu’il est pour espérer le changer. Alors dans l’état actuel l’Europe doit également disposer d’une défense commune pour aller dans le sens de la dissuasion, de disposer des moyens d’agir en cas d’agression mais aussi pour participer à solutionner des conflits et préserver ce un bien universel pour l’humanité qu’est la paix , et non pas pour devenir agresseur...

    Je n’ai jamais parlé d’interventionisme mais n’oubliez pas que nous ne vivons pas seul sur la planète... Dès lors si vous êtes convaincus que les droits de l’homme, la préservation de l’environnement, la paix, la lutte contre la pauvreté et pour la dignité humaine sont des objectifs majeurs pour lesquels il faut se battre, il faut alors prendre sa part du combat.

    Mais l’Europe batie sur un idéal de paix doit devenir en capacité de répondre concrètement aux problèmes quotidiens. Les états compte tenu d’une mondialisation en marche ne peuvent plus seuls faire face aux grandes problématiques. Il convient de lutter contre les effets pervers de la mondialisation, il est facile de comprendre que c’est plus facile à plusieurs.

    Il faut une organisation pour tendre à ces objectifs, un outil de gouvernance pour fixer les règles de vie commune ; c’est tout le sens du fédéralisme qui permet de mutualiser des moyens donc d’être plus forts pour le bien commun, tout en respectant les identités des fédérés et leurs intérêts particuliers.

    Vous déclarez ne pas vous battre pour des valeurs, c’est votre droit le plus absolu, je remercie chaque jour qui passe mon grand père, son frère et tous ceux qui se sont battus pour la paix la liberté et la démocratie. Grâce à leur sacrifice nous pouvons aujourd’hui converser librement...

    Enfin sur vos déclarations au sujet de l’immigration vous vous doutez bien que je ne cautionne absolument pas vos propos.

    Bien démocratiquement,

    Christian







Palmarès