• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christian Labrune

Christian Labrune

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2012
  • Modérateur depuis le 31/07/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 5278 515
1 mois 0 73 0
5 jours 0 42 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 559 203 356
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Christian Labrune Christian Labrune 26 février 00:05

    à l’auteur,
    Votre article part d’une bonne intention, tout comme les décisions (fort imprudentes) prises ces derniers temps par la Chancelière, mais poser qu’il puisse n’y avoir pas de rapport entre l’islam et le terrorisme quand les assassins crient « Allah akbar ! » en appuyant sur la détente de leur petite pétoire, c’est quand même pousser un peu loin le bouchon.

    Je ne vais pas répéter ce que Pascal L. écrit un peu au-dessus dans son intervention. J’aurais cité comme lui les mêmes versets des mêmes sourates 8 et 9 que, désormais, tout le monde connaît par coeur. Il ne se sera pas trouvé une seule exaction commise par les jihadistes de l’Etat coranique qui n’ait été longuement justifiée par des citations très exactes du Coran qui, du reste, les autorisaient de la manière la plus explicite. On ne peut donc pas dire que ces gens-là sont hors de l’islam, ils l’appliquent de la manière la plus soumise et la plus rigoureuse. Le véritable islam conforme à la leçon des salaf et parfaitement pris au sérieux, c’est à Raqqa ou à Mossoul qu’on l’aura vu à l’oeuvre, et cela n’était assurément pas beau à voir. Au reste, les théologiens d’Al Azhar se sont bien gardés de fulminer des fatwas qui eussent retranché de l’islam de pareils excités, et ils s’en sont justifiés, ces Tartuffe, en alléguant l’horreur du takfirisme. Il y aura bien eu quelques condamnations, mais d’une discrétion telle que que cela n’aura jamais crevé l’écran des media au point d’induire le musulman ordinaire à quelques réflexions de nature à le détourner de tout fanatisme.

    Le musulman français que j’ai connu, il y a trente ans, avant la prédication salafiste et la prise en main des « Frères », ressemblait un peu aux catholique déjà en train de « sortir du religieux », pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet. Il avait assez de raison, confronté à sa tradition religieuse, pour en prendre et en laisser, et regarder tout ce qui lui enjoignait de massacrer les mécréants comme des signes d’une époque fort éloignée et d’un état des choses complètement révolu et périmé. Les paraboles d’Al-Jazeera, depuis, auront fanatisé les masses, les auront fait rêver d’une Saint-Barthélémy à l’échelle de la planète, dont l’islam sortirait à la fin victorieux. Mais ce qui va succéder fatalement à cette ivresse jihadiste, c’est quand même la plus terrible gueule de bois. Quelle régression, et quel abominable gâchis !


  • Christian Labrune Christian Labrune 25 février 16:17

    A l’auteur,
    Très bon article. J’avais dessein d’écrire là-dessus parce que cette affaire est très révélatrice des turpitudes de la sauce idéologique actuelle, mais je ne vois pas grand chose à ajouter à votre présentation du cas, laquelle vient opportunément au secours de ma paresse.

    Ce type est absolument écoeurant, et son système de défense l’est plus encore. J’écris des horreurs, de ces horreurs fantasmées qui encouragent finalement les crimes réels les plus atroces, mais je n’y suis pour rien. Dr Jekyll and Mr Hyde, en quelque sorte. Qui serait assez con pour accepter d’avaler de telles inepties ?

    Pendant ce temps-là, on traîne en correctionnelle l’historien Bensoussan accusé d’islamophobie. Et pourtant, ce qu’il portait à la connaissance du public dès « Les territoires perdus » et encore plus récemment dans « La France soumise », c’est un type de comportement très répandu dans les banlieues, dont le cas Meklat semble devoir être désormais la meilleure illustration possible.

     


  • Christian Labrune Christian Labrune 25 février 15:16

    dénonçons tout de suite cet état d’exception ou plus militairement parlant cet état d’urgence que ce pays nous impose depuis que deux trois pétards ont explosé au nez de nos concitoyens pour leur rappeler que ce pays est un pays qui ferait mieux de s’occuper de ses pauvres.
     
    @Pierre Sarramagnan-Souchier

    Merci, donc, à ces bons terroristes, pour la petite leçon qu’ils auront su très gentiment nous donner, et que nous n’avions pas du tout songé à leur demander.
     
    Et sachons relativiser les choses, sans bêtement les dramatiser à plaisir : le Bataclan après Charlie Hebdo, la promenade des Anglais, tout cela n’était pas plus grave que ces pétards que des adolescents boutonneux s’amusent à faire sauter, pour l’agacement des grincheux quelquefois, le soir du 14 juillet.

    Il faudrait conviendrait peut-être aussi que la République prenne des mesures un peu sévères contre ces familles de tant de disparus qui nous auront odieusement cassé les pieds, face aux caméras, avec leur « deuil » au lendemain de ces petits événements sans importance. Tout cela manquait singulièrement d’humour, et la chose en devenait presque indécente.


  • Christian Labrune Christian Labrune 25 février 14:58

    @Pierre Sarramagnan-Souchier
    Je suis athée autant qu’on peut l’être, je ne crois ni à Dieu ni au Diable, et tout manichéisme me fait rigoler. C’est pour cette raison qu’à lire votre article et à y découvrir cette opposition très caricaturale entre le malheur des pauvres et bons dominés et une minorité de dominants cyniques et bien méchants, j’invoquais les antiques représentations du paradis et de l’enfer.

    Avant l’apparition de l’homme devenu peu à peu capable de penser le monde, le monde n’était ni un paradis ni un enfer, il n’avait tout simplement pas de sens. Je vous accorde que l’homme (et j’en suis un, hélas !) est vraiment une sale bête, et c’est ce qui fait que j’en viens à espérer un post-humanisme, un niveau d’intelligence très supérieur à celui dont nous sommes capables actuellement.

    Vous vous ralliez, semble-t-il, aux thèses de la deep ecology, lesquelles souhaiteraient que la planète redevînt ce qu’elle était avant l’apparition du bipède sans cornes et sans plumes, mais un monde qui ne pourrrait être pensé par une présence intelligente, c’est l’équivalent du plus pur néant.

    Le mal dans ce monde, dont l’existence est assez peu contestable, c’est la bêtise plus que la méchanceté. Sortez les dominés de leur sujétion, ils deviendront des dominants sans plus de scrupules que les autres. L’histoire des révolutions montre même que rien n’égale en férocité les êtres qu’un long ressentiment aura travaillés. Le rêve secret du pauvre, c’est de devenir riche et puissant ; ce n’est pas du tout, en général, de devenir moins bête.


  • Christian Labrune Christian Labrune 25 février 14:30

    @Alren
    Si vous êtes français, citoyen d’un pays anciennement colonialiste et responsable des pires crimes contre l’humanité, comme le faisait remarquer encore naguère un grand homme d’état, que vous le vouliez ou non, vous êtes nécessairement un terroriste. Les horreurs du Bataclan, de Nice, pour me limiter à deux exemples, c’est de votre faute, c’est vous qui les avez voulues et pour ainsi dire commanditées. C’est donc vous qui avez tenu conduit le camion ou tenu la kalachnikov. Les malheureux qui ont appuyé sur la détente ou sur le champignon n’ont agi que par procuration, et pour exécuter votre propre volonté. Réduits à la servilité par une domination coloniale exécrable, ils ne peuvent plus qu’exécuter les volontés secrètes des dominants. Ils ne sont plus des hommes,
    ils n’ont plus aucune liberté, ils ne sont donc responsables de rien du tout.

    Vous, qui êtes pourtant un terroriste de la pire espèce, vous pourriez vous offrir le luxe d’épargner éventuellement un consommateur à la terrasse d’un bistrot, parce que vous êtes un homme libre, capable de vouloir ou de refuser, et la plupart du temps du reste, vous laissez au placard votre kakachnikof, si vous en avez une : vous préférez lâchement laisser agir à votre place de pauvres bougres aliénés par le système. C’est eux qui paieront les pots cassés.

    Un ancien colonisé, une malheureuse victime du capitalisme mondial ne peut absolument pas s’abstenir, comme vous le faites quotidiennement, de l’ultra-violence. Elle n’est plus que la misérable marionnette dont vous tirez à plaisir les ficelles, tapi dans l’ombre.

    Vous devriez vous rendre dans le plus proche commissariat, vous constituer prisonnier et assumer vos crimes. En tout cas, tout cela n’a que trop duré. Cet article m’a ouvert les yeux . Enfin, je vois, je crois, je suis désabusé, et je tiens à être jugé au plus vite par le TPI pour tous ces faits de terrorisme dont je suis le premier responsable en France depuis deux ans. 
     



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Un dieu farceur




Palmarès