• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

CISDEC.com

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • CISDEC.com CISDEC.com 7 novembre 2008 17:27

    Bonsoir, c’est intéressant d’entamer un dialogue avec des personnes prêtes au débat d’idées et désirant échanger sur des faits.

    De par sa mission régalienne de sécurité et son besoin de contrôler l’espace public, il est sûr que tout gouvernement est tenté de recourrir massivement à la vidéosurveillance, surtout qu’elle devient enfin efficace. D’où une impression récente de "toujours plus" alimentée d’ailleurs surtout par les opposants.

    Je ne suis pas sûr d’être le mieux placé, car nous faisons extrêmement peu de surveillance de lieux publics, mais nous apportons la même exigence au respect de la loi et des libertés fondamentales en milieu privé. Les instances publiques sont très à cheval sur le strict respect de la loi, ce qui est normal. Cela tombe bien, la loi française est une des plus restrictives d’Europe (sauf à considérer l’Allemagne, qui interdit de fait quasiment toute installation pérenne).

    Les systèmes anciens sont surement à considérer comme inefficaces, l’exemple de la Grande Bretagne
    prouve, sans aucun doute, l’ineptie de déployer des technologies à grande échelle avant qu’elles soient matures. Et pourtant, c’est à cause de ce gâchis que les technologies ont pu être financées et sont maintenant efficaces. Par ailleurs, si nous regardons maintenant avec dédain ces installations, elles se sont aussi imposées car elles apportaient un plus à l’époque par rapport à l’incapacité de voir.

    Je ne me prononcerai pas sur l’utilisation de la vidéosurveillance dans le discours politique, car là encore, au delà des interprétations de chacun, je ne pense pas qu’une étude universitaire quelconque ait analysé le phénomène.

    Les RFID sont efficaces et déjà appliquées, mais pas encore à grande échelle.

    C’est parce que les technologies les plus complexes augmentent en qualité et se diffusent à mesure que leur prix baisse, qu’il importe que les citoyens se penchent sérieusement sur le sujet. Les canadiens sont intéressants de ce point de vue, car les opposants sont très souvent pointus techniquement pour soutenir leur point de vue idéologique.
    Le rapport de juillet 2008 présente aussi quelques situations étrangères (GB, Allemagne, etc.).

    Il n’y a potentiellement aucune limite de croisement de fichiers quelque soit le secteur, à nous de nous prémunir par nos lois.

    Voilà, je serai absent quelques jours de ce forum, mais serai ravi de continuer à échanger à mon retour.



  • CISDEC.com CISDEC.com 7 novembre 2008 14:51

    Bonjour,
    une courte réponse en tant que professionnel de la vidéosurveillance.

    Il me semble y avoir une confusion entre les rôles présumés de la Police et de la vidéosurveillance. Elles cherchent toutes deux à prévenir et diminuer les infractions. Elles cherchent toutes deux à élucider les crimes et interpeller leurs auteurs.

    Mais, il n’y a pas de parade pour toutes les situations, notamment impossibles à prévoir. Ces arguments anti-vidéosurveillance ont beau être classiques, ils n’en restent pas moins fallacieux.

    Sur la reconnaissance faciale, environ 60% de réussite dans des conditions optimisées. Beaucoup de puissance de calcul nécessaire, donc des systèmes chers et donc pas applicables à toutes les caméras, mais seulement aux lieux réellement sensibles.

    Cependant, les risques sur les libertés fondamentales sont possibles, et les opposants se doivent de dépasser les seules indignations pour rentrer dans le dur, les données, les législations, etc.
    A noter l’excellent rapport de l’Institut National des Hautes Etudes sur la Sécurité de juillet 2008, qui plaide pour une approche citoyenne, au juste nécessaire, en complément des forces de police, et tente enfin d’établir des bases statistiques.

    Il est temps de sortir du seul débat idéologique pour analyser ce sujet scientifiquement, avec corpus universitaire, etc. Ceci est digne d’une démocratie.

    Enfin, le danger RFID me parait plus insidieux, sans vouloir détourner l’attention, car il peut se loger partout, et est traçable unitairement, alors qu’il faut aller chercher chaque image, de chaque caméra, de chaque système, dépendant d’entités différentes, pour faire ce fameux tracking tant craint.

    Bien cordialement,
    Emmanuel Reynaud,
    Directeur commercial de http://www.cisdec.com



  • CISDEC.com CISDEC.com 7 novembre 2008 14:49

    Bonjour, une courte réponse en tant que professionnel de la vidéosurveillance. Il me semble y avoir une confusion entre les rôles présumés de la Police et de la vidéosurveillance. Elles cherchent toutes deux à prévenir et diminuer les infractions. Elles cherchent toutes deux à élucider les crimes et interpeller leurs auteurs. Mais, il n’y a pas de parade pour toutes les situations, notamment impossibles à prévoir. Ces arguments anti-vidéosurveillance ont beau être classiques, ils n’en restent pas moins fallacieux. Sur la reconnaissance faciale, environ 60% de réussite dans des conditions optimisées. Beaucoup de puissance de calcul nécessaire, donc des systèmes chers et donc pas applicables à toutes les caméras, mais seulement aux lieux réellement sensibles. Cependant, les risques sur les libertés fondamentales sont possibles, et les opposants se doivent de dépasser les seules indignations pour rentrer dans le dur, les données, les législations, etc. A noter l’excellent rapport de l’Institut National des Hautes Etudes sur la Sécurité de juillet 2008, qui plaide pour une approche citoyenne, au juste nécessaire, en complément des forces de police, et tente enfin d’établir des bases statistiques. Il est temps de sortir du seul débat idéologique pour analyser ce sujet scientifiquement, avec corpus universitaire, etc. Ceci est digne d’une démocratie. Enfin, le danger RFID me parait plus insidieux, sans vouloir détourner l’attention, car il peut se loger partout, et est traçable unitairement, alors qu’il faut aller chercher chaque image, de chaque caméra, de chaque système, dépendant d’entités différentes, pour faire ce fameux tracking tant craint. Bien cordialement, Emmanuel Reynaud, Directeur commercial de http://www.cisdec.com







Palmarès