• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Claude OKONDJO

Claude OKONDJO

Prêtre du Diocèse de Tshumbe, né en République Démocratique du Congo, en Province du Kasaï-Oriental, District du Sankuru, dans le territoire de Katako-Kombe. Détenteur d’un certificat de six ans primaires et d’un diplôme des humanités littéraires, option « Latin-Philo ».
De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais de l’école de « Head of Studies » à Dublin, auprès de « The Language Center of Ireland ». Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle de l’Université Pontificale de la Sainte Croix de Rome, en Italie. Chercheur des filières de l’information et de la communication, je continue à m’interroger sur l’usage du corps humain en publicité et sur la dignité de la famille dans les médias.
Aujourd’hui, en coopération pastorale au Diocèse de Livorno, dans la Région de Toscane, en Italie, je m’intéresse à la culture de la coopération internationale pour le développement du Sankuru.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/08/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 1 36
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires


  • Claude OKONDJO Claude OKONDJO 6 octobre 2007 14:50

    Aux lecteurs du catholicisme en essor !

    J’aimerais bien vous remercier tous pour le regard attentif que vous manifestez visiblement à travers les réactions suscitées tant en négatif qu’en positif par la publication de cet article. C’est un bel enrichissement pour certaines visions des choses.

    Sans vouloir vous ôter votre droit de continuer à réagir, laissé moi vous rassurer que j’étais absolument sûr que le contenu de ce texte ne créera pas un couloir de consensus, encore moins de sécurité ni pour son auteur, ni pour les africains, ni pour l’Afrique lorsqu’on sait que tout est orchestré par une volonté délibérée de ceux qui croient avoir tout à dire, tout à décider afin que l’Afrique reste toujours en panne.

    Oui, parler des performances de l’Afrique, peut bien sembler une provocation pour certains, un sacrilège ou un affront pour d’autres. Mais ceux qui côtoient l’Afrique ou parlent d’elle sans vraiment la connaître, c’est-à-dire d’un langage muni d’une caricature classique, ne se disposent pas à accueillir son changement et ses performances. En tout état de cause, je sais que l’Afrique a besoin immanquablement de l’Europe, tout comme l’Europe a besoin indispensablement de l’Afrique.

    La lecture de l’histoire de l’Afrique contemporaine qui se veut bien objective se veut une lecture sans passion et sans idées préconçues. Prendre le loisir d’exploiter les travaux de nombreux auteurs contemporains, africains, européens, américains, dont les travaux de la Conférence épiscopale allemande, de Mgr. Pascal N’Koué du Bénin qui parle de la destinée commune entre l’Afrique et l’Europe , fera découvrir combien l’Afrique est non seulement en train de sauver le Catholicisme Romain, l’a marqué dans son fondement mais aussi combien l’Europe et la culture occidentale ne sont que produit de la culture africaine fondamentale. Nonobstant les affres du VIH SIDA, l’Afrique, selon le rapport publié par l’ONU pour 2007, bat le record en statistique de la population mondiale . Ainsi pour éviter ce qu’il appelle « désastre humain », Dominique Mataillet plaide pour la croissance et la multiplication de la population. Mais quelle croissance là où les suicides, les assassinats, la limitation des naissances, les avortements attentent quotidiennement au don de la vie ?







Palmarès



Agoravox.tv