• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

Claudec

Franc-tireur de la pensée libre
Vieux philosophe autodidacte
Éconologiste et Démographilantrosociologue non lucratif.
 
Formé par la rue, la communale, les livres, quelques enseignements et maîtres de rencontre, l'entreprise – de la plus petite à la très grande – et la vie.
Entrée dans le monde du travail bien avant l'âge légal à l'époque et sorti bien après celui en vigueur de nos jours, formation permanente en communication, gestion, informatique, logistique, vente, marketing, organisation, sciences économiques et sociales. Toujours aussi désireux d'apprendre.
 
Devise : Nos certitudes sont le premier indicateur de notre sottise.
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 29 760 879
1 mois 1 29 58
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 121 86 35
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Articles de cet auteur

Classer les articles par : Chronologie Les plus lus Les plus commentés

Derniers commentaires

  • Par Claudec (---.---.38.52) 2 avril 21:22
    Claudec

    Par doctorix (---.---.87.181) 2 avril 20:03

    Prisonnier de votre vision compassionnelle de l’humanité, vous ne semblez pas avoir compris que la pyramide sociale, par définition, ne s’écrête pas.
    La pauvreté – comme la richesse – est une composante de la société, structurelle et mécanique, aussi relative qu’incontournable ; et les inégalités de toutes sortes en résultent. En prendre conscience serait le premier pas à faire pour atténuer cette pauvreté et ces inégalités, voire les maîtriser, à défaut de pouvoir les éradiquer. La preuve a en été largement administrée depuis plus 20 siècles, durant lesquels les raisonnements, les doctrines ainsi que les méthodes et les moyens appliqués pour les combattre n’ont fait que les augmenter et les exacerber.
    En occident comme ailleurs, dans les pays développés comme dans les autres, la société des hommes est, a toujours été et sera jusqu’à sa fin, faite de différences et d’inégalités. L’exception y domine la masse ; le pouvoir y domine le peuple, la force la faiblesse, l’intelligence la sottise, le savoir l’ignorance , la richesse la pauvreté etc. ; dans tous leurs aspects. Et plus les richesses augmentent – qu’elles soient d’ordre matériel ou immatériel –, plus s’accroît l’écart entre le sommet d’une pyramide sociale qui n’a pas d’autres limites que l’ambition humaine et les capacités de la planète et, à l’opposé, une base reposant sur la pauvreté absolue et l’indignité, dernier état de la condition humaine.
    Il faudrait avoir clairement conscience de ce mécanisme avant de tenter quoi que ce soit d’utile pour secourir durablement les plus nécessiteux d’entre nous, qu’il s’agisse de continents, de nations, de régions, comme d’individus.
    Le sommet de la pyramide sociale s’élève sans cesse partout sur la planète, du fait de l’activité des hommes et de l’accroissement de la richesse collective qui en résulte. Dans le même temps, sa base s’atrophie inéluctablement, chaque jour davantage, en raison de la croissance démographique.
    L’homme et le progrès dont il est porteur ont ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu’il n’y avait d’individus de toutes conditions sur terre au début de leur entreprise. Et la population augmente, quotidiennement, de 250 000 âmes qui viennent dans leur grande majorité surpeupler la base d’une pyramide sociale dans laquelle le « descenseur social » prend le pas sur l’ascenseur du même nom démontrant, s’il en était besoin, que la pauvreté est plus facile à partager que la richesse. 

    Pour approfondir cette réaction, voir :
    sans manquer schémas et tableaux.
  • Par Claudec (---.---.38.52) 2 avril 19:24
    Claudec

    Par claude-michel (---.---.224.199) 2 avril 13:44

    Liberté, Egalité, Fraternité.
    - La liberté est une richesse qui se partage, et plus ceux qui y prétendent sont nombreux, moins la part de chacun est importante. Alors que paradoxalement, plus nous sommes nombreux plus nos exigences de liberté sont grandes.
    - L’égalité (que beaucoup confondent avec l’égalité devant la loi, voire avec l’égalitarisme) est un mythe attesté par nos différences.
    - Quant à la fraternité, s’il est une valeur qui ne se décrète pas, c’est bien celle-ci. Mis à part quelques Saints, qui peut dire qu’il n’existe personne avec qui qui il refuserait de fraterniser ou dont il refuserait la fraternité ?
  • Par Claudec (---.---.38.52) 2 avril 19:12
    Claudec
    Mais non les pauvres ne sont pas des salauds ; tout au plus sont-ils stupides.
    Stupides de se multiplier plus vite que les autres, au point de s’offrir de plus en plus nombreux, avec leur descendance, à une société (et pas seulement aux riches) qui n’a jamais assez de main d’œuvre ni de consommateurs.
    Chômage, pauvreté, inégalités, pillage des ressources naturelles sont autant de maux contre lesquels les politiques économiques et sociales des États, comme des collectivités qui les composent, ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes de surpopulation qu’elle génère inexorablement, au détriment d’une planète mutilée de toutes parts et par voie de conséquence, des espèces qui la peuplent, à commencer par les plus défavorisées.
    Quels que soient les indicateurs et autres indices inventés ici ou là, au gré des croyances et des idéologies dominantes, si la pauvreté augmente, si les inégalités se creusent, les raisons en sont avant tout l’augmentation considérable de la population et celle de la richesse globale que cette même population génère par son activité, avec l’aide du progrès ; le partage de cette richesse étant une toute autre affaire.
    Chaque jour, plus de 250 000 êtres humains s’ajoutent à la population terrestre, qui devrait atteindre 9 milliards vers 2050 et dépasser 11 milliards au début du prochain siècle. Par l’effet du sort qui les a fait naître ainsi ; produits des taux de natalité les plus élevés, les pauvres qui représentent la grande majorité (70%) de ces nouveaux arrivants vont s’ajouter à ceux qui surpeuplent déjà la base atrophiée d’une pyramide sociale dont le sommet s’élève par ailleurs inexorablement, accentuant chaque jour les écarts qui y règnent. La croissance démographique mondiale, en cherchant à répartir ses surcroîts de population miséreuse partout où cela peut contribuer à les résorber, nourrit et accentue la pauvreté et les inégalités. Mécanisme démographique à l’origine de tous nos maux, mais sujet tabou.
    C’est par le contrôle de la population, en luttant contre le surnombre, qu’il faut la combattre les maux de la société, à commencer par la pauvreté ; le reste suivra naturellement.
    Et malgré cela, non contents d’être pauvres eux-mêmes, les pauvres continuent à faire des enfants, qu’ils condamnent à naître pauvres comme eux.

    Pour approfondir cette réaction, voir :
    Ne pas manquer schémas et tableaux.
  • Par Claudec (---.---.188.26) 25 mars 19:31
    Claudec

    Le couple Hollande-Aurault paie, paiera et surtout, fera payer – très cher – au pays leur inexpérience, leur incompétence et les mensonges éhontés auxquels ils doivent d’être là où ils sont. Il y a loin en effet entre jouer les potaches sur les bancs d’une assemblée et diriger un pays.

    Les crises sans précédents aux conséquences desquelles Sarkozy a su nous faire échapper pour l’essentiel pendant que d’autres pays y succombaient, relevaient d’une fable inventée de toutes pièces par la droite ; aussi, nos deux compères promettaient-ils d’y mettre rapidement fin.

    À commencer par ceux qui, dans une irresponsabilité n’ayant d’égal que leur discordance, les ont benoîtement placés à la tête du pays, chacun peut juger de leur échec sur les plans tant économique que social et politique, sans parler du désastre moral dans lequel ils ont plongé la France.

    Mais le pire est à venir, car ayant perdu toute crédibilité, qui peut croire qu’ils sauront réellement s’extraire du sectarisme dans lequel ils ont toujours été englués, et les membres de leur équipe avec eux.

  • Par Claudec (---.---.19.22) 23 mars 22:35
    Claudec

    Lien à l’intention de ceux qui commentent la « Lettre aux Français » de Nicolas Sarkozy, sans l’avoir lue :

    https://docs.google.com/document/d/1h3urry2FZw95gQUHLq8_RfRfJBB24CVHsL_9_OKf Vi0/edit

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Démographie Extraits d’ouvrages Livres - Littérature Société Philosophie Société Fiscalité Religions Islam Christianisme Environnement
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération