• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Collectif contre les déchets nucléaires

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 01/03/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 1 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Fédération Grand-Est STOP déchets nucléaires 
    BP 17 - 52101 SAINT DIZIER Cedex - FRANCE
    portail internet spécifique en gestation 
    _____________________
     
    COMMUNIQUE
    Jeudi 13 Août
    _____________________
    Déchets nucléaires :
    la machine à enfouir grippée
    par les populations qui ne s’en laissent plus conter
     
     
    C’est officiel, le processus est grippé. Auxon et Pars-lès-Chavanges, toutes deux dans le département de l’Aube (Champagne-Ardenne), ont retiré leur candidature. L’affaire devait pourtant être rondement menée : appâter des communes, en choisir deux ou trois, puis y enfouir sous l’une l’encombrant problème des déchets radioactifs dits ’FAVL’ (faible activité-vie longue). C’était sans compter sur une composante, largement négligée, les populations locales.
     
    Ils peuvent être satisfaits, et fiers d’eux, les habitants concernés par ce projet de poubelle nucléaire souterraine. Complètement ignorés dans le processus ourdi par les pouvoirs publics, ils viennent de démontrer et de manière cinglante qu’un énorme lobby tel que le nucléaire pouvait être contrecarré et qu’il n’y a pas de fatalisme à avoir face à l’inacceptable.
     
    Pourtant soigneusement mises à l’écart de toute information, ces populations ont dans un premier temps réussi à découvrir que leur commune était ciblée par un projet d’enfouissement de déchets radioactifs, et leurs élus majoritairement favorables. Puis elles se sont renseignées de la réalité du dossier, et pas seulement par les documents lénifiants du promoteur Andra (Agence nationale pour les déchets radioactifs). Munies d’arguments solides et inattaquables, elles se fédéraient alors en associations locales et demandaient, exigeaient, de leurs élus une nouvelle délibération pour se retirer de ce funeste projet. Mieux encore, grâce à leurs longues et tenaces démarches, elles soulevaient des questions de fonds : 
     
    « Candidatures », un mot qui cache de curieuses conceptions 
     
    Il se dit ces jours derniers que les retraits de Auxon et Pars-lès-Chavanges ne sont qu’un écueil puisque 3115 communes sont au total candidates. Qui donc a lancé ce -gros-mensonge, et donc à qui profite-t-il ? Et bien NON ! Le chiffre de 3115 correspond en réalité au nombre de communes qui en France (réparties sur 20 départements) ont reçu un appel d’offre de la part de l’Andra. Une « opportunité », leur disait l’agence ; et malgré les belles promesses de celle-ci (innocuité, emplois, argent), seule une petite quarantaine de communes a répondu favorablement, soit seulement un petit 1% des fameuses 3115 !
     
    Et cette quarantaine de communes en question, dont Andra et pouvoirs publics se plaisent à dire qu’elles sont « candidates », qu’est-ce à dire ? Que penser d’un projet, aussi lourd de conséquences, qui n’a été présenté qu’aux élus (conseils municipaux) en occultant toute information aux populations locales ? Comment croire, et comment accepter, qu’une commune se voit « candidate » sur la seule décision de quelques personnes, fussent-elles élues (avec quelles compétences d’ailleurs sur le sujet ?), pour un projet de poubelle nucléaire qui concernerait, de par ses risques, de très vastes territoires et des milliers de générations à venir ? Peut-on se satisfaire d’un tel système « représentatif » qui permet à une poignée d’imposer ses décisions à tous les autres ? Se retrouve-t-on encore dans ce système « démocratique » ou bien touchons-nous là à ses limites, insupportables ? 
     
    Jouer sur les peurs
     
    Ardent dénigreur de ses administrés et autres résistants, le maire d’Auxon les accuse de tous les maux, notamment d’agiter la peur. Est-ce jouer sur la peur que d’informer les citoyens de la complexité à piéger les poisons radioactifs en sous-sol ? Est-ce jouer sur la peur que de questionner sur les contaminations potentielles ? Est-ce jouer sur la peur que de souligner les innombrables transports qui sillonneraient la région retenue ? Le maire en question avait déjà joué le même numéro dans un débat télévisé (1) et lui avait été rétorqué par les associatifs présents que les peurs étaient en fait suscitées par des rapports scientifiques officiels (2). Manifestement, depuis cette époque (décembre 2008) cet élu n’a pas eu le temps de lire ces études, pourtant édifiantes. 
     
    et la suite ?
     
    La Fédération Grand-Est STOP déchets nucléaires :
     
    * reste en alerte et se mettra à la disposition des populations concernées
    * organisera et participera à un maximum d’actions de sensibilisation
    * rendra prochainement public un dossier sur les ’FAVL’ > extrait du sommaire :
    - 3115 communes sélectionnées pour leur géologie : vous êtes sûr ?
    - Florilège de tours de passe-passe d’élus félons
    - ’FAVL’, Bure, Soulaines, Morvilliers, La Hague... : l’impossible gestion des déchets du nucléaire
     
    les ’FAVL’ étant « le déchet nucléaire qui fait déborder la poubelle... et l’exaspération » (3)
     
    Déchets nucléaires : ni en Champagne-Ardenne, ni en Lorraine, ni ailleurs... et surtout ne pas les enfouir !
     
    (1) France 3 Champagne-Ardenne / émission « La voix est libre » / Samedi 6 décembre 2008
    (2) ASN (Autorité de sûreté nucléaire) et CNE (Commission nationale d’évaluation) par exemple
    (3) suivant le titre d’un article tout récemment publié dans la revue du « Réseau sortir du nucléaire » (n° 43 / été 2009 / pages 21-22)

     

LES THEMES DE L'AUTEUR

Info locale Environnement Nucléaire






Palmarès