• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Contadour

Humaniste, je cherche sur le net des raisons d’espérer.
Et si les Lumières étaient dans ces petites étoiles qui, minuscules mais nombreuses, interdisent au ciel de devenir totalement obscur ?
Et si les Lumières étaient dans ces petits bijoux que recèle le net, petites perles d’humanisme qui brillent dans la cyber-purée ?
N’éteignons pas les Lumières !

Tableau de bord

  • Premier article le 11/09/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 3 8
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Contadour 30 juin 2009 12:43

    Il est bien sûr difficile de se prononcer.

    Reste que ce genre d’affaire donne assez généralement lieu à des instructions particulièrement partiales, qui ne peuvent qu’instiller le doute. C’est très regrettable et préjudiciable à la crédibilité de la Police et de la Justice.
    Ce qui est décrit ici est parfaitement crédible et les conditions de l’interpellation sont affreusement banales.

    La mise en garde à vue sans motif sérieux est dénoncée sans cesse par la Ligue des Droits de l’Homme et Amnesty International. De plus en plus, on est sanctionné, de fait, sans vrai jugement (garde à vue, détention provisoire...). Il est malheureux que la Justice se rende ensuite complice de cet état de fait en validant les procédures pour le principe.

    N’hurlons pas au racisme dans cette affaire, c’est trop facile. Rien ne le suggère, ou alors il faudrait convenir que certaines populations doivent être traitées autrement que les autres !

    Mais il est incontestable que les méthodes employées par la Police lors de certaines interpellations en banlieue relèvent davantage du règlement de compte que de l’opération de Police républicaine.

    Cela donne envie de soutenir des luttes telles que :
    - l’abolition du délit d’outrage (à agent ou à magistrat)
    - la présence de la défense à tout moment d’une garde à vue
    - l’enregistrement audio-visuel de tous les interrogatoires, gardes à vue (c’est enfin le cas) et surtout procès (non en vue de diffusion, mais de procès-verbal)
    - création de réelles instances capables de sanctionner les magistrats en cas d’erreurs ou de partialité (indépendantes et non constituées de magistrats)
    - volonté politique ferme et de long terme de modifier la culture professionnelle de la Police et de la Justice, sans laquelle rien ne sera jamais possible.



  • Contadour 30 juin 2009 11:59

    Merci infiniment pour votre article, qui a l’immense mérite d’affronter les évidences pour leur opposer le raisonnement, et le meilleur qui soit.
    Votre argumentation est claire et fine, et vous démontrez effectivement combien il est choquant que l’administration se rende complice des choix que des adultes, fussent-ils leurs parents, imposent à des enfants, tiers pas forcément consentants.
    Normalement, le jeûne du Ramadan ne s’applique pas aux enfants, pour des raisons évidentes liées à la santé des plus jeunes qui sont en pleine croissance. Mais certains veulent aller toujours plus loin, faisant passer leur Dieu avant l’intérêt de leurs propres enfants. Une croyance devrait pourtant être une chose strictement personnelle et surtout jamais imposée aux autres. C’est à cette condition qu’une croyance est respectable.
    L’école se bat pour être un sanctuaire au sein duquel les enfants qui ne souhaiteraient pas spécialement respecter les préceptes religieux ou philosophiques parentaux en sont protégés. C’est un point essentiel du pacte républicain, puisque tout citoyen est protégé par la République, y compris de ses parents s’il le faut.
    Ces manquements à la laïcité par les écoles ne sont pas rares : poisson le vendredi, impossibilité pour l’enfant de changer de menu selon ses souhaits (un petit musulman veut du jambon tel jour), lien fait entre religion et menu (un non-musulman se voit refuser le plat sans porc)...
    Mais quand on pense qu’un formulaire m’a récemment été soumis dans lequel on nous demandait le nom du « chef de famille », on reste rêveur.
    L’éducation nationale est sans doute l’administration dans laquelle les personnels sont le moins encadrés au quotidien (ni même contrôlés), et les dérives sont monnaie courante.
    Par exemple, si un enseignant faisait en cours une propagande quelconque, contrairement à l’interdiction, pour un mouvement politique ou religieux, comment cela pourrait-il être prouvé ?

    Merci encore pour ce joyau de réflexion et de raisonnement, qui sait retourner aux sources pour démonter les évidences qui nous envahissent sournoisement, nous faisant si souvent oublier les fondements de notre société et nos principes essentiels.



  • Contadour 31 août 2007 11:19

    Joli texte lu il y a quelque temps sur un blog. Le vieux a été maire de son village 30 ans et se demande en quoi la gauche est de gauche. Pour un retour aux sources : http://le-blog-de-firmin.blogspot.com/2006/09/tre-de-gauche-quand-mme.html







Palmarès