• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

creditgirl

creditgirl

Intermédiaire en opérations de banque spécialisée dans le restructuration financière des particuliers et des professionnels indépendants qu’il s’agisse de rachat de crédit immobilier, avec ou sans hypothèque, à taux fixe ou révisable, ou de regroupement de crédits à la consommation.

Tableau de bord

  • Premier article le 14/03/2008
  • Modérateur depuis le 28/05/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 13 60
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires


  • creditgirl creditgirl 9 mai 2011 15:55

    Je ne répondrai pas à la question « De qui se moque Madame Lagarde » ? quand je pense au « Comité de préfiguration du fichier positif » institué par sa loi portant réforme du crédit à la consommation du 1er juillet 2010 qui serait censé être un outil de prévention du surendettement ou à l’ouverture des jeux et pari en ligne par une loi adoptée définitivement le 6 avril 2010 ...

    En revanche concernant le crédit renouvelable -accusé de tous les maux- et bien que je suis d’accord avec un surplus de réglementation pour en limiter les excès, je crains qu’il ne serve d’écran de fumée ! Sinon comment expliquer que la distribution de ce crédit soit en réduction sensible depuis deux ans (sans que la loi précitée y soit pour quoi que ce soit) et que, après l’accalmie de 2010, le surendettement soit reparti à la hausse ?


    En vérité, à l’intérieur des dossiers déposés aux commissions de surendettement on trouve de plus en plus de dettes autres que des crédits : factures de téléphonie (mobile), d’énergie, loyers, charges de co-propriété, assurances ...

    C’est l’augmentation du nombre de « travailleurs pauvres », en raison de l’insuffisance des salaires réels du bas de l’échelle, conséquence de cotisations sociales trop élévées, qui explique ces nouveaux cas de surendettement. Certes, ces travailleurs pauvres ont plus souvent recours au crédit renouvelable que les autres en raison de la facilité avec lesquels on les obtient. Ce faux complément de revenus supprimé, que fait-on pour eux ?









  • creditgirl creditgirl 29 mai 2009 13:42

    Je ne ferais pas de commentaires sur les charognards, derniers maillon d’un système conçu à tondre les pauvres au profit des riches.

    Cela dit, c’est vrai que c’est un amont qu’il faut prendre les mesures propres à éviter le risque de surendettement ( passif tout au moins ).

    Je suis la première à dénoncer l’insuffisance du salaire direct des français dû à une politique sociale très coûteuse et, à en juger par ses résultats, pas si efficace que ça. Aucun pays d’un niveau comparable au nôtre n’a voulu de notre modèle social et quand on compare les coûts et les résultats des politiques françaises d’éducation et de santé, pour ne prendre que celles là, avec celles d’autres pays européens notamment, le résultat n’est pas toujours à notre avantage.

    Cependant, ce n’est pas ce ce surendettement là dont je parle. La plupart de mes clients gagnent beaucoup plus que le smic par tête ( pour des raisons faciles à comprendre et qui rejoignent vos idées, les banquiers n’acceptent plus de salaires inférieurs à 1300 € net pour un rachat de crédit ). Je ne vois pas au nom de quel principe de solidarité, ils devraient bénéficier d’un traitement social, c’est à dire bénéficier de la solidarité nationale. Ils sont responsables et solvables. Il leur appartient de se sortir de leur mauvais pas par eux-mêmes.

    Voulez-vous aider les traders imprudents et autres golden boys, les plays boys qui ont perdu leur Ferrari au casino ?

    Si un intervenant a, selon vous, caricaturé les principes du communisme, que dire de celui qui ne verse pas de larmes quand un scteur d’activité est sinistré. Sachez que les IOB ne sont pas des riches et qu’ils emploient de nombreux salariés au niveau national qui apprécieraient tant de sollicitude.

    Pour ma part, je me débrouillerai très bien par moi-même, je ne suis pas de celles et ceux qui vivent aggrippés des quattre pattes aux roberts nourriciers de l’Etat providence et je n’ai nul besoin qu’on me plaigne. Je voulais juste rétablir une contre-vérité : un secteur sinistré ne profite pas de la crise qui est la cause de ses difficultés.

    J’en finis là. Bonne journée à tous.


  • creditgirl creditgirl 29 mai 2009 12:41

    Vous avez le droit de penser ce que vous voulez des banques. Aucune institution humaine n’est parfaite. Dans la crise financière internationale qui frappe le monde entier, les nôtres se sont plutôt bien comportées. Aucun client n’a perdu son épargne ni ses avoirs. Les taux d’intérêts français sont parmi les plus bas. Cela dit, il y a des réformes à faire en matière financière et bancaire.

    Pour ma part, je perçois ce que je considère être une juste rétribution de mon travail qui ne dépasse pas le salaire d’un cadre moyen. Je ne me considère pas comme une « travailleuse sociale » mais comme une prestataire de service qui attache énormément d’importance au dernier terme de la locution.

    La crise ne me réjouis pas et ce n’est pas parceque, contrairement, à ce qu’on voudrait faire croire, elle ne m’enrichit pas. Nombreux sont dans mon entourage proche, familial et amical, qui en souffrent. Contrairement à vous, le malheur des autres ne me réjouis pas. Ce n’est pas du social mais de l’humain, tout simplement.

    Alors, moi aussi je souhaite que des mesures soient prises au niveau international pour que les errements du passé ( peut-on déjà employer ce terme ? ) soient effectivement corrigés.


  • creditgirl creditgirl 29 mai 2009 12:28

    Le candidat à un rachat de crédit bénéficie de la même liberté qu’au moment où il a souscrit les crédits qu’il veut faire consolider et les assurances qui couvrent certains accidents de vie. Il me semble plutôt positif qu’il existe, pour ceux qui se trouvent dans cette situation, une solution en tous points comparables aux causes de leurs difficultés, autrement dit un crédit qui ne s’ajoute pas aux autres mais s’y substitue, le plus souvent à taux moindre, en permettant, grâce à une durée plus longue, d’adapter la mensualité aux nouveaux revenus en laissant un reste à vivre décent à l’emprunteur.*

    Si vous avez une meilleure solution à leur proposer, n’hésitez surtout pas, ils vous en seront très reconnaissant et moi je sais faire autre chose.


  • creditgirl creditgirl 29 mai 2009 12:15

    Bonjour,

    Merci pour votre soutien.

    Il y a des êtres humain qui, comme vous, me réconcilient avec l’humanité !

    Vous avez raison : Que suis-je donc venue faire dans cette galère ?

    Aussi, je romps les chiens et m’en retourne à mon boulot : il y a des gens biens qui ont besoin de moi.

    Cordialement,

    Françoise

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Economie Finances Famille






Palmarès



Agoravox.tv