• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

cristina de gabriac

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • cristina de gabriac 21 mai 2007 01:20

    Pour moderniser le dialogue social, il faudrait déjà que les syndicats soient représentatifs des salariés. Or ce n’est pas le cas. 10% des salariés sont syndiqués. Pourquoi ? Parce que les syndicalistes se positionnent uniquement dans l’opposition aux patrons qui exploitent les salariés. Or actuellement avec la mondialisation et l’internationalisation des acteurs économiques, les problèmes à résoudre dépassent cette confrontation. C’est clair que le golden parachute de M. Forgeard (EADS)lorsque l’entreprise est en difficulté et que les dividendes versés aux salariés actionnaires sont infimes, est indécent.En revanche bloquer des décisions vitales et en débattre devant les tribunaux, parce que syndicats et dirigeants « jouent » à ne pas s’entendre, c’est également indécent.J’ai vécu une expérience de cet ordre.Et tout ceci pour qu’en définitive les syndicalistes se voient recompenser de primes et promotions pour avoir la paix alors que leur présence à leur poste de travail n’est pas évidente/Par ailleurs, souvent dans les réunions de ce ou de cce, leur grande satisfaction consiste à pulvériser les opinions qui différent.Tout ce qui est différent est contre eux.voila une approche un peu limitée. cela explique le désintérêt des salariés à l’égard des syndicats.



  • cristina de gabriac 21 mai 2007 01:17

    Pour moderniser le dialogue social, il faudrait déjà que les syndicats ssoient représentatifs les salariés. Or ce n’est pas le cas. 10% des salariés sont syndiqués. Pourquoi ? Parce que les syndicalistes se positionnent uniquement dans l’opposition aux patrons qui exploitent les salariés. Or actuellement avec la mondialisation et l’internationalisation des acteurs économiques, les problèmes à résoudre dépassent cette confrontation. C’est clair que le golden parachute de M. Forgeard (EADS)lorsque l’entreprise est en difficultés et que les dividendes versés aux salariés actionnaires sont infimes, est indécent.En revanche bloquer des décisions vitales et en débattre devant les tribunaux, parce que syndicats et dirigeants « jouent » à ne pas s’entendre, c’est également indécent.J’ai vécu une expérience de cet ordre.Et tout ceci pour qu’en définitive les syndicalistes se voient recompenser de primes et promotions pour avoir la paix alors que leur présence sur leur poste de travail n’est pas évidente/Par ailleurs, souvent dans les réunions de ce ou de cce, leur grande satisfaction consiste à pulvériser les opinions qui différent.Tout ce qui est différent est contre eux.voila une approche un peu limitée. cela explique les désintérêt des salariés à l’égard des syndicats.



  • cristina de gabriac 21 mai 2007 00:54

    Est il si compliqué de faire comprendre qu’il existe des propositions judicieuses à droite comme à gauche ?Est il si difficle de fonctionner dans la recherche du consensus sans s’abriter nécéssairement derrière un simulacre d’opposition pour se renier ensuite ?Le courage de M. Bayrou est justement de faire progresser cette culture de la discussion et non de l’affrontement qui emprisonne, qui cloisonne.La liberté n’est pas la destruction. Elle se construit courageusement pas à pas , jour après jour , en mettant ensemble les bonnes idées de chacun.Sans pour autant renier son identité.J’ai grande confiance dans le modem.En écoutant les correspondants étrangers de la presse, les idées de M. Bayrou sont raisonnables et viables.Pourquoi la presse en France fait elle preuve d’un si grand scepticisme ?Serait elle encore libre de faire son métier : informer, faire comprendre, témoigner ?Je l’espère.



  • cristina de gabriac 9 mai 2007 00:11

    bonsoir il est effectivement très difficile d’occuper la position de M Bayrou :entre un candidat-président qui n’utilise que des « je deteste ceux qui », (je me réfère au discours sur la repentance)et une candidate plus ou moins libre mais tout à fait mystique, et puis l’attrait pour les fameux « people » ceux qui vont devenir les mistigris de la culture , ceux qui succèdent à malraux ( je me réfère au docs gyneco, joueurs de foot, star ac and co).M. Bayrou appaise mais nous oblige à réfléchir.Qu’il se rassure , il y a encore des personnes qui aiment les idées, la reflexion, le fun, qui travaillent et qui sont malgré tout des purs produits de mai 68 ceux là même que le candidat sarkosy a critiqué parce que peut être trop jeunes d’esprit pour lui et peu enclins à se vautrer dans un yacht alors qu’il y a des émeutes en france. on appelle ça un abandon de poste.C’est bizarre pour quelqu’un qui prône le devoir et le respect. Alors le télés fagocitées par leur audimat, leurs annonceurs, et leur propriétaires, sont obligées de s’incliner. Je suis inquiète par le manque d’indépendance de la presse télé qui privilégie le fretillement, la frénésie à l’Humanisme,l’homogénéisation de la pensée par des concepts simplistes « à l’américaine » comme s’en vantait françois de la brosse sur arte ce soir, à la curiosité et à l’ouverture d’esprit. C’est inquiétant pour une démocratie.Affligeant.Information =chasse aux ragots ?Où est la nouveauté ?eh bien avec monsieur bayrou.on cette respiration, grâce à une vie sans fracas, et en toute discrétion, sans gesticulation inutile.La liberté de penser et d’agir avec toute sa raison. c’est ce qu’il nous offre.







Palmarès