• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cy-real

Cy-real

Citoyen rêveur et curieux de ce monde (et du web), humaniste convaincu, écologiste attentif, optimiste engagé...
34 ans, professeur des écoles.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/03/2006
  • Modérateur depuis le 09/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 13 117
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 1 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires


  • Cy-real Cy-real 9 septembre 2008 18:36

    Non, ce n’est pas une caricature. Marseille est une ville cosmopolite et métissée, mais sur ce que j’en connais, c’est quand même chacun dans son quartier. Tout est beaucoup plus simple dans les quartiers où l’on brasse un peu les populations et où l’on ose le pari de la mixité sociale.


  • Cy-real Cy-real 14 février 2008 09:54

    Pas mieux


  • Cy-real Cy-real 13 février 2008 18:56

    Des anges ?! Venez passer rien qu’une dizaine de minutes dans mon école, à l’heure de la récré... Si mes élèves étaient des anges, je n’écrirai pas des articles exutoires dans lesquels je cherche à comprendre la raison de leur violence, et quelles réponses je dois apporter !!


  • Cy-real Cy-real 13 février 2008 18:16

    @ Ciucilon

    N’ayez crainte, je connais la violence de l’institution scolaire et j’ai déjà rencontré des élèves victimes de "phobie scolaire". Le problème, c’est que les provocateurs et les cruels sont souvent suffisamment assez intelligents pour faire ça en douce... Et non, dans une cour d’école, même avec la plus grande vigilance générale et la plus grande bienveillance pour chacun, on ne voit pas tout... on n’a pas encore inventé le détecteur de souffrance des enfants.

    Vous en avez parlé à votre père ? En parler avec l’enseignant (directement ou par la voix de votre père) aurait été aussi utile. Cela aurait pu aider l’équipe enseignante à prendre en compte votre situation, à sanctionner les responsables, à rencontrer des professionnels et peut-être à atténuer votre angoisse.

    C’est facile de dire "le prof s’en fiche"... c’est très difficile pour l’école d’aider ceux qui ne vous font pas confiance. Mais je moralise, je moralise...


  • Cy-real Cy-real 13 février 2008 17:24

    Votre commentaire est pertinent, ce n’est pas une autre réalité que vous décrivez, c’est bien la même et elle est complexe... C’est vrai, dans mon école, certains gamins disent qu’ils préfèrent être vus comme des voyous que comme des "payots" (fayots). Mais ce ne sont pas vraiment les esprits les plus lumineux... je me demande quels adultes ils deviendront avec ce mode de raisonnement, et à vrai dire je suis moins inquiet pour les "payots". La question que je me pose est : pourquoi les enfants croient-ils encore qu’il vaut mieux être un voyou qu’un payot ?

     

    Je crois qu’il faut d’abord apprendre à se détacher de la réaction du groupe et de la classe.

     

    Sauver la face et venger son honneur ou sa dignité ? La belle affaire ! Ce n’est qu’une question d’orgueil...

     

    En fait, j’essaie d’enseigner aux enfants deux choses :

     

    1 - ignorer les provocations mineures telles que les moqueries ou les insultes, qui sont plus nocives à l’auteur qu’à la cible ("celui qui abaisse, c’est qu’il est bas" disait Montherlant) ;

     

    2 - réagir en conséquence, lorsqu’ils sont menacés, pour protéger leur intégrité, parce qu’ils sont mis en danger... en restant dans le cadre d’une loi qui bannit la violence physique.

     

    Vous dites : "Ne jamais provoquer, ne jamais chercher le conflit, mais s’il est déclenché, alors il qu’il y mette un terme."

     

    Nous sommes d’accord sur la finalité : il faut mettre un terme au conflit déclenché par la provocation. Mais si on règle le conflit par la violence, ne risque-t-on pas l’escalade ? Pour moi, on ne peut pas légitimer l’idée de violence à l’école, en aucun cas. Sinon, on va vers la loi du plus fort... on donne la possibilité au plus fort de provoquer éternellement sans représailles. Et l’idée même de loi (ou de règle, à l’école), dans une justice "éclairée", a justement été établie pour protéger les plus faibles et sortir de la loi de la jungle...







Palmarès