• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cypri1

Cypri1

Provincial à Paris, diplomé d'une école de commerce, travaillant dans une grande entreprise du CAC 40, marié, 3 enfants.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 7 67
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Cypri1 Cypri1 25 octobre 2015 00:51

    Cet absence de connivence peut aussi venir d’un cheminement intellectuel commun. Ils sont tout bêtement arrivés à la même conclusion. 

    On a tellement eu l’habitude d’avoir des intellectuels bien pensant qu’on est surpris que certains sortent du discours unique qui prévaut depuis 20/30 ans. Pourtant c’est, et ça aurait toujours dù être leur rôle ; porter le débat, défendre des positions iconoclastes, alimenter l’agora de discours contradictoires ! Enfin, devrait on dire, la pensée unique est remise en question ! 
    D’ailleurs rien de très nouveau, ils constatent le déclin objectif de notre pays et de sa perte d’influence dans le monde. Pour y remédier ils font référence aux modèles et principes qui s’appliquaient dans notre pays avant 68 (fruit d’au moins deux cents ans d’expérience tout de même). Essentiellement en prônant le retour à l’assimilation et à la réappropriation par chacun du grand roman national. 


  • Cypri1 Cypri1 2 mars 2007 17:29

    Ce qui m’étonne dans ces débats « économiques » c’est que les débats idéologiques écrasent les analyses pragmatiques. On ne peut pas faire toujours comme si on était seul au monde !

    Que je sache on ne peut plus avoir comme modèle une économie fermée de type Corée du Nord (seuls les partis extrêmes font semblant de croire qu’on peut fermer les frontières), on ne peut pas non plus se comparer aux pays riches en matières premières (de type Norvège, Venezuela, Arabie Saoudite..) Effectivement ceux là peuvent se payer le luxe de vivre sans se soucier pour l’instant du reste du monde qui ne sont tout au plus que des clients avides.

    La France doit se comparer à des concurrents telle que l’Allemagne, l’Angleterre, le Japon, les Etats-Unis qui ont tous opté pour l’économie de marché et pour un modèle plus ou moins libéral. On peut aussi rappeler que la France est intégrée dans l’Union Européenne qui en créant un grand marché commun a exacerbé de fait cette compétition avec nos voisins.

    Sans faire de débat idéologique sur les avantages et inconvénients de ce système économique je pense qu’on ne peut objectivement pas en sortir aujourd’hui. On se doit donc d’une part analyser ce que font nos concurrents et d’autre part adapter notre politique économique aux défis qu’ils nous imposent.

    Hors que font nos voisins ? Qu’on soit heureux ou non de cet état de fait, on se doit de constater qu’ils baissent tous leurs prélèvements et en parallèle font tous diminuer le poids de l’Etat pour équilibrer leurs finances.

    Notre pays ne peut pas imaginer continuer à vivre sans tenir compte de cet état de fait ni sans s’adapter à cette situation sous peine de voir les entreprises et les capitaux quitter inexorablement la France malgré nos pathétiques protestations..



  • Cypri1 Cypri1 12 février 2007 16:52

    Bilan de son intervention :

    Les heureux :
    - La vieille garde des militants PS, qui sevrée de débats depuis les primaires voit réintégrer, à leur soulagement, une partie du programme voté l’an dernier. Ils sont en revanche sans doute frustrés de ne pas apparaître en tant qu’initiateurs de ce projet.

    Les déçus :
    - Les militants du PS centristes qui désiraient sans doute qu’elle rénove le parti et son idéologie (ceux qui attendaient plus du Blair que du Fabius).
    - Les sondés de 2006 qui croyaient trouver en SR celle qui allait porter le projet de 3eme voie.
    - Les participants aux débats qui ne se retrouvent pas dans la l’impossible synthèse qu’elle a rendue publique.

    Reste que sur le fond elle a gagné ses paris qui étaient : Gagner les primaires, Imposer 2/3 idées qui lui sont propres, Réussir son grand oral



  • Cypri1 Cypri1 29 janvier 2007 12:00

    Il me semble ses « bourdes » seraient moins manifestes et efficacement utilisées si Mme Royal proposait et défendait un programme pour positionner le débat sur le territoire de ses idées.. Aujourd’hui la vacuité de ses interventions laisse songeur.. Au moins DSK ou Fabius avaient des convictions affichées.



  • Cypri1 Cypri1 28 janvier 2007 11:47

    Je ne comprends pas ton agressivité, je constate au contraire que la droite francaise n’a jamais appliquée le libéralisme (et encore moins l’ultra libéralisme). Les actions de De Gaulle, Pompidou, Giscard, Chirac sont loin de cet ultralibéralisme ! ! Quand à Sarkozy il n’a pas hésité à investir lourdement dans Alstom (société privée pour la relancer), on est très loin du laisser faire économique d’inspiration libéral. Parler des 7 millions de personnes pauvres en France en mettant cela sur le dos du libéralisme me paraît un peu léger voir profondément contestable.. (combien de pauvre en 81 et quel était l’état de la dette ?)

    D’autre part je constate que la gauche au pouvoir a clairement pris ces distances avec son discours officiel et avec les thèses de ses alliés d’extrême gauche (81/84) et/ou avec les Vert. En ne mettant en œuvre depuis qu’une politique de centre gauche tout au plus..

    Je voulais donc simplement constater que puisque on a mis en place l’UE avec droits mais sans frontières, on ne peut pas dissocier notre politique de celles appliquées dans les autres pays de l’Union. Si la tendance chez nos voisins est à la baisse des impots, à la diminution des déficites et donc à la réduction du train de vie de l’état, la France devra en faire de même que ses citoyens et politiques le veuillent ou non.. Les gouvernements ne peuvent plus gérer l’économie par la dette et pas la planche à billets. L’Europe et la banque centrale nous l’interdisent.. Je ne vois comment faire un autre constat.

    Aujourd’hui il reste 2 options pour mener une autre politique économique :
    - Imposer les idées sociales au niveau européen (du genre réer un RMI/SMIC européen, limiter le nombre d’heure de travail..) Hélas pour la gauche ce genre de mesure ne peut pas être voté à défaut de constitution car l’unanimité est nécessaire..
    - Sortir de l’Europe (à nous les gloires de la Corée du Nord)







Palmarès