• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dan51

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 62 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Dan51 3 février 2009 16:54

    L’article commençait pas mal, mais ensuite, les dérives sectaires de l’auteur le discréditent totalement.
    .
    Son monde est binaire et fait de préjugés. Juste "la gauche" est digne d’intérêt - il refuse de voir toutes les magouilles qui ont lieu en son sein, depuis des décennies, les gens qui s’entredéchirent, les autres qui ne vivent que pour leur "mandat électif" au détriment du reste du pays dont ils n’ont RIEN à foutre...
    .
    Il juge ce qu’il appelle le "MoDem" sans le connaître, il voit en lui le descendant de Giscard, alors qu’il se trouve au "Nouveau Centre" dont l’ineffable Hervé Morin est l’exemplaire le plus connu...
    .
    Il refuse de voir que le Mouvement Démocrate est constituté de dizaines de milliers de nouveaux adhérents qui n’ont RIEN à voir avec l’UDF...
    .
    Il a tout simplement zappé deux ans de vie. Triste, triste, tant d’idéologie en une seule personne smiley


  • Dan51 13 décembre 2008 19:46

    Je viens de vérifier sur le net et trouve ces informations :

    L’Office est démantelé par la loi du 8 juillet 1974, avec effet le 31 décembre 1974.

    Il est divisé en sept organismes autonomes :

    Une société nationale de radio :

    Trois sociétés nationales de programme de télévision :

    Trois établissements publics :

    Le siège de l’ORTF devient celui de Radio France et le bâtiment est aujourd’hui appelé Maison de Radio France.

    GIscard a été élu le e 19 mai 1974.

    Alors, Bayrou n’a pas tort... me semble-t-il...

    Tout le reste, c’est du show. Si les Français se laissent berner par le bluff, ils n’ont que les dirigeants qu’ils méritent


  • Dan51 3 novembre 2008 17:00

    Il faudrait tout d’abord définir ce qu’est un VRAI DEMOCRATE...

    Ceux qui habitent dans la région de l’auteur et le connaissent ont de sérieux doutes...

    Les comportements parlent toujours plus fort que les paroles... c’est ce qu’on appelle la communication NON VERBALE.

    Et il faut dire qu’elle est particulièrement "musclée" dans le cas présent.

    Donc, je préfère me référer à ce que dit F. Bayrou en l’occurrence, comme par exemple à la Conférence Nationale des Démocrates, devant plus de 2.000 personnes dont les médias n’ont pas soufflé mot...

    J’y préfère aussi les analyses simples et honnêtes de Robert Rochefort, Responsable du CREDOC, "Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie" qui sont réalistes et de
    Jean-François Kahn
    que l’on ne présente plus ou de Corinne Lepage... bref, des gens sensés, courageux et qui ont fait leurs preuves...

    plutôt que les paroles ci-dessus... non coroborrées par les actes sur le terrain...



  • Dan51 2 juin 2008 22:00

    Votre "affirmation" est nulle car vous l’envoyez ainsi comme une certitude sans RIEN prouver.


  • Dan51 7 février 2008 12:48

    POur ceux qui n’ont pas accès au site "e.soutiens..." voici ce que j’y écrivais :

    La Cour des Comptes donne raison à F. Bayrou dans la vente des autoroutes

    Envoyé par Etoile66 le Mer, 06/02/2008 - 19:02
    Dans les groupes : Presse, Leaders, Mouvement Démocrate

    François Bayrou avait raison : http://www.bayrou.fr/opencms/opencms/media/1presse/bayrou-lefigaro-250705.html
    http://www.bayrou.fr/opencms/opencms/discours/bayrou-conseiletat-030906.html
    http://www.bayrou.fr/opencms/opencms/propositions/autoroutes.html

    Est-ce que quelqu’un sait si le recours qu’il avait déposé devant le Conseil d’Etat a abouti et quel en a été le résultat ?

    La Cour des comptes critique l’Etat actionnaire et la privatisation des sociétés d’autoroutes
    Par Samantha Bordes AP - il y a 16 minutes

    PARIS - L’Etat est un actionnaire qui, parfois, "vend mal et vend des participations pourtant stratégiques". Le rapport annuel de la Cour des comptes, rendu public mardi, relève aussi que la privatisation des sociétés concessionnaires d’autoroutes n’a "pas rapporté autant qu’elle aurait pu" et entraîné des tarifs souvent injustifiés aux péages.

    Cette privatisation a été menée sans "les précautions nécessaires à la protection des usagers en matière de tarifs aient été prises", dénonce la Cour dans son rapport 2007, présenté à la presse par son premier président Philippe Séguin. Résultat : d’après les calculs de la Cour, "bien souvent, trop souvent, l’usager paye plus qu’il ne devrait", déplore-t-il. Le rapport recommande notamment l’instauration d’une procédure de consultation avant fixation des péages et la simplification et la clarification du système.

    Malgré les progrès liés à la création de l’Agence des participations de l’Etat, les experts de la rue Cambon remarquent que l’Etat en tant qu’actionnaire est parfois tenté de vendre pour réduire son déficit, au détriment de ses intérêts à long terme. Il se retrouve "de plus en plus souvent dans une position d’actionnaire minoritaire ce qui affaiblit ses positions", dénonce M. Séguin. C’est l’exemple "symptomatique" d’EADS : "détenteur de 15% du capital, l’Etat s’est montré incapable au premier semestre 2007 d’exercer un contrôle effectif des comptes et des perspectives stratégiques de la société".

    La Cour des comptes chiffre par ailleurs à 20,7 milliards d’euros la "très lourde" facture des "défaisances", ces opérations destinées à sortir des actifs compromis des comptes de sociétés publiques ou privées, comme le Crédit Lyonnais, le Crédit foncier de France, le Comptoir des entrepreneurs et le GAN (Groupe des assurances nationales).

    Actionnaire un peu "schizophrène", l’Etat souffre parfois d’une "myopie coûteuse", selon Philippe Séguin, lorsqu’il s’agit de gérer son patrimoine immobilier, estimé à environ 50 milliards d’euros. Le rapport cite plusieurs opérations immobilières peu rentables, comme la rénovation des bureaux des ministères sociaux, place de Fontenoy dans le VIIe arrondissement de Paris : décidée en 1992, elle "ne sera bouclée au mieux qu’en 2011 et les dépenses auront plus que doublé par rapport aux estimations initiales".

    Pour financer des réalisations nouvelles, l’Etat choisit parfois de faire "construire et financer par un autre" pour lui rembourser ensuite au fur et à mesure les annuités". Des montages dits "innovants" qui entraînent des "surcoûts très importants" pour l’Etat : près de 40 millions d’euros par exemple pour le ministère de l’Intérieur qui a installé son "pôle renseignement" à Levallois-Perret. "On a visiblement oublié que l’Etat peut emprunter à un taux plus bas que les sociétés auxquelles il fait appel", note Philippe Séguin.

    Il arrive aussi parfois que l’Etat vende un bien au prix bas pour le racheter ensuite au prix fort. C’est le cas de l’ancien site de l’Imprimerie nationale dans le XVe arrondissement, cédé pour 85 millions d’euros puis racheté 325 millions d’euros pour le regroupement des services parisiens des Affaires étrangères.

    Dans le cadre de la réforme de l’Etat, la Cour des comptes juge réussie la suppression du service de la redevance audiovisuelle. Mais elle note que sur les 1.400 agents, 400 s’occupent toujours de redevance, 500 sont affectés à des tâches nouvelles et 500 ont été reclassés, autant d’économies en moins sur le budget de l’Etat.

    Et alors que Nicolas Sarkozy vient d’annoncer son intention de supprimer sur la publicité sur France Télévisions, elle relève que la réforme n’a "pas apporté de réponse à la question du financement de l’audiovisuel public". Les ressources augmentent moins vite que les prévisions de dépenses du secteur. "Il y a donc d’ores et déjà un problème qui fait peser un risque de report de la charge sur le budget de l’Etat". AP

    sb/com/mw

    Et voici quelques infos des internautes :

    rejet
    Envoyé par bibifa le Mer, 06/02/2008 - 23:59

     Bonsoir,

    Rejet pour tous les recours de 2006 :

    Ordonnance du juge des référs du 13 mars 2006 - 290719 - M. François BAYROU et pour L’ASSOCIATION DE DÉFENSE DES USAGERS DES AUTOROUTES PUBLIQUES DE FRANCE
    Ordonnance du juge des référs du 13 mars 2006 - 290717 - M. François BAYROU et pour L’ASSOCIATION DE DÉFENSE DES USAGERS DES AUTOROUTES PUBLIQUES DE FRANCE
    Ordonnance du juge des référs du 13 mars 2006 - 291118 - M. François BAYROU et pour L’ASSOCIATION DE DÉFENSE DES USAGERS DES AUTOROUTES PUBLIQUES DE FRANCE

    Cordialement

    Brigitte

    http://sbibif.spaces.live.com

     







Palmarès