Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Daniel Roux

Daniel Roux

Avoir ou être ? Sont-ce les seules alternatives d'une vie ?
 

Tableau de bord

  • Premier article le 23/08/2007
  • Modérateur depuis le 15/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 26 2162 1034
1 mois 0 48 0
5 jours 0 13 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 450 152 298
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0




Derniers commentaires

  • Par Daniel Roux (---.---.---.165) 23 septembre 17:21
    Daniel Roux

    Pour lancer le débat :

    Riche, c’est quand on a plus besoin de travailler, c’est quand on peut vivre confortablement de ses rentes et donc du travail des autres.

    Obtenez 5000€ de rentes par mois et vous êtes riches sauf si vous n’aimez que le caviar, les robinets en or massif et les voitures qui en jettent.

    Il y a des rentiers légitimes : les retraités par exemple et les illégitimes, les héritiers par exemple mais c’est un autre débat.

  • Par Daniel Roux (---.---.---.165) 23 septembre 17:12
    Daniel Roux

    L’argument est intéressant.

    Tout le monde peut créer une entreprise, il suffit d’avoir une bonne idée, un bon produit que les clients veulent avoir. Oui, mais... il y a la concurrence.

    L’UE, par exemple, exige une concurrence loyale et non faussée. C’est sans doute pour cela qu’elle est l’organe central des multinationales, multipliant les normes coûteuses, favorisant les disparités fiscales et le transport routier, instituant la dictature du moins disant fiscal et social, encourageant et finançant les délocalisations dans des pays quasi esclavagistes sans normes écologiques.

    Il y a ce qu’on nomme un « droit d’entrée » hors de portée d’un individu lambda qui réserve une grand partie de l’activité aux multinationales.

    Par exemple, si vous voulez cultiver et vendre des semences ?... stop.. il faut qu’elles soient certifiées et c’est très cher de le faire.

    Heureusement, il y a des activités sans droit d’entrée mais tellement encombrées que les malheureux nouveaux patrons ne feront qu’enrichir les vendeurs de matériels avant de faire faillite à moins qu’ils ne végètent pour un revenu de misère et de grosses heures de travail. Je citerais comme exemple, la sous-traitance de composants pour les grosses entreprises ou le commerce de proximité ou de services.

    Une solution, inventer un produit révolutionnaire auquel personne n’avait pensé avant du genre « gouttières autonettoyantes ». Il suffit ensuite d’obtenir les labels nécessaires et de parcourir la France pour convaincre les couvreurs-zingueurs.. Allez ! Au boulot.

     

  • Par Daniel Roux (---.---.---.165) 23 septembre 15:47
    Daniel Roux

    Re-

    Je n’ai pas mentionné un autre intérêt de l’inflation, c’est l’imposition des plus-values.

    Une inflation de 3% par an sur 20 ans, si elle ne crée pas de plus-value réelle sur un bien immobilier par exemple, crée une plus-value imposable et donc un impôt prélevé sur... une illusion de plus-value.

    Encore une belle arnaque de l’état contre les citoyens.

  • Par Daniel Roux (---.---.---.165) 23 septembre 15:42
    Daniel Roux

    La science économique est affaire de spécialistes et nécessite a minima des statistiques fiables, du travail de compilation de données, des connaissances solides sur l’histoire et les théories, une grande intelligence.

    L’économie est aussi compliquée que la météo tant les paramètres qui sous tendent ses dynamiques sont nombreux et d’importance variable selon l’époque, certains même encore peu étudiés.

    Etant un citoyen lambda, j’ai lu avec intérêt l’article de l’auteur qui est principalement un article de constat teintée d’une critique de bon goût.

    Cependant le citoyen lambda digère mal le silence sur le discours dominant dans les médias dominants sur la déflation supposée pratiquement tous sur le mode : la déflation, c’est mal. Pourquoi ? Parce que cela ne correspond pas au prescription du FMI et des banques centrales. Re pourquoi ? Parce qu’à l’inverse de la déflation, l’inflation permet de contrôler l’évolution du pouvoir d’achat des citoyens, de diminuer la valeur de la dette en € constants, de gonfler la valeur brute du PIB, d’escroquer le citoyen sur ses économies en liquidités.

    En dehors du fait qu’une inflation à 0,5% n’est toujours pas une déflation, que ces 0,5% sont issus de données tordues et d’un panier de biens sévèrement sélectionnés pour lui faire dire ce qu’on le veut qu’il dise, que 80% des ménages subissent une inflation réelle bien supérieure de près de 5% d’après certains économistes, je ne vois pas en quoi maintenir la valeur d’une monnaie fondée sur la confiance serait MAL, bien au contraire, l’inflation organisée ou non est une escroquerie sur la monnaie.

    Les 0,5% de l’inflation officielles ne servent en définitives qu’à justifier les taux très bas des intérêts définis par les banques centrales et servant de base de calcul aux intérêts des obligations souveraines, c’est à dire des emprunts d’état.

    Tout l’équilibre économique des états développés reposent sur cette arnaque et c’est bien là qu’est le danger. Il suffit que les US remonte les taux d’intérêts pour que l’UE (mais pas seulement) explose.

    Est-ce cela qui est à l’origine de l’absurde alignement de Hollande et de l’UE sur la politique criminelle US ? Je ne le sais pas mais cela aurait au moins l’avantage d’être une explication compréhensible.

  • Par Daniel Roux (---.---.---.165) 23 septembre 11:20
    Daniel Roux

    Bonjour Fergus

    Si l’exécutif a besoin d’une loi supplémentaire, il trouvera bien un député pour relayer sa demande.

    La séparation des pouvoirs et le contrôle des élus sont les clés de voute de la démocratie.

    Depuis le temps que des lois sont produites pour réguler la société, nous pourrions nous poser la question de la pertinence de nouvelles.

    Pour paraphraser une fois de plus la célèbre maxime, trop de lois tuent la Loi.







Palmarès



Agoravox.tv