• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

David Fayon

David Fayon

Diplômé de Télécom ParisTech, de l'université Paris VI et de l'IAE de Paris, j'ai débuté ma carrière en 1995 chez Alcatel en tant qu'ingénieur R&D. J'ai développé une triple compétence système d'information/Web, marketing et gestion à travers les postes successifs. Administrateur des postes et des télécoms, je suis à La Poste depuis 2000, d'abord directeur marketing de ColiPoste, puis responsable de l'outil des contrôleurs de gestion à La Poste, je suis actuellement directeur de projets SI au Courrier.
Outre mon activité professionnelle, je mène une activité de veille sur l'informatique et les télécoms, tant sur les évolutions techniques que sur les usages et les comportements sociaux induits.
Membre de Renaissance numérique, je suis auteur dernièrement de « Web 2.0 et au-delà » et « Géopolitique d'Internet », Economica, « Facebook, Twitter et les autres... » et « Réseaux sociaux et entreprise : les bonnes pratiques », Pearson et de nombreux articles dans le domaine. Et webmestre du site L'actualité du Web et du numérique. Je peux être suivi sur Twitter (@fayon).

Tableau de bord

  • Premier article le 22/05/2007
  • Modérateur depuis le 05/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 17 286
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 4 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • David Fayon David Fayon 6 juin 2016 07:32

    Merci Daniel pour cet article qui vient en complément des analyses d’Etienne Chouard. Il est temps d’ubériser le politique même si cela relève plus de l’utopie avec l’establishment qui fait tout pour conserver son pouvoir à des années lumières des intérêts à long terme du pays et de son écosystème.


    Il serait souhaitable que des citoyens éclairés construisent eux-mêmes de façon collaborative la VIe République. Ce serait ça, le changement.

    Dans cet esprti, l’inititative www.laprimaire.org est à saluer. Et j’ai proposé un programme Nouvelle frontière numérique, collaboratif et pour susciter les débats : https://laprimaire.org/candidat/424701974772


  • David Fayon David Fayon 4 avril 2012 21:11

    @verseau

    Justement le système proposé  repose, pour chaque citoyen, sur une adresse mél universelle et strictement personnelle avec un espace sécurisé pour la connexion. L’objectif est que l’on puisse s’assurer de l’unicité du parrainage et avoir sa traçabilité. Une correspondance serait faite entre l’adresse mél universelle du citoyen et son adresse physique de façon à s’assurer du respect des critères géographiques pour les parrains.

    @paul.ca

    Merci pour ces précisions relatives à la belle province.. smiley

    @mortelune

    Ce n’est pas faux, les intérêts nationaux et des communes ne sont pas nécessairement convergents.

    @tous

    Enfin, ce système des 50 000 signatures d’e-citoyen pourrait être renforcé par une condition supplémentaire, disposer de 3 parrainages de parlementaires d’au moins 2 régions différentes. Ceci limiterait le nombre de candidats potentiels voire fantaisistes tout en laissant le débat démocratique ouvert.

    Par rapport à la légitimité des maires, une réflexion IRL est à garder à l’esprit : comment un pays démocratique peut-il supporter que certains élus le soient pendant 30 ans ou plus ? On pourrait imaginer limiter à 3 mandats (voire 2), ce qui fait quand même 18 ans, le fait d’être maire.



  • David Fayon David Fayon 28 mai 2010 19:17
    On est très loin dans les entreprises européennes du modèle de management de Google avec la règle des 80/20 et où le fait de bien se sentir dans une entreprise avec un véritable esprit d’équipe amène à être créatif et se surpasser sans compter ses heures pour le bien de l’employeur. Peut-être allons-nous y tendre, encore faudrait-il que le middle management évangélise le top management, que les partenaires sociaux comprennent qu’une révolution est en train de se vivre avec les réseaux sociaux et les outils du web 2.0 dans l’entreprise. En outre des études montrent que ceux qui surfent plus travaillent plus et peuvent jongler plus facilement sur plusieurs dossiers à la fois. Tout ceci doit alimenter la réflexion tant des entreprises que des salariés eux-mêmes. Et tout est question d’équilibre et de dosage dans les deux sens car un salarié motivé par son travail n’hésitera pas a contrario à travailler à son domicile, voire même ponctuellement en vacances. En tout état de cause, la jurisprudence est loin d’être établie en matière de frontière qui s’étiole entre la vie professionnelle et la vie privée.Bloquer des sites au sein de l’entreprise peut amener à des paradoxes, certains salariés en particulier de la génération Y utilisent leurs smartphones personnelles pour facebooker pendant les horaires de travail. Il appartient aux entreprises de préciser les règles d’usage des nouvelles technologies en général et des réseaux sociaux en particulier, ce qui peut être toléré ou non, les risques associés (virus, divulgation d’informations condifentielles de l’entreprise, etc.).


  • David Fayon David Fayon 19 février 2010 08:30

    @Login,

    En fait avec vos 3 axes (Données, Processus, Interaction) qui évoluent distinctement nous avons non pas 9 mais 3 puissance 3 soit 27 possibilités. Et être Web 2.1.1 ou Web 2.3.2 par exemple complexifie la lecture. Néanmoins je comprends votre logique.

    @Robert,

    Les mesures introduites par la loi LOPPSI 2 n’ont pas que des mauvais aspects. Il ne faut pas non plus tendre vers une big brotherisation de notre société. Le tout est de trouver le juste équilibre entre sécurité et préservation des libertés individuelles de chacun.

    @Traxnada,

    Il existe une définition du Web 2.0. J’en donne une précise dans « Web 2.0 et au-delà ». Elle est résumée en début d’article.



  • David Fayon David Fayon 13 août 2009 19:31

    @Kay,

    J’en conviens, Second Life est un univers virtuel en 3D et son positionnement est très différent du réseau social généraliste qu’est Facebook. Je mentionne simplement en introduction de l’article que cet univers virtuels, qui a aussi des fonctions sociales, a des difficultés, difficultés qui sont inhérentes à ses choix techniques : programme à télécharger avant de pouvoir utiliser l’outil, pas d’utilisation de techniques comme Flash et a contrario des coûts d’infrastructure notamment pour les serveurs onéreux où sont stockées les données, courbe d’apprentissage de l’outil longue.

    Second Life par ses fonctions préfigure ce que seront les univers virtuels de demain à moins qu’il puisse rebondir techniquement. Et comme je l’annonce en début de l’article, sur le Web tout évolue très vite. Et les internautes sont versatiles et peuvent délaisser un outil pour un autre assez rapidement : migration passée de Yahoo à Google pour les recherches, de MySpace à Facebook, etc.







Palmarès