• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

dd31

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • dd31 23 juin 2008 23:25

    Vous avez peut-être raison. Mais commencez déjà par donner les moyens aux parents d’autistes d’éduquer leurs enfants par ces méthodes dont vous critiquez le manque de fondements théoriques.

    Quand on aura sorti les autistes des hôpitaux de jour où ils végètent voire régressent, quand on aura mis fin à la souffrance inutile de ces gens et de leurs familles du fait des errements des psychanalystes qui leur font tant de mal encore aujourd’hui, quand ils seront tous pris en charge par les meilleures techniques connues à ce jour que sont l’ABA et le TEACCH pour leur handicap, quand on aura l’argent pour faire tout celà, alors oui, on pourra se permettre de se poser le genre de questions métaphysiques que vous vous posez.

    L’urgence aujourd’hui est de mettre fin à la maltraitance des autistes. Les grandes théories, on verra après, vous ne croyez pas ?



  • dd31 23 juin 2008 23:20

    Dès qu’on attaque la psychanalyse au sujet de leurs errements sur l’autisme, les réactions sont toujours les mêmes : c’est un retour de balancier excessif au profit des TCC, l’article n’est pas objectif... Mais si ! Il dénonce une réalité que vous ne voulez pas admettre, c’est tout. Le jour où vous aurez un enfant autiste et que vous testerez vos belles théories sur lui sans succès, vous ferez comme vos confrères à qui c’est arrivé : vous l’éduquerez par les TCC parce que ça marche... Et vos confrères vous haïront.

    L’autisme est un trouble envahissant du développement dû à des anomalies neurologiques parfaitement visibles en IRM ou en tomographie, demandez à tout neurologue compétent. Il n’y a que les psychanalystes pour prétendre aujourd’hui que l’origine de l’autisme est inconnue. C’est comme le diabète : on sait ce qui ne fonctionne pas, on sait le corriger plus ou moins selon les patients, et on recherche les causes profondes parmi diverses pistes entre la génétique et l’environnement. Mais ça c’est de la science, pas de la psychanalyse...

    Quant aux psychoses je ne sais pas ce que c’est. Ce que je sais, c’est que la classification CIM-10 ou DSM-IV est bien plus adaptée au diagnostic et au traitement de l’autisme, que l’amalgame aux psychoses fait par la CFTMEA.

    Enlevez vos oeillères. Regardez la vérité en face. C’est difficile pour vous, enferré que vous êtes dans vos belles théories, mais les faits sont têtus. L’ABA et le TEACCH ça marche, la psychanalyse, ça ne marche pas pour l’autisme. Vous avez surement des contre-exemples à me mettre en face, mais ce ne sont que cela : quelques contre-exemples. Montrez-moi une étude sérieuse qui évalue le pourcentage d’autistes dont l’état se soit significativement amélioré avec la psychanalyse et on en reparlera. Pour les TCC, c’est 30% à 50% selon les études... Qui dit mieux ?



  • dd31 23 juin 2008 23:10

    Sur quoi vous fondez-vous pour affirmer péroemptoirement que "les approches par la parole (...) sont également nécessaires" ?

    Comment pouvez-vous envisager une approche par la parole alors que la plupart des autistes ne parlent pas, initialement ?

    Vous lancez de belles paroles, vous parlez de "retour de balancier". Vous n’envisagez même pas une seule seconde l’explication, simple et limpide, suivante : les psychanalystes se sont trompés sur l’autisme !

    Le consensus scientifique maintenant est que l’autisme est un désordre neurologique. C’est un mauvais cablage du cerveau. Chercher un traumatisme à soulager par la parole est illusoire et ne peut pas marcher, puisque ces enfants ne parlent pas au début pour la majorité d’entre eux...

    Mais de toute façon vous refusez l’évidence, comme beaucoup de vos confrères en France. Vous allez continuer encore longtemps de semer vos idées néfastes pour els autistes et leur faire du mal en voulant leur faire du bien, arc-bouté sur vos certitudes inébranlables, aveugle aux résultats concrets et démontrés des TCC que vous rejetez. Vous me faites penser aux médecins de Molière, une bonne saignée ça guérit tout... On en est bien revenu, de cette théorie-là, mais il en a fallu du temps et des souffrances...

    J’en connais, moi, des familles a qui on a asséné que l’état de leur fils était de la faute de la mère. J’y ai heureusement échappé. Mon fils à moi est éduqué dans une de ces structures fondées par des parents et animée par des psychologues compétents. Les résultats sont là... Et ils sont là pour tous les enfants (quelques dizaines seulement hélas) qui ont pu y trouver leur place.

    Mais quand donc ouvrirez-vous les yeux ?







Palmarès