• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

deci

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • deci 2 avril 2009 19:30

    Je dois avouer que je tombe sur les fesses en lisant cet article. Alors, voici un article nu de toute référence qui donne la réplique à un précédent article qui lui était étayé par des références scientifiques. Des deux auteurs lequel nous fait un mauvais spectacle ? Madme Mireille MeSquier dans son article n’a pas,il me semble, essayé de démonter que la France était meileur que le Québec loin de là, son article fustige également la France. Ce qu’elle essaye de démontrer c’’est que le Québec n’est pas la terre promise telle que présentée par l’immigration québécoise. Ayant vécu plus de dix ans au Québec, je dois reconnaître que l’article de Madame Mesquier dépeint très bien la réalité "Québec". Il ne s’agit pas de dire que tout est noir au Québec, mais le système est très hostile aux immigrants (non reconnaissance des diplômes étrangers, ascenseur social inxesistant pour les immigrants excepté la catégorie des investisseurs et entrepreneurs.......). La grade majorité d’immigrats que j’ai connu à Montréal lorsque nous étions étudints se sont installés dans d’autres provinces, moi également d’ailleurs pour la simple raison que nous nous sommes rendus compte qu’il était quasiment impossible d’avancer professionnellement. Et dans lautre sens, la minorité restée nous envie car l’écart entre nos positions sociales et nos revenus eest nettement perceptible.
    Que cette triste vérité choque M Fournelle au point de se montrer insultant, montre le manque de recul qu’il a par rapport à cette situation, Mme Mesquier n’a tout de même pas inventé les références qu’elle nous cite et moi, je suis un témoin de cette réalité. Monsieur Fournelle nous attendons des références, il ne s’agit pas de démontrer que la France est moins bonne, mais de prouver que dame Mesquier avait écrit son article sous l’effet d’un tabac quelconque et qu’elle est de mauvaise foi.



  • deci 14 mars 2009 21:33

    Je suis un Guadeloupéen noir et je suis installé au Canada depuis un peu plus de 15 ans. Le titre de votre article et son développement n’ont aucun lien. Vous annoncez "interprétation de la crise en Guadeloupe" et vous nous présentez es prétendues intentions de Domota. Devrions nous comprendre que cette crise est un mouvement pour l’indépendance de la Guadeloupe ? Je désapprouve ce genre d’article tendancieux dont le but est de manipuler less eprits afin de dissimuler les problèmes réels et jeter l’oprobe sur un groupe de personnes. Les guadeloupéens dans leur très grande majorité et vous le savez très bien ne souhaitent pas l’indépendance et vous savez également que Monsieur Domota est concient qu’il ne peut en aucune manière faire changer d’avis au peuple guadeloupéen. arrêtez donc de nous enfumer avec cette affaire d’indépendance et parlez nous des véritables probèmes économiques et sociaux qui se posent à la Guadeloupe.
    Je condamne également le slogan "la Guadeloupe c’est à nous et pas à eux". Le descendant d’esclaves, le béké et l’indien pour ma part sont tous des guadeloupéens à part entière, de même que le z’oreil venu de métropole et désirant vivre en Guadeloupe ne doit pas être considéré comme un étranger, nous sommes tous français et aucune excusion ne devrait exister entre français quelque soit l’origine.
    Cette crise traduit un malaise économique certes mais aussi et surtout un profond mal-être social et ça vous n’en parlez point, vous vous contentez juste de mettre en évidence le slogan "la Guadeloupe c’est à nous et pas à eux". Pourquoi ne dénoncez vous pas aussi le racisme des Békés ? Pouvez vous m’expliquez pourquoi les békés ne se mélangent pas aux autres populations ? pourquoi lorsqu’un béké épouse une noire, il est exclu du clan béké ? pourquoi jamais en Guadeloupe il n’a été célébré de mariage entre un noir et une béké ? Pouvez vous me parler d’une grande histoire d’amitié entre un noir et un béké ou entre une famille béké et une famille noire ? Dites moi dnc pourtant les relations entre noirs et "z’oreils" ne sont pas pareils ?
    A mon avis, tant que le sectarisme des békés existera, les populations noires garderont le sentiment dêtre encore considérées comme des esclaves. Je n’essaie pas de justifier les slogans entendus lors de la grève. Je ne condamne non plus les békés dans l’absolu ; autant les noirs sont marqués par leur passé d’esclaves autant les békés ont conservé cette image du "noir esclave" et ils ont malheureusement érigé des barrières entre eux et les autres populations pour "se protéger" de ces descendants d’esclaves.



  • deci 2 janvier 2008 20:33

    Chapeau pour cet article, pourquoi n’entendons nous pas de commentaires d’une telle pertinence dans les propos du PS ? Je suis presque heureux d’avoir lu une bonne partie des réactions, je commençais sérieusement à désespérer, Dieu merci il existe encore du bon sens en France. NS et son équipe n’arrêtent pas de soutenir des idées farfelues et du côté de l’oposition et des médias pas de réplique, rien, le vide. Je réalise sur Agoravox que les français ont encore assez dintelligence et surtout savent argumenter et documenter leurs positions. Jour après jour la sarkomachine avance et nous sommes incapables de la stopper, de lire vos commentaires me consolent. Merci pour ces réactions de qualité.



  • deci 31 décembre 2007 18:54

    Les posts de certaines personnes à cet article m’obligent à réagir, ce que je ne fais pas d’habitude, me contentant juste de lire. Je félicite l’auteur de cet article pour la justesse de son argumentataion et certains paralèlles dressés. Evidemment certains sont indignés, normal, car cet article est très philosophique. Il met à nu la méthode Sarkozy : l’utilisation systématique d’arguments pernicieux pour justifier des ignominies, des aberrations. Il m’arrive quelquefois de dem me demander où sont passés les intellos de notre pays pour dénoncer cette perversion de la pensée qui consiste, grace à la confiscation des médias, de faire passer aux yeux de tous les français des prunes pour du caviar. Tout et je dis bien tout, dans la façon de faire de NS relève de la démagogie et je déteste cette façon de faire toujours des comparaisons avec ses prédécesseurs.







Palmarès