• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Domja

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Domja 16 août 2009 12:19

    Excellente intervention !


    Etant un homme curieux de la sexualité féminine -dans un sens positif et respectueux- je pense depuis quelques années que la richesse de la sexualité féminine fait peur aux hommes.

    Peut être pour des raisons sociales, peut être pour des raisons physiologiques, la peur que l’homme peut ressentir devant cette complexité mystérieuse l’a poussé de tout temps à simplifier et à ramener à lui la sexulaité féminine.

    Ne pas comprendre la sexualité de la femme, celle dont il a besoin pour ’s’exciter’ et pour jouir vraiment, devrait simplement être un motif de curiosité et d’excitation ’saine’. Mais façe aux pressions sociales et autres, peut aussi devenir -et est devenu depuis des lustres- très anxiogène. Du coup, une sexualité masculinisée est une très bonne réponse : plus de question à se poser.

    L’Homme moderne doit en effet passer par un stade un peu angoissant, il doit apprendre la complexité de la sexualité féminine et accepter ses propre limitations par rapport à l’hégémonie qu’il a eu l’habitude d’avoir en tête, afin de finalement progresser vers un bel équilibre. La sexualité féminine n’est pas plus puissante que la sexualité masculine, elle a aussi ses faiblesses, ses difficultés ; aucune vraie raison d’avoir peur de ne plus être à la hauteur. Mais c’est un état d’esprit qui demande du temps, de l’ouverture et de l’humanité à nous les hommes, qui étrangement en manquont singulièrement.



  • Domja 31 juillet 2009 02:20

    Absolument d’accord avec Michel Maugis...


    Quel effet de style ! Cet article n’est qu’un ’article’ totalement partial, loin, très loin, à des années lumière d’un quelconque combat politique.

    Ok pour la dent contre Sarkosy, encore que au moins lui il se tente les réformes que tout le monde à bien gentillement évité, y compris Chirac.

    Mais il faut alors annoncer honnêtement la couleur : ’Coup de gueule’ ou mieux encore ’Diatribe...’ Et ne pas annoncer un ’combat politique’.







Palmarès