• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

doudou13010



Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • doudou13010 5 juillet 2008 07:50

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand merci à tous ceux qui ont alimenté (sic) cette file passionnant tant par la qualité et la pertinence des idées que par la tolérance des intervenants. Bravo à Monsieur Forest mais aussi à ses débateurs.
    En un mot, je me suis régalé (re sic) de cette lecture, au point de m’inscrire de bon matin sur AV et d’y aller de mon petit caillou additionnel.
    J’adhère à un bon 80% à l’article de Forest et ressentait depuis quelques mois le besoin d’une analyse non partisane des événements qui nous touchent tous dans notre quotidien et nous font craindre pour notre avenir et celui de nos enfants.
    En tant que béotien, je me permettrai seulement quelques réflexions :
    1/ sur l’inflation : oui il y a inflation réélle. Si elle ne touche pas tous les produits, c’est simplement que pour les produits manufacturés, dont le meilleur exemple est le textile, l’occident a annihilé l’inflation existante par les délocalisations successives (italie, puis maroc, maurice, chine) afin de compenser la hausse des matières par la baisse de la main d’oeuvre. D’une manière générale, on a touché les limites de l’augmentation de la productivité par la mécanisation et le besoin s’est fait sentir de trouver des néo esclaves. Et, bien sur, avec les revendications légitimes de ceux-ci aux fruits de la richesse qu’ils ont créée, il a fallu aller les chercher de plus en plus loin. Il semblerait qu’on atteigne aujourd’hui la limite avec les chinois et c’est là un des moteurs de l’inflation.
    2/ sur la spéculation : là Monsieur Forest, c’est bien le seul passage de votre texte auquel je n’adhère pas. Il y a bien spéculation sur les matières premières et pas seulement placement lucratif. En effet, un placement suppose qu’on achète par avance une marchandise pour la stocker dans l’espoir que son prix augmente. On est loin de cette démarche aujourd’hui puisque ce sont exclusivement ou presque des contrats futures et des produits dérivés qui font les cours, notamment du pétrole,
    Il y a bien transfert de la part de ceux qui hier jouaient sur les produits dérivés subprimes ou bourse vers les MP. Le marché libre du pétrole permet d’acheter des contrats avec 6% de couverture (bel effet de levier) et le nombre de contrats négociés a explosé depuis 2 ans alors que la consommation augmentait de manière raisonnable. On a seulement transféré la bulle immobiliere dans une bulle pétrolière.
    La, si ça ne concernait que le pétrole, on aurait enfin trouvé par l’économie le moyen de sauver la planète et finalement, le mal engendredrait un bienfait.
    Malheureusement, cette spéculation joue aussi sur les produits alimentaires et comme d’hab, ce sont les plus pauvres qui en souffriront le plus, avant de revenir à une économie vivrière.

    Sans aucun considération politique, il semble que dès lors on s’achemine vers une fin de cycle à la Marx pour notre vieillissant capitalisme libéral mondialisateur puisque les échanges, dont il tire sa richesse, ne pourront que regresser.

    Son avidité le tue : il est impossible de tirer 15% de rendement de manière perenne de quelque placement que ce soit, la poule aux oeufs d’or se meurt d’épuisement.

    Nos concitoyens, malgré les ultimes tentatives d’abrutissement télévisuel, semblent prendre conscience collectivement du changement qui approche : les vacances vertes en famille remplacent de plus en plus les grandes migrations en HLM hoteliers des pays lointains, les hypermarchés de périphérie se vident de leurs clients, les autoroutes se décongestionnent lentement.

    Ce n’est pas un rêve mais des observations au quotidien depuis quelques mois dans la région de Marseille, petit microcosme dans lequel les variations sont certainement plus visibles qu’à Paris.









Palmarès