• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

Alain Dussort

Vidéaste et documentariste sur des sujets sociaux, échanges de savoirs (écoconstruction, agriculture, etc.)
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 10 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Articles de cet auteur

Classer les articles par : Chronologie Les plus lus Les plus commentés

Derniers commentaires

  • Par Alain Dussort (---.---.7.224) 29 septembre 2010 08:24
    Alain Dussort

    Pour sortir de l’impérialisme du politique

    Il faut se baser sur ce qui existe. Ce qui existe en France de tout à fait particulier c’est la tradition sociale des Etats généraux. Il y en a dans tous les secteurs et dans tous les domaines. Les derniers en date qui ont eu quelque échos sont ceux sur les prisons et sur la recherche. Evidemment, les pouvoirs en organisent également de façon partielle et sectaire.

    Les Etats Généraux se réunissent quand il y a des problèmes sérieux qui restent irrésolus.Depuis dix ans il y en a au moins deux fois par mois. S’ils bénéficiaient d’un peu d’argent public, ils pourraient se préparer plus sérieusement en référençant tous les intéressés de tel ou tel secteur, y compris évidemment les usagers et les chômeurs qui cherchent une activité dans tel ou tel secteur, diplômés ou non, car ces états devront aborder la question de la formation.

    Reprenant les traditions électives de l’époque médiéval, Philippe le Bel les constitua en 1302 pour contrer l’hégémonie du pape Boniface VIII ( c’était les prémisses).

    Cette veine devrait être rétablie pour tenter de contrer l’hégémonie du marché et de la mal nommée mondialisation.

    Nos moyens techniques de communications devraient nous permettre d’inscrire dans leurs fonctionnements une première loi essentielle : la transparence. Obligation d’enregistrer toute doléance et obligation de ne rien cacher de tel ou tel problème. Comme par exemple dans l’agro industrie pour la mise en place de nouveaux produits (ex les OGM).
    La méthodologie n’est pas très compliquée à mettre en place. Il y a forcément des arbitrages à trouver.

    Les états de tel ou tel secteur doivent ensuite créer d’autres états interpénétrés (la recherche, l’industrie, la formation : et encore cela se démultiplie). L’individu, le groupe social ne sont plus noyés dans la masse mais participent à l’élaboration de leurs propres régulations en fonction de leurs besoins. Une assemblée des états est mandatée temporairement sous contrôle des états précédents avec des suivis de surveillance.

    Quelques idées en vrac, car il est bien inutile de vouloir théoriser un fonctionnement qui ne peut qu’être élaborer petit à petit par le plus grand nombre dans la pratique.

    Dans la mesure ou chaque état est correctement établi et produit des travaux largement partagés : il fait autorité. Dans le sens premier d’autorité, c’est à dire quand un individu ou un groupe à quelque chose à apprendre à un tiers. C’est une autorité dialectique qui se combine avec les autres, qui ne peut être permanente et qui fait société.

    La tradition des luttes sociales doit se retrouver dans ces états et, si l’état d’esprit évolue, ces luttes seraient plus efficaces. Comment intégrer les syndicats dans ce processus ? Il y aura à l’évidence des doubles casquettes, mais le syndicaliste y trouvera certainement ses marques sans son étiquette, le patron une perspective à sa raison sociale. Malheureusement, la lutte de classe virilisée dans la tradition française a trop souvent oublié dans son expression, que c’est d’abord la classe des « possédants » qui a lutté contre les « non possédants » pour organiser ses industries et ses finances.

    Aujourd’hui ils triomphent.

    Aujourd’hui, cela n’a aucun sens que des listes prétendument «  alternatives » se constituent sans remettre fondamentalement en cause le système électif.

    On peut envisager que dans vingt ans, il y ait un début de changement dans la mentalité de la délégation de pouvoir. Un renforcement de l’individualisme va conduire à un rejet de toutes les choses que l’on nous impose ....

  • Par Alain Dussort (---.---.6.254) 25 juin 2010 08:30
    Alain Dussort

    Vous oubliez, également ceux qui sont privés des droits civiques pénalement pour cinq ou dix anx : environ un million de personnes ?
    Tant que l’on aura des « Elus » et pas des mandataires temporaires, tant que la démocratie sera une délégation de pouvoirs permanente sans contrepartie. On pourra toujours faire de l’arithmétique - même en instituant un vote négatif qui annule un vote positif pour tel ou tel - sur des blogs jusqu’en 3027.

  • Par Alain Dussort (---.---.7.184) 22 juin 2010 08:53
    Alain Dussort

    « On nous prend pour des cons »
    Non nous sommes cons. Cons car on a des élus et pas des mandataires. Cons car nous déléguons notre pouvoir en permanence sans contreparties. Cons car on cherche toujours des sortes de sauveurs pour faire des choses à notre place.
    Les partis c’est toujours la division. Plus de partis, revenons à la tradition sociale française des Etats généraux et à une monnaie distributive et non à un capitalisme de dettes.
    voir sites chez catharsis productions ou La grande relève

  • Par Alain Dussort (---.---.6.161) 16 juin 2010 08:38
    Alain Dussort

    Une question de cycle et de mode sans doute. Mais cela reste un très bon outil de connaissance. Ceux qui disent que l on trouve tout et n importe quoi oublient que c était et c est pareil pour les bibliothéques.

  • Par Alain Dussort (---.---.6.161) 16 juin 2010 07:24
    Alain Dussort

    Virtuelle ou dématérialisée ? je ne confonds pas c’est cet ensemble qui est confondant.
    La réflexion sur la nature de la monnaie n’est pas assez poussée. La pédagogie du journal « La grande relève » sur l’économie distributive est intéressante mais insuffisante car même avec les sites du net il n’y a pas assez de discussions entre différentes « écoles ».
    La libre pensée critique et désintéressée n’est-elle que virtuelle où s’est-elle dématérialisée ?

LES THEMES DE L'AUTEUR

Citoyenneté Citoyenneté Economie
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération