• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dyur

Archiviste-documentaliste
Maîtrise d’Histoire
DESS métier des Archives

Tableau de bord

  • Premier article le 16/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 1 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Dyur 19 août 2008 00:21

    fifilafiloche je vous remercie tout d’abord pour votre compliment.

    En ce qui concerne la contradiction que vous observez sur les nationalismes, je pense qu’elle n’est qu’apparente surtout vu de l’Occident lointain.
    Pour prendre le cas de l’Ukraine, les véritables nationalistes étaient justement au pouvoir, avec le soutien de Poutine, avant la fameuse révolution Orange. Leur principal argument est d’ailleurs d’accuser l’actuel président Iouchtchenko de vendre les intérêts ukrainiens aux Américains et aux Européens. Ainsi l’ancienne membre de l’opposition "orange" Ioulia Timochenko vient-elle de se rapprocher du président russe Medvedev (Cf. http://www.romandie.com/ats/news/080818123356.6eo2uamj.asp ). Il faut bien penser que la Révolution Orange n’a pas été un raz-de-marée populaire. Les Ukrainiens n’attendaient pas après le soutien politique des occidentaux pour voter. Cette "révolution" s’est construite sur fond de contentieux électoral pour des fraudes électorales massives organisées par le pouvoir pro-Russe de l’époque. Cette révolution a surtout fait apparaitre une fracture entre les campagnes profondément slaves, nationalistes, et proche des partis conservateurs pro-russes et les grandes villes qui sont pour l’instant les seules à profiter du début d’ouverture intellectuel et du décollage économique dont les Etats-Unis est le lointain modèle. Comme en 1789 chez nous, la "révolution orange" a été une révolution des villes pour ne pas dire de la capitale (Kiev/Paris), une révolution "bourgeoise". 

    Le Caucase ne fait pas apparaitre non plus de luttes à proprement parlé nationalistes à mon avis. Simplement, les conflits auxquels nous assistont proviennent d’une tentative de peuples de protéger ou d’acquérir leur autonomie. Ces petites nations sont faibles et ont besoin du commerce pour s’en sortir économiquement. Les Ossètes et les Abkhazes se sont révoltés le jour où la Géorgie leur a retiré les prérogatives autonomistes qu’ils avaient du temps de l’URSS. Et la simple lecture d’une carte nous montre que le transite des énergies fossiles requièrent qu’une police, une force de maintien de la paix assure le calme nécessaire à ce transite vital pour l’économie mondiale. La Russie se bat aujourd’hui pour obtenir de manière nette et définitive ce pouvoir de police dans cette partie du monde. Il faut bien voir que la guerre ne lui apporte pas grand chose. La Russie est avant tout une nation qui vend du gaz et du pétrole et elle a besoin que les occidentaux soient ses clients de la même manière que les occidentaux ont besoin d’acheter ces ressources pour maintenir leur niveau de vie ! 

LES THEMES DE L'AUTEUR

International Crise géorgienne






Palmarès