Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Dzan

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1459 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires

  • Dzan (---.---.---.53) 30 novembre 2014 16:17

    Reçu d’un ami, mais sans me préciser la source

    QUI A PIÉGÉ QUI ?

    Le contexte : samedi 22 novembre, Alain Juppé avait prévu de faire une apparition au meeting de Nicolas Sarkozy à Bordeaux.
    Deux interprétations : la première, celle de 20Minutes « Alain Juppé hué, Nicolas Sarkozy acclamé » et de Metronews « Meeting de Sarkozy à Bordeaux : Juppé hué sur ses terres. »
    « En réalité, les militants bordelais étaient très minoritaires. Pour leur démonstration de force, les réseaux sarkozystes avaient rameuté, à grand renfort d’autocars, de toutes les régions du Grand Ouest, du Pays Basque jusqu’en Bretagne. » …
    La seconde, Nicolas Sarkozy, une fois de plus, dépassé par ses ouailles.
    Rappelons-le, à ce meeting, Sarkozy était « l’hôte » et Juppé «  l’invité ». Par conséquent, l’ex président se devait de « tenir ses troupes » et de leur imposer le respect de son invité.
    Or, pendant que Juppé se « débrouillait » seul au micro ; que faisait Sarkozy ?
    Il s’est recroquevillé sur sa chaise, le visage sombre, les yeux fuyants, ne sachant pas
    quoi faire de ses doigts croisés. En bref, il était visiblement embarrassé limite tétanisé.
    Ce n’est qu’après coup, que le prétendu leader a repris le micro pour y tenter une, très oiseuse, « récupération » de l’incident : «  Avoir un homme de la qualité d’Alain Juppé ; c’est un atout. Ce n’est pas un problème »…
    Conclusion ? Sarkozy : réactivité zéro, courage zéro, leadership zéro et courtoisie zéro. Si Alain Juppé avait voulu démontrer sa «  supériorité » ; il ne s’y serait pas
    pris autrement…

  • Dzan (---.---.---.53) 30 novembre 2014 16:05

    @ Oncle Archibald
    Casque à pointe ?
    Le 21 Octobre 1916 l’as Italien ( allié aux Français) abat un avion Teuton. Le pilote est tué, mais l’observateur, est fait prisonnier.. Il s’appelait Kalman Sarközi de Nagi- Bocsa
    Ref : Au temps des As Editions Ouest France ;

  • Dzan (---.---.---.20) 25 novembre 2014 16:56

    Pour faire quoi ?
    Nous mêler de guerres qui ne nous concernent pas ?
    Ou pour se faire applaudir par le reste de l’europe, qui reste les bras croisés.
    Comme disait un humoriste : Petit ; jette des pavés sur les flics, moi, je monte sur le toit, et je te dis s’il en vient d’autres.

  • Dzan (---.---.---.20) 22 novembre 2014 11:16

    En 1972, je suis allé 3 semaines en RDA.avec mon épouse. j’avais 26 ans
    Je n’était, et ne suis( toujours) pas encarté dans aucun parti politique
    Il s’agissait d’un échange entre la CGT et la FDGB. Nous étions 120 garçons et filles

    « on » m’avait dit ( pas la Cgt) : N’emporte pas d’appareil photo, tu ne pourras pas t’en servir.
    J’ai fait 350 diapos, y compris de vopos.
    A cette époque, les Allemands de l’Est avaient environ 5 à 6 ans de retard sur nous.Mais en France, il y avait des bidonvilles autour de Paris.
    C’était sous Pompidou qui avait amnistié Touvier

    Nous fûmes reçus à l’Assemblée Nationale, par des gens en pyjama rayé des Camps de la mort, car il faut savoir, que ce sont les communistes Allemands qui « inaugurèrent », ces horreurs.
    Ils nous expliquèrent, ce qu’ils avaient vécu, que à la fin de la guerre, les Russes leurs avaient « pris jusqu’aux manches de pelles »

    Bien sûr, on ne nous a pas expliqué qu’il existait la sinistre Stasi.
    Nous avons constaté que chaque usine avait une crêche où les mamans, posaient leurs petits avant de prendre leur travail.
    Nous avons beaucoup discuté avec de jeunes Allemands qui parlaient le Français. Ils étaient persuadés que les dollars coulaient dans les caniveaux à l’Ouest.
    Quand une usine était prévue de fermer - obsolescence ou autre- le personnel était formé pour un autre travail.
    Il n’y avait pas de taxes sur les disques, sur les livres, enfin tout ce qui était culturel.
    D’ailleurs pour eux la culture française, ses auteurs, ses poètes, ses chanteurs étaient une référence
    Nous avons dansé sur « Pop Corn » qui faisait un tabac.

    Nous avons fait la course en barque sur un lac avec ...des bonnes soeurs
    Nous avons découvert les Traban, et leur nuage de fumée.
    Nous sommes monté dans la tour de Berlin et son resto panoramique, Nous sommes allés à la porte de Brandebourg ; Certains monuments avaient encore les traces d’impacts de balles.
    Bien sûr, nous avons rencontré des gens qui ne souhaitaient qu’une chose, passer à l’Ouest ;
    Bien sûr il y avait parmi nous des gens qui avaient des oeillères « staliniennes », si je puis m’exprimer ainsi
    Nous sommes allé au mur - de la honte côté Ouest, de la paix côté Est- Nous avons vu de nos yeux ce no mans land parcouru par des vopos et des chiens, et de l’autre côté des Américains qui faisaient des bras, ou des doigts d’honneur.

    Avec le recul et ce que nous avons appris par la suite, nous avons été« promenés », mais nous avions rencontré des gens, qui aimaient leur pays, et leur façon de vivre., et je conçois très bien que certains anciens aient la nostalgie.

  • Dzan (---.---.---.20) 22 novembre 2014 10:42

    Quel syndicat agricole ?
    Le même qui martyrise des ragondins ?

    Bravo Monsieur pour ce que vous avez fait.







Palmarès



Agoravox.tv