• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ecométa

Ecométa

Entre autre chose, notamment une expérience bancaire, j’ai vécu au cœur de la mondialisation financière, j’ai également compétence en matière de mise en place de système « qualité totale » dans les entreprises ; concept passé de mode et qui ne se pratique plus dans cette époque ou l’on préfère jeter plutôt que réparer, remplacer coûtant ! C’est de là qu’est parti toute ma réflexion, de la qualité et d’une impossibilité de pratiquer ce métier de qualiticien, pourtant tellement nécessaire ; de le faire en mon âme et conscience : tout simplement honnêtement ! En fait, les entreprises ne sont pas réellement intéressées par la qualité qui représente un coût : elles sont intéressées uniquement par le financier et la baisse des coûts systématique ! Nous sommes loin du rêve fordien qui voulait que les ouvriers puissent s’acheter les voitures qu’ils fabriquaient ; actuellement, il y a dans le monde des milliards de personnes qui sont incapables de s’acheter ce qu’ils fabriquent ! De revenir sur un concept d’aussi bon sens, sur un tel entendement : est-ce cela le progrès humain ?
 
 
 
Il n’y a que dans notre petite cervelle d’humain rationalo technoscientiste, désireux à la mode cartésienne de se rendre maître et possesseur de la nature, que les choses s’opposent à l’antagonisme. Pourtant, aucune chose, aucun système naturel, ni métaphysique humain, ni même artificiel humain, pas un gêne du vivant, pas même un humain... rien, absolument rien n’existe par lui-même et uniquement pour lui-même ; la politique pour la politique, le politisme, ou politique pure, tout comme l’économie pour l’économie, l’économisme, ou économie pure ; tous ces concepts paroxysmiques n’ont aucun sens, car, le plus naturellement du monde, tout participe, tout collabore : tout s’entretient !
 
 
 
Si au lieu de raisonner en termes exclusivement d’opposition, de compétition, d’antagonisme ; en termes de « dichotomie » sans nul doute vieille résurgence de l’antédiluvienne lutte entre le bien et le mal, voire du plus récent manichéisme, nous raisonnions en terme de complémentarité et d’entretient comme sont naturellement les choses !
 
 
 
Les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, celles bien sûr environnementales, en fait de progrès durable, qui, visiblement intéressent beaucoup de gens, mais également celles sociétales, qui, visiblement, comme par fatalisme intéressent beaucoup moins ; ces difficultés sont de nature bien plus fondamentale que ce que pensent la plupart des gens, surtout que ce pense cette « Elite » en tout genre qui entend nous gouverner ! En fait nous avons développé un savoir en totale négation, même en total mépris de la « Nature » et des états de nature, dont la nature humaine, notamment celle sociétale : comment s’étonner alors de toutes ces difficultés ?
 
 
 
Il n’y a aucun doute : une sérieuse remise en cause épistémologique s’impose !
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 18/02/2008
  • Modérateur depuis le 28/01/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 434 188
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 1 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires


  • Ecométa Ecométa 2 juin 13:35

    Simulons : 1 : une famille avec deux parents, une enfant de 17, un de 15 et un de 10 aura donc 2.8 unité de consommation. Donc on considèrera qu’elle est pauvre si elle touche moins de 2212€ !

    Vous êtes un sophiste et un cynique !

    Les plus pauvres ne sont pas dans cette composition familiale mais dans des familles monoparentales.

    Même dans la famille que vous prenez comme exemple : elle ne doit pas se marrer tous les jours !


  • Ecométa Ecométa 2 mai 18:32

    @JC_Lavau

    Quel prochain ? Pourquoi se sentir ainsi visé ? A vous lire j’en arriverais à apprécier l’ « intelligence artificielle »... plus exactement « l’ingénierie mécaniste » !


  • Ecométa Ecométa 2 mai 18:19

    La « vérité pure scientifique » à la peau dure ! Pourtant, même Descartes, avec sa « morale provisoire » ( chantier resté ouvert), savait que la science ne peut justifier la science, qu’il lui faut quelque chose de supérieur !
     
    Une question se pose : la science et son corollaire la technique, sont-elles sans poser problèmes ? Non, visiblement la science pose autant, voire même plus, de problèmes qu’elle en résout, parfois même définitifs et irrémédiables... mais la science et la technique résoudront elles-même les problèmes qu’elles posent !

     N’y a -t-il pas là comme un véritable cercle vicieux ?

    Il ne s’agit pas d’être contre la science et la technique qui sont utiles et nécessaires à l’humanité, mais simplement de les dominer en termes d’entendements !

    A propos de philosophie, on se croirait revenu au temps des « sophistes et des cyniques » sous l’antiquité ! A l’époque il y avait Socrate, Platon et Aristote qui les combattaient ! De nos jour, en matière de philosophie c’est un vide sidéral : il ne fait aucun doute que le sophiste et le cynisme ont de beaux jours devant-eux  

    De l’humain à l’humanité, puis à l’humanisme et ensuite au transhumanisme : il y a là un vrai problèmes de la sciences pour le « principe d’humanité » ... pour l’humain et l’HUMANITE ! 


  • Ecométa Ecométa 2 mai 17:52

    Pour comprendre la science sépare et divise, assez souvent à l’antagonisme, tout ce qui pourtant participer, collabore, et s’entretient ; de plus la science est manipulatrice dans l’âme !
     
    Une question pour la science : savoir pour quoi faire ? Pour réellement mieux comprendre , en termes d’entendements, de bonne intelligence, ou pour mieux manipuler ?


  • Ecométa Ecométa 17 avril 10:36

    @meslier
    Dans les années trente du siècle dernier l’Allemagne par sa politique a conduit le Deutschemark à la faillite : ferait-elle de même avec l’Euro ? Il ne fait aucun doute que l’Allemagne a parfaitement su jouer sur ses différences de valeur monétaire de l’Euro, ceci, avec tous les pays de la zone euro !







Palmarès