• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Edmond... pas cochon !

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 01/06/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 2 4
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Edmond... pas cochon ! 1er juin 2009 15:38

     

    Dans ce domaine, la gauche et la droite ont le même discours : ils feignent tous de promouvoir l’égalité et laissent se dégrader le système. En insistant sur le rôle éducatif des enseignants, ils déplacent la question et la rendent impossible à traiter. D’ailleurs, dès qu’il y a un problème, les enseignants doivent faire quelque chose : lire la lettre de Guy Môquet, maintenir le souvenir de la Shoah, préparer le code de la route, montrer les dangers du tabac, fouiller les cartables... d’ici peu, il y aura une autre recommandation.

    Instruire et éduquer, ce n’est pas la même chose et vu la formation que l’on donne maintenant aux nouveaux enseignants, la dérive dont je parle va s’accélérer parce que l’éducation de la jeunesse ne peut pas être assurée entièrement par les professeurs, surtout dans une société en crise où l’individualisme est la religion dominante.

     



  • Edmond... pas cochon ! 30 avril 2007 11:49

    Intéressant oui ... mais l’histoire va beaucoup plus lentement que cela, ou alors certains sont trop pressés de voir leurs espoirs aboutir. Le PS n’est pas encore coupé entre les sociaux-démocrates et les crypto-communistes et il n’est pas prêt de l’être. Quand on est à 25% des voix, seul et que tous les petits partis de gauche appellent à voter pour soi, ça ne donne pas envie de couper la branche. Croyez-vous vraiment que pendant un quinquennat Royal, le PS arrive à se scinder ? Il faudrait vraiment qu’elle soit à la tête d’un gouvernement anti-social pour qu’une crise arrive dans le parti. Croyez-vous vraiment que Bayrou va créer un engouement populaire ? Déjà, 90 % de ses députés sont partis à la soupe et je doute que son électorat des présidentielles se retrouve aux législatives. Donc il est peu probable que son Parti suscite des envies de ralliement d’une partie du PS. D’ailleurs, avez-vous entendu parler les fameux Gracques durant cet entre-deux-tours ? Non, ils sont sagement dans la ligne et préfèrent l’oecuménisme victoreux plutôt que la clarification des idées au sein du Parti. C’est dans les moments de crise, en général que l’on est amené à couper les liens. En 2002, le PS ne l’a pas fait, préférant tout mettre sur le dos d’un seul homme qui d’ailleurs a prêté le flanc (si j’ose dire) à une avalanche de coups de bâtons. Après le référendum sur l’Europe, le PS n’a rien fait non plus alors que la contradiction était flagrante entre deux tendances du Parti. Et si Royal n’est pas élue, croyez-vous vraiment que la clarification aura lieu ? Les partisans de l’union la plus large sont les plus nombreux, quitte à promettre ce que la situation économique ne peut pas donner. Il y a un espoir cependant : quand la classe ouvrière votera définitivement Le Pen ou Sarkozy et que les petits partis de gauche ne dépasseront pas les 5%, alors le PS pourra faire le deuil de ses illusions de révolution prolétarienne et évouluer vers un centre-droit. On sera alors dans une situation à l’américaine avec une droite dure (Sarkozy = Bush) et une droite démocrate (Bayrou = Royal = Clinton). Petit à petit, Sarkozy nous y amènera. Qui voit la vie en rose ?

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société






Palmarès