• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Efèl

Habitant du "Pays Noir" pas si noir qu’on le dit.

Tableau de bord

  • Premier article le 17/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4 25
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Efèl 4 novembre 2013 21:06

    Merci pour cette interprétation intéressante du système nucléaire.
    L’accord de principe entre Britanniques et Français est à relativiser. Il y a fort à parier que le client et le contribuable (Britannique et Français) feront partie du financement de ce projet gigantesque (18,9 milliards d’euros à la première estimation), l’accord prévoyant un prix d’électricité garanti.

    La perception du risque est un point important également. Loin d’être perçu à sa juste mesure, le risque nucléaire n’est pas pris en compte. Les assureurs ne veulent pas (ne peuvent pas) assumer un tel risque et les accidents, quand ils surviennent, sont donc pris en charge par les états.
    La nature a effectivement repris ses droits autour de Tchernobyl, mais l’absence d’odeur, de couleur et d’effets directement visibles rend l’accident nucléaire « pas si grave » pour certains.

    L’Allemagne a pris la décision de sortir du nucléaire et d’investir massivement dans le renouvelable. Certes, elle relance des centrales à charbon et construit de nouvelles centrales à gaz, mais seulement pour une phase de transition. Ces centrales seront, elles, facilement démontables ensuite.

    Il est très difficile de décider un tel changement de cap pour l’état Français, car il a déjà investi énormément dans cette filière. Quel gouvernement oserait arrêter les frais en Finlande et à Flamandville après les milliards dépensés... et pourtant, c’est selon beaucoup, le meilleur choix. Le secteur nucléaire (et la France) se comporte exactement comme un joueur compulsif qui ne peut pas s’empêcher de vouloir « se refaire » quand il a déjà misé une grosse somme. Ou un investisseur ne voulant pas vendre ses titres à perte même si tout porte à croire qu’il va perdre encore plus. Les exemples sont nombreux...

    Allez... courage !



  • Efèl 13 mai 2009 21:34

    @ krolik
    Il se trouve que même si le risque est faible pour les centrales « occidentales »... il existe néanmoins. Pourquoi aucun assureur n’accepte de prendre ce risque ? Peut-être parce qu’il n’est pas si faible qu’« on » le croit.

    L’accident de Forsmark a été classé niveau 2 mais l’écart entre niveau 2 et niveau 6 (voir 7) n’était ici que de quelques minutes (voir quelques secondes). Il faudra peut-être revoir l’échelle INES (échelle de classement des incidents) pour plus de clarté.

    Combien d’« Occidentaux  » seront prêts à se sacrifier comme les liquidateurs « Soviets » l’ont fait ? Vous peut-être ? Non ! Ce serait même ces nomades du nucléaire sous-payés qui seront sans doute les premiers à se présenter, héros qu’ils sont en sacrifiant leur santé sur l’autel du business nucléaire.



  • Efèl 9 octobre 2008 17:34

    Effectivement, un peu (beaucoup) de transparence de la part des groupes, lobbys et autres organismes de contrôles (l’AIEA en premier) nous aiderait à y voir plus clair... mais comme vous le dites si bien : "Et pour cause : cette stratégie du mutisme a été choisie à dessein."

    Pour mon opinion sur le sujet, je vous renvoie à cet article :
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=39983



  • Efèl 18 mai 2008 02:03

    "Il y a quelques jours paraissait sur Naturavox un article intitulé : Pour une relance du nucléaire en France,"

    C’est effectivement cet article qui m’a fait prendre la plume (ou plutôt le clavier) pour réagir autrement que par un simple commentaire.

     

    "Il est basé sur l’idée que 1% de la surface du Sahara suffirait à produire l’ensemble de l’électricité dont la planète a besoin"

    Il est illusoire de penser qu’on puisse un jour couvrir ne fusse que 1% du Sahara (soit 90000km2). Après un rapide calcul (peut-être pas le plus fiable), j’en arrive à un investissement de 30000 milliards d’euros !? gloup ! mais les déserts du sud peuvent fournir effectivement une grande quantité d’énergie photovoltaïque ou solaire par concentration (comme le suggère jcm) et grâce à l’interconnection des réseaux. De plus, cela peut être une belle opportunité économique pour les pays du sud.

    La recherche avance, l’hydrolien est une voie à creuser, le solaire à concentration également. D’autres découvertes feront naîtres de nouvelles sources renouvelables (capteurs d’infrarouges, centrales spatiales, que sais-je...) grâce à la recherche.

     

    "Touchée par un séisme dépassant les normes pour lesquelles elle avait été construite"

    Effectivement, on construit des centrales un peu partout en croisant les doigts pour ne pas qu’un séisme ne dépasse la "norme". C’est effectivement consternant d’absurdité.

     

    "Plus d’electricité, c’est la monde entier qui est fichu, detruit, inexistant."

    Il ne s’agit pas, bien entendu, de couper l’électricité, mais de la produire et de l’utiliser plus intelligement.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Environnement Energie Nucléaire






Palmarès