• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elie

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • Elie 13 mai 2010 20:50

    C’est quand même dérangeant...Le mariage du loup et de la chèvre, Mais bon, ce n’est pas le premier « faux pas de deux », contre-nature. Et puis, si de nombreuses personnes originaires de Sivas sont installées à Clermont, quand même, on peut fermer les yeux sur certaines choses. Le Maire a besoin de cet électorat.. Qu’un facho turc soit maire de Sivas, aucun problème. Et puis, les démocrates turcs de Sivas et d’ailleurs on s’en fout. Oui, ces hommes et femmes de Sivas et d’ailleurs en Turquie qui subissent les sales méthodes de ce parti extrémiste. Ils n’ont quà se taire..Le « grand Maire » de la grande ville de Clermont a adoubé le « grand parti démocrate » de Sivas.
    Ca oui le Collectif Van est un vilain petit canard, quelle idée de dénoncer cela......Il n’a rien d’autre à faire ce CollectifVan que de pointer du doigt ces comportements étranges...
    Souvenez-vous du temps où le parti socialiste diabolisait, les élus, et les électeurs de villes où la majorité était Front National.. Les temps ont bien changé..Tout le monde, il est beau, tout le monde, il est fréquentable. Moi, je vous le dis : sale temps pour ceux qui rèvent de justice et de liberté... Oui, vraiment , sale temps pour les vrais militants socialistes.


  • Elie 27 octobre 2009 20:17

    Magnifique. Honnête et très apaisant. On en redemande.


  • Elie 21 octobre 2009 01:02

    Merci Diki, c’est clair, c’est net.

    N’oubliez pas que Mein kampf est un best seller en Turquie. Alors ce que vous décrivez n’est pas surprenant.

    Pauvre Turquie


  • Elie 1er août 2009 11:00

    Vivre dans un pays où la junte militaire régule le quotidien est plutôt troublant.
    Les ergenecons, et autres associations de maffieu, les historiens de pacotille à l’aune d’halacoglu, des pericenk condamnés par la justice( suisse), tous en cheville les uns avec les autres, c’est çà la Turquie et pas autre chose.

    Le peuple turc subit toutes les avanies de ces margoulins qui baisent les mains et les pieds des petits-enfants des assassins « Jeunes turcs ». Des policiers qui s’affichent tout sourire avec Ogun Samast l’assassin du noble Hrant Dink , journaliste d’origine arménienne. La diabolisation d’Orhan Pamuk (Prix Nobel) pour sa prise de position courageuse pour avoir affirmé le génocide d’1500 000 arméniens, les menaces en direction deTaner Akcam, historien, sont le reflet d’une société turque ( en partie) faciste, raciste, criminelle. Et les exemples ne manquent pas.

    Moi, oui je préfère les modérés plutôt que les dégénérés.


  • Elie 30 juillet 2009 14:02

    En attendant petite piqûre de rappel du Collectif Van

    Bonne lecture

    Génocide arménien : un historien israélien condamne sa négation

    Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Une conférence, au cours de laquelle le Dr. Israel Charny était invité à s’exprimer, s’est tenue le 7 mai dernier au Parlement britannique. N’ayant pu se déplacer pour raisons de santé, le Dr. Charny y a fait lire son discours. Israel Charny est une autorité internationalement reconnue de l’holocauste et du génocide arménien. Il est Directeur exécutif de l’Institut de l’Holocauste et du Génocide à Jérusalem, ancien Président de l’Association Internationale des Historiens du Génocide, rédacteur en chef de l’Encyclopédie du Génocide, et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire. Son discours de Londres s’intitulait : « Se confronter au négationnisme du génocide arménien n’est pas uniquement rendre hommage à l’histoire, c’est une position politique cruciale pour faire face aux menaces de notre monde actuel. » Le Collectif VAN vous propose la traduction du témoignage de Harut Sassounian, invité dans le même cadre à s’exprimer, et qui consacre son éditorial du 2 juillet 2009 à l’intervention du Dr. Israel Charny

    Dr. Israel Charny condamne la négation du génocide arménien devant le Parlement britannique

    De Harut Sassounian

    Édité par The California Courier

    Éditorial de Sassounian du 2 juillet 2009

    L’un de mes précédents éditoriaux évoquait la conférence spéciale qui s’est tenue le 7 mai dernier au Parlement britannique, conférence organisée par le Groupe Parlementaire Britannique-Arménien de tous les Partis (BAAPPG). Le Dr. Israel Charny et moi-même étions invités en tant qu’intervenants. J’ai discouru sur le sujet « Le génocide arménien et la quête de justice. » Le Dr. Charny n’avait pas pu venir pour des raisons de santé, cependant, son discours avait été lu par Peter Barker, un ancien présentateur de BBC Radio.

    Le Dr. Charny est une autorité internationalement reconnue sur le sujet de l’holocauste et du génocide arménien. Il est Directeur exécutif de l’Institut de l’Holocauste et du Génocide à Jérusalem, ancien Président de l’Association Internationale des Historiens du Génocide, rédacteur en chef de l’Encyclopédie du Génocide, et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire. Le long discours du Dr. Charny s’intitulait : « Se confronter au négationnisme du génocide arménien n’est pas uniquement rendre hommage à l’histoire, c’est une position politique cruciale pour faire face aux menaces de notre monde actuel. »

    Dans son allocution au Parlement britannique, le Dr. Charny décrivait la conférence sur le génocide arménien à laquelle il avait assisté il y a deux ans à Istanbul. Il avait trouvé « le discours dominant guindé, bloqué et rigide de tant de dénis. » La grande majorité des déclarations étaient "du réchauffé de propagande négationniste turque ; un échec intellectuel fondamental, puisqu’ils n’ont pas mentionné ou ne se sont référés en aucune façon que ce soit à la documentation volumineuse et aux preuves sur le génocide arménien qui font désormais partie de la culture mondiale ; et un grand nombre de diatribes émotionnelles et non des contributions ‘scientifiques’ ou réellement historiques. »

    Le professeur Charny a également rendu hommage à la présentation du Prof. Yair Auron à Istanbul, l’un de ses collègues d’Israël, qui a dit « d’une voix forte et sonore que les Arméniens avaient subi un génocide perpétré par les Turcs. »

    Dans son allocution à Londres, le Dr. Charny a également parlé de « l’échec de l’État d’Israël, mais non des Israéliens, à reconnaître le génocide arménien », exprimant son « profond regret et sa honte » qu’Israël (où il vit) et les États-Unis (où il est né), « aient gravement manqué à leur responsabilité morale envers le peuple arménien. » Il s’est dit « particulièrement blessé et fâché des manquements de mon peuple, alors que nous avons nous aussi connu les pires horreurs ayant été victimes d’un génocide majeur, et par conséquent nous devrions plus que jamais être à vos côtés en tant qu’alliés profondément impliqués en tout aspect, afin de préserver et d’honorer la mémoire du génocide arménien. »

    Le Dr. Charny a annoncé "la bonne nouvelle [que] la lutte pour la reconnaissance, et le respect sincère envers la mémoire du génocide arménien, [était gagnée] à un niveau quotidien dans la culture israélienne. » Il a expliqué très en détails que « toute l’année, il y a des déclarations importantes dans notre culture sur le génocide arménien, y compris de nombreux grands reportages et interviews dans tous nos journaux principaux et à la télévision. Le 24 avril, il y a eu une grande couverture médiatique, par exemple, cette année dans le Roim Olam ou Voir le Monde, un programme d’informations télévisé important ; il existe un séminaire annuel à la Hebrew University de Jérusalem et l’orateur principal cette année était le Prof. James Russell de Harvard. J’avais eu l’honneur d’être l’intervenant principal l’année précédente ainsi qu’un membre influent de la Knesset qui était totalement informé du génocide et totalement lucide quand à l’erreur commise par Israël de ne pas le reconnaître ; et il y a bien sûr la commémoration annuelle de la communauté arménienne — c’est là que les deux ministres ont annoncé dans le passé leur reconnaissance du génocide arménien. Lors d’une période bien trop brève, nous avons eu aussi deux ministres du gouvernement israélien qui ont officiellement reconnu le génocide, et bien que les gouvernements en question aient rapidement désavoué les déclarations des ministres comme étant d’ordre privé, et qu’ils ne s’exprimaient pas au nom de l’État, le fait que ces deux ministres ont honoré le génocide arménien au nom de l’État d’Israël ne peut être effacé. J’aimerais dire que, tant l’Israélien de la rue, que les historiens professionnels de l’holocauste, tels que le Professeur Yehuda Bauer - peut-être l’historien le plus qualifié sur l’holocauste à Yad Vashem -, sont fondamentalement compréhensifs et engagés pour rendre hommage au génocide arménien. Il y a quelques années, quatre d’entre nous, y compris l’un des ex-ministres cités ci-dessus, Yossi Sarid, Prof. Bauer, Prof. Yair Auron, inlassable historien du génocide arménien et de celui de la Shoah et de leur négation, et moi-même, nous nous sommes rendus à Erevan pour déposer une gerbe au Mémorial du Génocide Arménien. »

    Comme maintes fois dans le passé, le Dr. Charny a exprimé ses regrets car « malheureusement et honteusement, la force de la pratique politique gouvernementale mène toujours les responsables israéliens à coopérer avec la Turquie dans la négation grossière du génocide arménien. Même le pacifiste numéro un pour la paix dans le conflit israélo-palestinien, Shimon Peres, actuel Président d’Israël, qui était alors Ministre des Affaires étrangères, a par deux fois fait de son mieux pour insulter l’histoire et la mémoire du génocide arménien. »

    Dans une lettre cinglante, le Dr. Charny a dit à Peres en 2001 : « Vous avez franchi une frontière morale qu’aucun juif ne devrait se permettre d’outrepasser... En tant que juif et Israélien, j’ai honte de constater l’étendue de votre engagement dans les rangs des négationnistes actuels du génocide arménien, comparable à la négation de l’holocauste."

    En réponse à une seconde dénégation « particulièrement insultante » de Shimon Peres en 2002, le Dr. Charny lui a envoyé l’un de mes articles parus dans The California Courier, avec la note suivante : « Je joins à votre attention, un éditorial de l’un des journaux américano-arméniens les plus importants, appelant l’Arménie à expulser l’ambassadeur d’Israël. Pour votre information, l’auteur de cet éditorial, qui est le directeur du Fonds Arménien Uni aux USA, — comparable à notre Appel Juif Uni — a été pendant des années délégué à la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève. »

    Le Dr. Charny termine ainsi son discours à Londres : "Je suis heureux de pouvoir mettre en valeur que le peuple et la culture, [en Israël] reconnaissent fermement le génocide [arménien] et lui rendent hommage, et ils savent combien ceci est grave et important pour nous et pour le monde entier. » Il a exprimé l’espoir sincère « qu’un jour nous réussirons à changer la position officielle du gouvernement israélien. »







Palmarès