• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emmanuel

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Emmanuel 9 octobre 2007 14:47

    >Si j’ai parlé d’enfants autistes et psychotiques, c’est >parce que j’ai eu en charge trois TED et un psychotique. >De toute façon,la terminologie ne change pas grand chose >au problème. Ce n’est surtout pas ce qui fait avancer les >thérapies ! On est en France encore sous le règne de >Freud et si les sciences cognitives ont apporté un >changement, la question sur les causes de ces troubles >est loin d’être tranchée.

    Et bien si, cela change tout - parce que la terminologie « psychotique » indique clairement que les personnes qui ont diagnostiqué ce gamin se réfèrent à la psychanalyse et aux idées dépassées de B Bettelheim - basée la culpabilisation des parent en faisant des parallèles douteux avec l’état psychologiquee des gens qui ont passé du temps dans les camps de la mort. D’autre ont parlé « d’hospitalisme » se référent a des enfants roumains - dans ce cas si l’autisme était causé par les hopitaux ou des millieu caracteristiques pout accentuer les « carrences affectives » pourquoi caser les enfants en hopitaux de jours au lieu de les scolariser et leur donner la possibilité de socialisation ?

    Le courant psychanalytique n’a aucune compétences en ce qui concerne l’autisme et cela indique aussi que ce même enfant est encore moins chanceux que les 2 autres car si cela tombe il fait partie de ceux qu’on enveloppe dans des draps mouillés à l’eau glacée (derniere therapie en vogue dans certains hopitaux - à fuir).

    La cause n’est pas tranchée sur les causes biologiques précises de l’autisme bien que la recherche aie bien avancé et commence à bien mettre en évidences les causes entre autre génétiques et parfois métaboliques - qu’elles soient héréditaires ou non.

    Il n’y a qu’en France ou il se trouve encore des gens pour parler de psychogenèse de l’autisme. En attendant la France a au bas mot 25 ans de retard en matière d’approches éducative pour les autistes et continue à en parquer un maximum dans les hopitaux. J’en connais quelques un qui ne sont pourtant pas idiots , dont un qui a commencé à parler à 8-9 ans mais qui sait assembler un ordinateur et flasher une carte mémoire, reperer les pannes des composants de son ordinateur mais il sait à peine lire et écrire - il écrit de manière très phonétique.

    J’en connait une autre qui est peintre en lettrage et il pourrait vous endire long sur la manière de travailler des hopitaux. Ni l’un ni l’autre ne sont des surdoués, mais il y a clairement un gachis.

    A vrais dire c’est aussi une affaire de sous, si des gens travaillent à la scolarisation et si possible à réussir l’autonomisation des jeunes autistes - qui plus tard seront des adultes toujours autistes, cela fera des « patients » ou plutôt de l’argent en moins pour les hopitaux de jours.

    Vous parlez de « pathologie graves », mais par exemple il n’y a rien de comparable entre un schyzophrène et un autiste. Vous parlez de pathologie graves en parlant de l’autisme, pour moi il est bien question de handicap.

    La différence entre un handicap et une maladie est assez simple. Le syndrome de Rett par exemple (qui est pourtant classé dasn les TED) peut être considéré comme une maladie à cause de son caractère dégénératif à court comme à long terme.

    Ce qui n’est pas le cas du syndrome de Kanner « classique » ou l’apprentissage continu peut-être envisagé, il a certe un handicap neurologique qui constitue un frein à son développemement - ne connaissant pas l’enfant je ne serais pas capable pas vous dire si il pourra un jours avoir sa petit place dans la société comme certains d’autistes classiques que je connais (et qui ne sont pas des « Asperger »).

    C’est pour cela que la différence entre maladie et handicap est importante - car cela conditionne aussi les gens sur la manière qu’ils ont devoir à long terme l’avenir de l’enfant.

    Je ne connais pas non plus les parents qui ont juré de vous pourrir la vie, mais il n’est pas étonnant que certains parents se « radicalisent » face à l’opacité et « l’apparente » mauvaise volonté du système français - je ne parles pas de vous car j’ai bien lu que vous avez essayé , et fait certains démarches.

    Que l’on ai pas remarqué de compétences particulières chez l’enfant n’est pas étonnant - d’une part il n’en a peut-être pas du tout, d’autre part l’equipe pédagogique n’est pas qualifié suffisamment en ce qui concerne les TED’s.

    L’erreur est humaine, d’une part vous avez le droit de vous planter et c’est encore plus compréhensible si vous êtes « seule » à gérer.



  • Emmanuel 9 octobre 2007 10:18

    >Je tiens bien à préciser que je ne me prononce pas contre l’insertion d’élèves handicapés, mais que je >pose le problème de sa réalisation sans moyens ni compétences supplémentaires.

    Malheureusement tout ce que vous avez écrit ensuite ressemble à un playdoyer pour la déscolarisation des autistes. smiley

    >Mon expérience se limite essentiellement à l’accueil des enfants souffrant de troubles du >développement, autistes ou psychotiques.

    1) On parle de troubles envahissants du dévelopement (TED) - le terme « psychotique » est en réalité une dénomination de la CFTMA qui ne vaut qu’en France smiley - il n’y en a aucune trace dans le CIM (qui est la classification de l’organisation mondiale de la santé - la seule - faisant l’objet du consensus international réel , une autre classification assez reconnue par la communauté scientifique internationale est le DSM IV dont les termes décrivant de manière assez proche du CIM ,l’autisme et les trouble du développement apparenté qui sont nommément le syndrome de Kanner (autisme classique comprenant déjà une grande variété de niveau de handicap du très sévère à une version sans déficience intellectuelle) , ensuite le syndrome d’Asperger un peu mieux connu ces dernières années, le syndrome de Rett et à côté de cela les TED non spécifiés.

    2) Le terme psychotique sous entend psychose, terme de la psychanalyse - cette dernière qui n’a eu de cesse de faire des ravages en empêchant une prise en charge et une éductation efficace et continue dans l’ineptie à proner aujourd’hui des traitements tels que le packing qui consiste à envelopper les jeunes autistes dans des essuies mouillés glacés - on ferait celà un enfant non-autiste cela serait directement qualifié de torture ou de maltraitance. :-0

    >J’ai cru comprendre, dans mes recherches, que les >autistes ont beaucoup de mal à se soumettre à la >rigidité de contraintes imposées dans une collectivité, >ou même dans une famille.

    Et bien vous n’avez pas bien compris, d’abord « avoir du mal de » n’a jamais voulu dire que c’était impossible et si en effet la scolarisation d’un autiste de type « sévère » (mais là en terme de sévèrité tout es relatif), doit se faire avec des conditions spéciales d’encadrement , ce n’est pas le cas de tous. Pour pallier aux problèmes de Luc il y a un programme d’éducation qui s’appelle TEACHH - il ne s’agit pas de « thérapie » car cet enfant n’est pas malade mais a un développement atypique - c’est très important de comprendre cela. La France a mis le place des AVS mais c’est vrais qu’il y a des AVS compétent pour ce qui est de l’autisme et la manière d’aider les enfants avec TED mais ils sont peu.

    Le programme TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication Handicapped Children) est un programme de traitement et d’éducation pour les enfants de tous les âges, atteints d’autisme et de troubles apparentés au développement. Ce progamme est élaboré par Eric Schopler et ses collaborateurs de l’Université de Chapel Hill en Caroline du Nord mais il existe quelques classes TEACCH en France. Ces posiblités existent donc dans d’autres pays mais tardent à être mise en place en France. Pourquoi ? parce que Egalité en France veut dire hélas dans les faits en matière d’éducation formatage et non pas « solidarité ». En fait Egalité en France revient dans les faits à exclure et c’est l’impression que vous donnez de vous en faisant un discours sans évoquer de proposition ou de possibilité pour l’éducation des autistes et pour enfin à terme l’exclure voire pire l’envoyer en hopitaux du jours ou il sera condamné à la régression.

    Les autistes sont à peut près tous à des degrés divers capables d’apprendre ( même Luc ), mais cela nécessite une identification précise de ses forces et faiblesses. Les troubles du comportement qu’à Luc n’est pas le fait de tous les autistes et pas même tous les autistes dits sévères. Il existe encore trop peut d’exemples de collaboration étroite entre des centres de Ressources competants en matière d’autisme mais il y en a :

    http://voircommetoi.multimania.com/

    Seulement voilà, - votre classe n’est pas adaptée, vous n’êtes pas formée, etc... mais cet enfant DOIT être scolarisé - c’est le Droit de cet enfant et c’est le Devoir de votre Pays de mettre en place les moyens nécessaire à son éducation. LA PLACE DE CET ENFANT N’EST PAS A L’HOPITAL.

    Je le répète encore une fois, cet enfant n’est ni psychotique ni malade et ce n’est pas un animal non plus - il a un handicap ça oui et probablement des « sur-handicaps ». Je ne crois pas un instant que vos élèves soit des enfants constamment calmes - c’est trop facile d’établir cette comparaison , mais je vous en tiens pas rigueur sachant que je suis moi même un adulte autiste et qu’avant j’ai été un enfant moins sévèrement handicapé que Luc mais j’ai aussi donné du fil à retordre à mes profs d’école primaire et j’ai aussi un frêre aussi handicapé. Je vois donc cela sous un autre angle.

    Vous me trouvez sans doutes sévère à votre égard, rassurez vous je ne vous met pas en accusation et je comprend même votre « détresse », la faute est bien à l’état qui ne met pas en place les structures adaptées permettant de répondre à l’éxigeance de l’obligation scolaire. La Belgique n’est par exemple certte pas un exempel en tout , mais elle possèdes des établisssement d’enseignement spécial - c’est de l’enseignement - pas du parcage.

    Pour terminer - ce que vos décrivez des troubles de comportement de cet enfant semble bien du d’une part à l’hypersensibilté de son ouie - un problème commun chez les autistes - car les troubes envahissants du développement sont aussi caractérisé par un problème du traitement de l’information, deuxièmement l’hyperactivité et l’épilepsie qui viennent souvent s’ajouter en surhadicap à l’autisme.

    Des sites qui peuvent vous interresser

    http://www.jeteduque.com/

    http://voircommetoi.multimania.com/

    http://www.satedi.org

    http://theandroiddata.multimania.com

    Emmanuël







Palmarès