• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emmanuel C

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Emmanuel C 12 octobre 2007 14:11

    Le titre de l’article est accrocheur, jolie façon de faire un peu de marketing...bravo ! Le reste de l’article est rude, dure à lire et à comprendre car il s’agit d’une juxtaposition de concepts tous plus ou moins universels. Bien sur que penser permet d’entrer en résistance, l’Histoire de l’humanité donne tant d’exemples de résistance par la pensée. L’intellectualisme n’est pas le seul moyen de résister, à toujours opposer les penseurs aux travailleurs, les intellectuels aux petites gens, vous finissez par creuser un fossé dont la société dans laquelle nous vivons n’a pas besoin. Il faut au contraire mutualiser les compétences...on ne fabrique pas des idées sans penseurs, mais on ne peut pas diffuser ces pensées sans imprimer des livres fabriqués par des travailleurs. L’autre écueil, me semble-t-il des penseurs, est qu’ils sont toujours traduits et donc l’essence même de leur discours déformée. La grande qualité humaine est, semble-t-il, celle de pouvoir se faire comprendre de façon universelle, et non pas de se rendre incompréhensible sous prétexte que cela pose le discours comme intellectuel.



  • Emmanuel C 2 octobre 2007 13:26

    L’article est intéressant et le blog à mourir de rire, si si, allez y faire un tour... Mon cher Chat, le modèle allemand n’est plus un modèle...Seuls quelques enfants participent aux fameuses acivités sportives et culturelles proposées, les jeunes allemand(e)s sont pour la plupart dehors ou seuls chez eux les après-midi. Quant au rythme imposé dans les « schüle » il est continu, quand les enfants français font 6-7 heures en une journée, les petits allemands en font autant de 8h à 14h00, sans connaître de pause cantine, ni même de coupure pour rentrer goûter à la bonne nourriture de maman. Je ne connais guère de régime scolaire idéal, certains sont mieux que d’autres certes, mais tous dépendent de la façon dont est organisé le système économique et social de la société dans laquelle ils sont implantés. En d’autres termes, lorsque tel ou tel politique se penche sur les rythmes scolaires, ce ne sont pas les enfants qui sont au centre de la pensée, mais bien l’économique. Il y a bien longtemps que les chronobiologistes, les pédo-psychiâtres se sont penchés sur les rythmes des enfants...ils ont même fait des propositions fortement intéressantes (une journée plus longue ! entrecoupée de moments de calme et d’inactivité intelectuelle, une reprise progressive en fin d’après-midi...) mais qui ne vont pas dans le sens de l’économique...Tout se paye et dans ce cas, la facture est lourde. qui serait prêt à en assumer le poids ?







Palmarès