• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emmanuel Delannoy

Emmanuel Delannoy

Spécialiste en management environnemental et dans la mise en oeuvre de pratiques de développement durable. Animateur du site www.noolithic.com

Tableau de bord

  • Premier article le 22/04/2005
  • Modérateur depuis le 30/05/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 27 8 91
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Emmanuel Delannoy Emmanuel Delannoy 8 septembre 2005 16:23

    Le PNUD publie précisément aujourd’hui le rapport 2005 sur le développement humain.

    Voir le rapport
    Voir le classement des pays


  • Emmanuel Delannoy Emmanuel Delannoy 6 septembre 2005 11:25

    Je vous propose deux sources complémentaires sur ce dossier (Malheureusement dans la langue de Shakespeare) :

    Le site www.greenfacts.org et notamment le dossier relatif au changement climatique :

    Et aussi le site du Worldwatch institute

    Qui titre dans son dernier dossier : « Katrina, les leçons d’une catastrophe non naturelle » :

    Le réchauffement climatique n’est pas seul en cause : La destruction des marais, l’endiguement des fleuves, l’imperméabilisation des sols sont aussi en cause.

    Mais il est troublant de noter, ce que les carotages dans les glaces polaires confirment, la correlation entre le taux de carbone atmosphérique (qui explose depuis la révolution industrielle), et les températures mesurées, ou déduites d’analyses d’éléments isotopiques.

    Bonne reflexion ...


  • Emmanuel Delannoy Emmanuel Delannoy 19 août 2005 13:43

    Et puis c’est très appétissant smiley)


  • Emmanuel Delannoy Emmanuel Delannoy 17 août 2005 14:02

    L’abondance d’articles sur ce sujet sur Agoravox (et sur de nombreux autres sites), me confirme que nous sommes nombreux à partager votre point de vue. La problème n’est pas tant de connaître avec exactitude la date à laquelle le fameux « Peak Oil » sera atteint, mais bien de reconnaître que dès aujourd’hui, la croissance de la demande mondiale, l’instabilité politique des zones ou sont situées une grande partie des réserves mondiales, et les problèmes techniques liées à l’extraction et au transport des énergies fossiles font qu’un petrôle cher, très cher même, est inéluctable à court terme.

    Si nous avions des solution de remplacement, ce serait plutôt une bonne nouvelle. Mais ce n’est pas le cas. Nous sommes « accros » au petrôle, et une augmentation brutale de son coût sera une catastrophe économique et sociale. Mettre en place l’après petrôle aujourd’hui ne relève plus de l’application du principe de précaution mais d’une nécessité absolue. Mais où sont les plans d’actions ? Sommes nous même encore capable de nourrir la population, dans l’hypothèse d’un pétrole à 100 ou 200 dollars ? Quand ont sait à quel point notre agriculture est dépendante du pétrôle ?

    Dans les pays riches au moins, nous avons la capacité de réagir. (Et la responsabilité d’aider les pays moins riches). Mais attendre en espérant que la situation s’arrangera d’elle même, ou parce que « c’est toujours ça de pris », est irresponsable. La démagogie ne suffira pas. Il y a des décisions douloureuses à prendre, et le plus vite sera le mieux.


  • Emmanuel Delannoy Emmanuel Delannoy 16 août 2005 10:19

    Pour être tout à fait honnête, je dois quand même préciser que j’ai deux voitures en ce moment, dont une Panda qui ne roule plus depuis des mois, et dont j’espère pouvoir me débarasser, dès que j’y verrais un peu plus loin dans ma situation professionnelle ; mon but étant de pouvoir continuer comme je le fait actuellement, c’est à dire à me passer de la voiture pour les trajets domicile - travail. Je cherche aussi, et mon épouse et mes enfants avec moi, à limiter les trajets inutiles, et à remplacer les trajets les plus courts par des trajets à pied, en vélo ou en Bus (pour aller à l’école, ou faire des petites course en centre ville).

    Un monde sans voiture n’est pas pour demain (Ouf, dirons certains), mais il y a de la marge pour faire évoluer les comportements et limiter la part de la voiture dans les transports, notamments urbains, sans que personne n’y perde en autonomie et en bien être.

    Je ne suis pas utopiste, au contraire, j’essaie de regarder les choses en face.

    Amicalement,







Palmarès



Agoravox.tv