• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

emmanuel muller

emmanuel muller

Symboliquement Votre.

« Le symbole est un signe concret évoquant, par un rapport naturel, quelque chose d'absent ou d'impossible à percevoir. » (André Lalande)

Tableau de bord

  • Premier article le 16/06/2009
  • Modérateur depuis le 22/09/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 282 221
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 153 75 78
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • emmanuel muller emmanuel muller 16 juin 10:41

    En matière d’écrit internet, tout souligner, c’est comme tout mettre en gras italique, c’est hurler.

    C’est efficace pour se soulager, mais pas pour rendre un sujet audible.

    C’est de l’abus d’engrais sur l’info, donc pas de l’info bio".

     smiley


  • emmanuel muller emmanuel muller 10 juin 10:29

    Intéressant à lire, mais c’est un article d’opinion dans la mesure ou il utilise la forme « j’affirme ».
    Pas top en science. Alors voici une réponse d’opinion sur la forme.

    Je ne remet rien en cause, j’ai pas les compétences, mais j’en ressort avec aucune certitude, aucun fait, aucune date, aucune donnée dont je puisse sereinement faire un acquis.

    Vous voyez, même si c’est un article de pointe, il peut aussi bien détourner l’attention de données existantes et non cité, qu’être l’œuvre d’un mythomane qui veux se donner a lui même une image doctorale.

    En cours d’amphi ça passe, sur internet c’est plus possible. Car même si les compétences y sont, nous autre, lecteurs, on ne peux pas en juger.

    Pire, ce genre d’article fait modèle, et ceux qui n’y connaissent rien a rien ( mettons moi :) ) peuvent utiliser le même ton « docte » pour professer des idées en les faisant passer pour des faits.

    Vous parlez de la façon donc l’information circule ?
    Moi aussi !

    Vous avez envoyé un paquet de données qui imposent de s’interesser à votre CV pour être recevable.

    C’est un protocole inadapté car il nécessite de mobiliser plus de ressources en réception qu’en envoie pour aboutir à une information fiable.

    Que ça ne vous empêche pas de continuer à traiter ce genre de sujet, au contraire, c’est par ce que c’est intéressant que je prends la peine d’expliquer l’obstacle qui se trouve entre ce que vous voulez partager et ce que je peux en recevoir.

    Très bonne continuation.


  • emmanuel muller emmanuel muller 1er juin 09:40

    @epicure

    Et les réponses n’ont de sens que dans une logique politique, car toute réponse n’est qu’un choix. Ces choix peuvent impacter la vie des citoyens en bien ou en mal.
    Sans logique, qui implique des buts et des moyens , il n’y a théoriquement pas de bonne solution.

    Est-ce qu’on en est bien certain de ça ?
    C’est l’objection logique a mon propos, merci pour cette bonne lecture.

    La réponse est dans la partie sur la théorie, sous l’image.

    1- Réflexion sur les solution hors partis, par sujet
    2- Montage des briques compatibles entre elles dans les partis
    3- On ajuste et on recommence, au 1, encore et encore.

    En fait la politique se ferait ENTRE les deux, ENTRE les avis par sujets et les partis.
    Aujourd’hui elle se fait dans les partis par sujet, on ne réfléchis que dans les chapelles.

    Donc je reprend votre exemple pour répondre avec :

    _ Clivage fort sur l’europe entre Hamon et Mélenchon, oui.
    _ Des éléments peuvent ne pas avoir de sens placé dans un programmes d’ensemble, oui.

    (Cohérent ou pas c’est hors sujet pour moi. J’évite le politicien pour rester à l’échelle de la mécanique générale de la politique.)

    Par contre la question sur l’Europe est un bon exemple : est-ce que les positions technique de chaque ne peuvent pas créer des mouvements rien que sur cette question ?

    _ Une partie bras de fer, genre refus de soumission et rapport de force (tendance mélenchon)
    _ Une partie évolution par l’intérieur vers un parlement économique (tendance hamon)

    C’est trop schématique dis comme ça, mais l’important c’est que des mouvements de pensés sur l’europe pourraient se faire par « parties », et ce qui est opposable ou pas pourrait faire jour AVANT que tel ou tel position devienne l’engrenage de tel ou tel programme globale.

    Moi je pense que si l’idée de l’Europe avait été traité en amont il n’y aurait que 2 courant : les pro réforme, et les pro sortie.
    Mélenchon parlait menace de sortie pour obtenir la réforme.
    Si le mouvement « phy » avait du choisir, le mode de réforme aurait été un sujet politique préalable.

    Vous imaginez ... un grand débat hors période électorale avec le sujet de la réforme de l’Europe traité directement, avec des chapelles, des sondages, des mouvement d’opinions, et les partis qui s’y adapteraient ensuite en vue des élections ...

    Moi j’imagine ça comme un système politiques des idées.
    Infiniment plus adapté au élections parlementaires, soit dit en passant, puisque les singularité de chaque élus serait incarné par des briques de pensée connues.


  • emmanuel muller emmanuel muller 30 mai 08:46

    L’allusion a en marche est drôle, car l’article date du 1er juin 2013

     smiley

    Vous avez copié collé de la réponse publié ici :
    http://www.agoravox.fr/commentaire4925545

    Vous m’attribuez donc une place dans vos schéma de pensé, celui de votre profil, indépendamment de mes propos.

    C’est dommage, car ces deux articles sont sur deux thématiques autres que les votre, connexes mais distinctes, et en aucun cas opposable.

    C’est d’autres réponses intellectuelles sur les même thématiques et vous n’y répondez pas, non, à la place vous répondez à la position que vous m’attribuez dans les votre.


  • emmanuel muller emmanuel muller 30 mai 08:02

    Il est passé :
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-la-politique-comme-systeme-des-193373

    J’y défend l’émergence des pouvoirs intermédiaires par branches, c’est une réponse technique et pratique qui intercale autre chose dans la dichotomie « partis installé moribond contre pouvoir de la rue » qui conclus votre article.



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. De la politique comme système : des partis aux parties




Palmarès