• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emmanuelle Purdon

Présidente Association Save Anthony.

Tableau de bord

  • Premier article le 26/09/2008
  • Modérateur depuis le 09/10/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 6 55
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • Emmanuelle Purdon 12 octobre 2008 12:37

    Merci, Nadya, pour votre message, qui apportera, tout comme celui d’Orange, un grand réconfort à Anthony.



  • Emmanuelle Purdon 12 octobre 2008 12:36

    Merci, Orange pour votre compassion. Votre message sera transmis à Anthony. Dans l’isolation extrême qu’ est sa vie, ce message lui apportera un réconfort plus important que l’on ne puisse imaginer.



  • Emmanuelle Purdon 12 octobre 2008 12:33

    Merci pour ce commentaire, Fergus. Dans le cas d’Anthony, qui a été condamné à mort par un vote de 7 contre 5, sa vie a été jouée dans le cadre d’une décision "serrée" (la Floride est le seul état aux USA, qui ne requiert pas l’unanimité du jury pour condamner l’accusé à mort). Donc, effectivement, il faut garder une certaine humilité et une grande précaution lorsque l’on s’interroge sur la question de la validité des peines décidées. La position de jury est difficile, car ils sont souvent confrontés à un nombre d’informations rarement reportées dans leur intégralité dans les media et ils savent souvent à quel point il n’est pas toujours facile d’avoir un avis tranché sur les questions qui leur sont posées.



  • Emmanuelle Purdon 11 octobre 2008 18:38

    Contrairement à ce qui est dit, les erreurs de justice aux USA sont extrêmement nombreuses du fait du manque d’équilibre entre les moyens de la partie civile (qui n’a pas de limite pour prouver la culpabilité de l’accusé) et la défense (l’accusé, lorsqu’il est indigent comme Anthony Mungin, se voit attribué un avocat commis d’office, qui n’a souvent pas l’expérience requise, ou la motivation, pour défendre correctement son cas).
    Bien sûr, il y a de toute évidence des coupables qui ont commis des crimes horribles, dans les couloirs de la mort. Tout aussi sûrement, il y a tout ceux qui n’ont pas eu accès à une défense équitable. Ceux que tout le monde a abandonné, qui n’ont plus que leur foi pour éviter la folie, enfermé 23h sur 24, et qui doivent montrer des qualités humaines hors du commun pour s’en sortir. Ils sont plus nombreux que l’on ne pense, et c’est bien aujourd’hui ce qui lève une vague croissante de protestation aux USA.
    Le dernier en date se nomme Troy Davis. Le Pape, Jimmy Carter, Susan Sarandon, des milliers de gens autour du monde se sont mobilisés pour qu’il ne soit pas exécuté, tant il y a de doutes sur sa culpabilité. Finalement, l’exécution a été suspendue 2h avant l’heure prévue et la Cour Suprême se penche actuellement sur son cas. C’est un peu tard, car si elle décide de poursuivre l’exécution, Troy Davis n’a plus aucun recours. L’opinion internationale se mobilise souvent à la dernière minute, ce qui est bien mais souvent trop tard, quand presque ou plus rien ne peut être entrepris. Heureusement, Anthony Mungin n’en n’est pas là. Pour lui, tout est encore possible, et c’est pour cela qu’une poignée de gens tentent de se battre en sa faveur. Le chanteur Renaud en fait partie. Espérons qu’il y en aura d’autres qui se joindront à lui.



  • Emmanuelle Purdon 11 octobre 2008 11:49

    C’est vrai, il ne coûte plus rien à la Société, sauf qu’il était peut-être innocent. Dans le cas d’Anthony Mungin, qui n’a pas eu droit à un procès équitable, ce serait le cas. Selon son investigateur, l’histoire d’Anthony Mungin est un "cas d’innocence avéré". Il y a donc une vraie responsabilité morale.
    Par ailleurs, il faut savoir qu’un procès de peine capitale coûte cinq fois plus cher qu’un procès traditionnel (cela se compte en centaine de milliers de dollars), et tout cet argent pourrait être utilisé pour une meilleure prévention contre le crime.
    Enfin, les gens changent. Au bout de vingt ans d’incarcération, les condamnés ne sont souvent plus les mêmes personnes. Les conditions extrêmement difficiles de leur incarcération les obligent souvent à réévaluer leur vie et la nature de leurs actes. Dès lors, pourquoi supprimer leur vie ?
    Pour plus d’infos sur les cas d’innocents exécutés dans les couloirs de la mort, lire :
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=44876&id_forum=1856442&var_mode=recalcul#commentaire1856442







Palmarès