Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Eric de Trévarez

Recherche en séméiologie et symbolisme.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 04/07/2008
  • Modérateur depuis le 14/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 20 78 305
1 mois 1 4 15
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 43 33 10
1 mois 2 1 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Eric de Trévarez 20 juillet 2010 15:16

    La psychanalyse est la seule à analyser nos comportements. Abandonner Freud et Lacan revient à détruire le dernier garde fous contre une prétendue raison pure, si chère au rationalisme.
    La psychanalyse gène parce qu’elle introduit la suspicion dans la Pensée par le biais de nos motivations profondes qui elles n’ont rien de rationnelles...


  • Eric de Trévarez 20 juillet 2010 15:00

    Merci pour votre contribution, la problèmatique du déficit de l’Être est effectivement centrale dans l’approche de l’Homme, et dans ma réflexion. Le marché exploite ce déficit de l’Être, que vous qualifiez d’infini, en proposant le monde infini des avoirs possibles. Le fil conducteur du marché est donc, lui aussi, sans limite. C’est ce qui fait la force du matérialisme et de l’économisme, avec tous les effets délétères que nous connaissons. 
    Le matérialisme’est une régression mentale, dans le monde des objets et des choses. C’est une régression infantile dans le monde palpable.
    L’abandon de l’Être, alors, conduit effectivement au neutre de la chose. 
    Si le genre est important dans l’Être, il est inexistant et sans importance dans l’objet que je caricature par la chose. 


  • Eric de Trévarez 20 juillet 2010 14:34
    Merci pour le compliment sur la forme. Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement… et les mots pour le dire arrivent aisément…
    Vous avez raison un retour aux valeurs républicaines, à travers les lumières, serait un garde fou intelligent.
    La République est basée sur la vertu, il y a déjà, rien que sur ce point, du travail à faire…
    Par compte, je ne cautionne pas l’usurpation des rationalistes sur les lumières.
     
    « l’Univers m’embarrasse et ne puis concevoir que cette horloge existe et n’ait point d’horloger… » Voltaire 
     
    Du symbolisme à l’état pur ! 

  • Eric de Trévarez 20 juillet 2010 13:56

    Mon texte n’est pas un programme politique. Savoir ce que l’on fera n’est pas l’objet de cette réflexion, par compte l’action futur, en l’occurrence la votre, ne peut en aucun cas m’empêcher de penser. Contrairement à vous je ne confonds pas ma discipline et la politique. C’est une réflexion ! Vous connaissez forcément ce style.

    Cependant votre courroux m’honore… Un petit bémol, vous commencez votre réaction par un contre sens. Relisez votre texte...


  • Eric de Trévarez 13 mai 2010 18:37
    Rousseau et le Pédagogisme ?
     
    Votre intervention est très pertinente. Je ne vous cache pas que la pensée de Rousseau me pose problème dans les thèses que je développe.
    D’abord dans son rapport avec les femmes où il semble toujours chercher la Mère, et qui s’est souvent traduit par un amour des femmes d’une « condition supérieure », comme s’est le cas dans la « Nouvelle Héloïse ». Ce détail ne peut échapper à une approche analytique.
    D’autre part, son impossibilité personnelle à assumer son rôle de Père, avec des enfants issus d’amour moins glorieux.
    Ceci dit, ces deux problèmes peuvent s’expliquer par son histoire.
     
    Cela n’empêche pas que le contrat social est bien vu, et qu’il a été le premier à énoncer clairement des grands Principes Républicains Français. Ceci dit, il est vrai aussi que la République, c’est aussi la Mort du Père comme un intervenant l’a fait justement remarquer, ce qui est une tautologie étonnante dans l’histoire de la République Française. Il y aurait aussi des pistes à explorer chez Rousseau de ce point de vue, avec les deux remarques que j’ai faites en préalable… Le problème est complexe. A noter aussi qu’à un moment où nous sommes un certain nombre a penser qu’un « mariage » de Freud et de Marx serait nécessaire pour essayer de comprendre les mutations qui s’opèrent, Onfray s’attaque à Freud avec une impudeur qui n’est plus seulement sexuelle …
     
    Le texte de Mérieux que vous avez mis en lien montre que sa pensée est avant tout politique et le pédagogisme un outil. Je pense que si manipulation il y a, elle est là. Le pédagogisme a enrobé la pilule, pour la faire passer comme on le fait généralement avec les chiens pour leur faire prendre un médicament. Avec le niveau de culture qui baisse, la pilule pourra être de plus en plus grosse et de moins en moins enrobée ! Le phénomène s’observe déjà partout …
     
    Le pédagogisme a utilisé des éléments qui pourraient avoir été inspirés par Rousseau, notamment « les contrats d’objectif » des IUFM…
     
    Tout contrat nécessite des Droits et des Obligations. C’est au niveau des obligations que cela coince. Les obligations s’accommodent mal avec des Egos Hypertrophiés, et l’hystérie qui en résulte. 
     
     
    Nous sommes passés d’un système réel et limité (hiérarchique et manque fondateur, par le père) à un système illimité et irréel (sans place pour la négativité, avec la toute puissance de la mère et de la marchandise). Changement ayant modifié en profondeur les fondements symboliques de notre société. On assiste à une mutation provoquée par trois forces agissant de concert : le paradigme de la science, avec le scientisme de l’innovation commerciale (les jouets), la démocratie dérivant en démocratisme (le brouhaha d’une communication intempestive et lunatique) et la toute puissance du libéralisme économique débridé, dans un délire consumériste (l’enfant dans un magasin de jouets). Ces mutations ont entraîné la suppression de ce qui fondait une possibilité d’articulation entre la société et l’individu, c’est-à-dire entre le pluriel et le singulier. Mais l’élément agissant en sourdine s’est la suppression des genres masculin et féminin, comme le discrédit du vieux par rapport au jeune (puérocentrisme et jeunisme). Il en résulte une infantilisation de toute la société. Une contradiction sous tend le système, qui devient par la même occasion hystérique, et dont les manifestations de cette hystérie sont de plus en plus visibles, notamment chez les jeunes.

    Merci pour vos objections qui posent effectivement problème.
     
     


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. La symbolique des Rois Mages, le réel et le sens




Palmarès



Agoravox.tv