Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Eric de Trévarez

Recherche en séméiologie et symbolisme.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 04/07/2008
  • Modérateur depuis le 14/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 20 78 305
1 mois 1 4 15
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 43 33 10
1 mois 2 1 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Eric de Trévarez 1er décembre 2009 08:32

    Mais revenons à Voltaire...

    Il a dit aussi, ne l’oublions pas :« l’univers m’embarrasse et ne puis concevoir que cette horloge existe et n’ait point d’horloger... »
    Les Suisses, maîtres en la matière, refusant un certain type d’horlogerie, ont probablement fait un choix de spécialiste ! Toutes les montres et les horloges ne se valent point. Tout dépend de l’Horloger... 
    Je pense que, par cette métaphore, Voltaire invitait aussi à ne point être un athée stupide...
    comme les intégristes de l’athéisme qui élèvent dans le paysage français des tours d’ivoire de la laïcité.

    Le concept de laïcité chrétienne semble intéressant et mérite réflexion. Parions qu’il n’aurait point déplu à Voltaire lui-même, qui avait une sainte horreur des sots ! 


  • Eric de Trévarez 15 novembre 2009 23:55

    La non mixité est plus performante et respectueuse des personnes

    Elle est une réponse plus adéquate au décalage de maturité entre garçons et filles, pendant l’enfance et l’adolescence, mais surtout elle est la réponse à la différence de méthodes d’apprentissage. Chaque sexe appréhende, la réalité de manière propre.

    Dans le monde entier, ce sont les établissements non-mixtes qui ont les meilleurs résultats scolaires.
    Et si une partie du problème actuel de l’école venait aussi de la mixité qui a été adoptée dans l’enthousiasme général sans autre forme de procès ? Il est impossible, en France, d’émettre la mondre objection. Les réactions à cet article en sont une illustration ! La mixité est un choix politique qui ne se discute pas. Le monde de l’Education en France a des sujets tabous : En voici un par excellence !

    Mais la racine du mal est multiple.


    http://pedagogisme.centerblog.net/rub-Pedagogisme.html


  • Eric de Trévarez 9 novembre 2009 12:25

    @Frédéric Lyon
    Non, je ne peux pas vous laissez dire que je défends l’Islam !
    La République Française a puisé sa source dans les grands philosophes grecques de l’Antiquité et dans la pensée judéo chrétienne.

    Ceux sont ces valeurs auquelles je fais seulement allusion. 
    Les valeurs éthiques de la République Française sont exigeantes. Les bases sont porteuses d’un très fort idéal. La crise identitaire, qui est souvent exploité par les politiciens, n’est peut-être qu’une panne d’idéal.

    Une Nation bâtie sur la Raison et l’Universalisme, nécessite des citoyens instruits et éduqués. C’était la qualité de l’idéal de la République Française, qui en fit en son temps la plus belle réalisation des concepts les plus nobles de l’Antiquité et du Christianisme. 
    Quels sont les citoyens qui sont actuellement capables de comprendre la devise de la République : Liberté, Egalité, Fraternité ? La Liberté s’est délitée partout dans son sens le plus restreint, le libertisme ; l’Egalité s’est travestie dans le meilleur des cas en égalitarisme face à la consommation ; la Fraternité s’est réduite, au mieux, à sa plus simple expression, au pire, au népotisme. On a oublié, faute de l’avoir appris, que la Fraternité de la République laïque était un concept qui prenait racine dans l’Amour Chrétien. Il y avait au sein même du concept républicain français des contradictions, que seul l’Altruisme aurait permis de surmonter.


  • Eric de Trévarez 9 novembre 2009 03:13

    Alors que la crise du modèle républicain et laïque est au cœur des débats qui traversent notre société, les textes fondateurs de la République frappent par leur modernité prophétique, la force vitale de leur idéaux, et montrent surtout le côté « fantésiste » du paradigme actuel... Beaucoup de « piliers républicains » actuels, considérés comme de la pure orthodoxie, ne sont en réalite qu’hérésie...

    L’identité française est étroitement liée a la République Française et à la Révolution. L’idéal est exigeant. Dans les textes fondateurs, les Pères de la République parlent de vices et de vertus. On ne peut comprendre la devise de la République et particulièrement La Fraternité sans Altruisme ni Altérité. Une nation dont les bases sont la Raison et l’Universalisme ne pouvait pas non plus tomber dans les sophismes. ..
    Le triste épisode de « l’épuration » de la Marseillaise, ne montre en réalité que l’ignorance des français sur leur propre histoire. Prenons garde aussi que la version soft de la République, ne soit plus en réalité qu’une coquille vide, celle du consumérisme...
    Il est claire aussi que la laïcité de la République n’était pas non plus l’athéisme...

    Rapport du comité de Salut Public du 18 floréal de l’an II, (7 mai 1794)

    Robespierre...

    Texte

    « ...Le vice et la vertu font le destin de la terre : ce sont les deux génies opposés qui se la disputent. La source de l’un et de l’autre est la passion de l’homme. Selon la direction qui est donnée à ses passions, l’homme s’élève jusqu’aux cieux, où s’enfonce dans des abîmes fangeux. Or le but de toutes les institutions sociales, c’est de les diriger vers la justice qui est à la fois le bonheur public et le bonheur privé... »
    « ... Vous vous garderez bien de briser le lien sacré qui unit les hommes à l’Auteur de leur être. Il suffit même que cette opinion ait régné chez un peuple, pour qu’il soit dangereux de la détruire. Car les motifs des devoirs et les bases de la moralité s’étant nécessairement liés à cette idée, l’effacer, c’est démoraliser le peuple. Il en résulte du même principe qu’on ne doit jamais attaquer un culte établi qu’avec prudence et avec certaine délicatesse, de peur qu’un changement subit et violent ne paraisse une atteinte portée à la morale, et une dispense de la probité même. Au reste, celui qui peut remplacer la Divinité dans le système de la vie sociale est à mes yeux un prodige de génie ; celui qui, sans l’avoir remplacée, ne songe qu’à la bannir de l’esprit des hommes, me parait un prodige de stupidité ou de perversité... »

    Robespierre
    Rapport du comité de Salut Public du 18 floréal de l’an II, (7 mai 1794)


  • Eric de Trévarez 9 novembre 2009 02:33
    Identité Française, Principes Républicains, et Economisme Européen.
    De l’idéal de la Raison et de l’Universalisme à celui du consommateur idéal…
     
    On ne peut dissocier l’identité française des principes républicains qui l’ont fortement inspirée. Le problème c’est que l’idéal républicain à la française était très exigeant. Le système éducatif français a complètement oublié ces principes qui sont pourtant la raison profonde de la spécificité de l’Education Nationale Française. C’est vrai qu’il était pratiquement impossible de passer de l’Idéal de la Raison et de l’Universalisme, à celui du consommateur idéal … 
     
    Très bon article qui présente une hiérarchisation de la problématique et qui ne se laisse pas entrainer dans les labyrinthes de la technocratie et de la subjectivité.
    Face aux nœuds du serpent européen lové, qui étouffe avec ses anneaux par strangulation, c’est la tête qu’il faut attaquer, et pincer pour desserrer l’étreinte.

    Face aussi à ce qui reste d’une nation dépouillée par la Raison et l’Universalisme et qui s’est empêtrée dans ses Sophismes, il ne reste plus effectivement que le divan de la psychanalyse. Mais ceci est un problème de fond. Que dire d’un édifice lorsque les problèmes concernent le béton lui-même qui éclate de partout...Une Nation bâtie sur la Raison et l’Universalisme, nécessite des citoyens instruits et éduqués. C’était la qualité du béton de la République Française, qui en fit en son temps la plus belle réalisation des concepts les plus nobles de l’Antiquité. 
    Quels sont les citoyens qui sont actuellement capables de comprendre la devise de la République : Liberté, Egalité, Fraternité ? La Liberté s’est infiltrée partout dans son sens le plus restreint, le libertisme ; l’Egalité s’est travestie dans le meilleur des cas en égalitarisme face à la consommation ; la Fraternité s’est réduite, au mieux, à sa plus simple expression, au pire, au népotisme. On a oublié, faute de l’avoir appris, que la Fraternité de la République laïque était un concept basé sur l’Amour Chrétien. Il y avait au sein même du concept républicain français des contradictions, que seul l’Altruisme aurait permis de surmonter.

    Le productivisme, la concurrence et le consumérisme sont en train de venir à bout de tout. Ils ont commencé par détruire l’Ecole qui était le principal outil des principes républicains. Maintenant le dernier barrage est rasé, l’avenue est tracée, elle mène effectivement à Bruxelles. Ce n’est pas tout d’avoir eu pour Principal Idéal de la Nation, la Raison et l’Universalisme, encore fallait-il conserver les moyens d’assumer un idéal aussi exigeant. L’identité française est étroitement liée à l’Idéal Républicain, qui lui-même s’enracine dans le royaume de France qui fut en son temps le plus rayonnant d’Europe. Un passé trop compliqué et trop exigeant que les français ne savent plus assumer, et qui a fini par se brouiller avec trop de politique et toujours moins d’Idéal. Le débat sur l’identité française ne peut pas être celui du café du commerce.
     
    Universalisme : Opinion qui ne reconnaît comme autorité que le consentement universel.
     


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. La symbolique des Rois Mages, le réel et le sens




Palmarès



Agoravox.tv